Services en français: les libéraux fédéraux entendent dénoncer les coupes de Ford

[ad_1]

Les libéraux tenteront de faire adopter une motion à la Chambre des communes pour condamner l’« attaque » du gouvernement de Doug Ford contre les francophones de l’Ontario.

La députée franco-ontarienne Mona Fortier en fera le dépôt lundi, après la période de questions. Elle a fait valoir sur Twitter que les députés fédéraux devaient « faire front commun » dans ce dossier.

 

 

« Que cette Chambre reconnaisse l’importance de la communauté franco-ontarienne au sein de la francophonie canadienne, et dénonce, sans équivoque, la décision du gouvernement de l’Ontario d’éliminer le Commissariat aux services en français et du projet de l’Université francophone de l’Ontario », stipule la motion.

Le gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford a provoqué une onde de choc dans la francophonie en annonçant ces compressions, jeudi passé.

Ces décisions controversées de Doug Ford ont provoqué des flammèches entre les libéraux et les conservateurs à Ottawa.

Les attaques fusent depuis que la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, a établi un lien entre les politiques du chef ontarien et celles de son vis-à-vis fédéral, Andrew Scheer.

Elle a défendu sa position en arguant que c’est M. Scheer qui lui-même « décide de se pavaner un peu partout à travers le pays avec M. Ford, et c’est lui-même qui décide d’être son allié ».

Le chef conservateur a affirmé dimanche qu’il avait discuté de l’enjeu avec le premier ministre ontarien en marge d’un congrès, mais sans lui demander de revenir sur ses positions.

Ses députés conservateurs, en particulier du Québec, sont sur les dents, car le dossier fait grandement réagir dans la province où l’on espère faire des gains au scrutin d’octobre 2019.

Le lieutenant politique québécois, Alain Rayes, a d’ailleurs consacré sa déclaration en Chambre à ce dossier, lundi après-midi, avant la période des questions.

Avant d’entrer en Chambre, il n’avait pas voulu dire si Doug Ford venait de freiner l’élan que les conservateurs disaient avoir au Québec.

Le dossier continue par ailleurs de faire réagir les citoyens.

Une pétition intitulée « Rétablissez nos acquis » lancée en ligne vendredi avait récolté près de 7000 signatures au moment de publier ces lignes, lundi après-midi.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس