Mixed reaction after N.B. pulls out of 2021 Francophonie Games

[ad_1]

While many are disappointed the New Brunswick government has backed out of the 2021 Francophonie Games, many seem to understand the need to do so: because of the costs.

Taxpayers say it’s unfortunate, but the decision is understandable.

“I was very, very disappointed because I know that, for the French minority, like I make part of, it’s a minus for our culture,” says Marie-Mai Jacob. “I understand because we have so many things we have to pay (for), like the education system, health care.”

READ MORE: New Brunswick cancels plans to host 2021 Francophonie Games

“I wish that we could have (the Games),” says resident Brian Fontaine. “But again, as long as it’s going to bankrupt the province when it comes to the taxpayer paying the bill, then I agree with the government cancelling the Games.”

In a statement, Isabelle LeBlanc, the director of communications for the City of Moncton said, “Though we respect the decision, it is unfortunate that the higher levels of government could not reach a suitable agreement on cost sharing the event.”

“This would have been the largest event ever to be held in our region.”

WATCH: New Brunswick cancels plans to host 2021 Francophonie Games






City of Dieppe spokesperson Annie Duguay also released a statement on behalf of that city, who was expected to co-host the Games.

“While we respect the Government of New Brunswick’s decision to withdraw from the Jeux de la Francophonie, we are very disappointed that an agreement could not be reached between the various partners to hold responsible and innovative Games.”

Both cities said they appreciate the work of volunteers and staff who have been working on the project, and they both said they’d explore any other options that arise.

Meanwhile, a sports economist from Concordia University in Montreal says it’s about time the decision was made by the province to withdraw its bid.

“Benefits are always over-promised and they always under-deliver,” says Moshe Lander. “The fact is that this was never an economically-viable event from the beginning; it was only going to become more and more apparent the longer this thing dragged on.”

He says the cost to host the event would continue to increase between now and 2021.

READ MORE: ‘We went on the information we had’: Francophonie Games faces skyrocketing costs

Lander says the debates on which level of government could have stepped up to contribute more takes away from the main point.

“The amazing thing is that whenever these things go sideways, and that means the projects end up losing money, the finger-pointing at the various governmental levels misses the fundamental point,” he says. “At the end of the day, those governments are funded by taxpayers. It doesn’t matter whether the feds are pointing at the province (or) the province is pointing at the feds, the fact is that it’s the taxpayers that give the money to the governments in the first place to bid on these Games.”

The Chamber of Commerce for Greater Moncton hasn’t done an economic impact assessment on the Games, but says it would have helped showcase the local facilities and quality of life in the area.

“Certainly, based on other similar sized events that the Greater Moncton area has hosted, this would have been a multi-million dollar injection into the economy,” says CEO John Wishart.

While Wishart says it’s an opportunity lost, he understands the decision based on the price tag.

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

New Brunswick cancels plan to host 2021 Francophonie Games

[ad_1]

After weeks of sorting through ballooning costs anticipated for the 2021 Francophonie Games, New Brunswick’s Progressive Conservative government has decided to cancel its plan to host the international event.

« We understand this is a very difficult decision for the individuals who wanted the games to move forward, » Premier Blaine Higgs said.

Higgs announced the fate of the 2021 Francophonie Games at a news conference in Fredericton on Wednesday morning, describing the costs of the sports event a « very steep climb. »

« None of these decisions were easy. »

Higgs said the high cost of the Games makes it impossible when the provincial government is making tough spending decisions. The premier said his government will name a representative to begin the cancellation process.

He said there will be associated costs with cancelling the event. So far, the province has spent $2.65 million on the event.

Deputy Premier Robert Gauvin previously set a Jan. 30 deadline for the federal government and the province to « develop funding options » to save the troubled event.

It appeared, however, an impasse had been reached with neither side budging from their initial funding commitments to cover the soaring price tag.

But on the day before the deadline, there were signs the Games had not been lost.

Changing tones and costs

As of late, the outlook for the Games has been grim.

The cost of hosting the Games ballooned last year to $130 million from the $17-million figure used in the original 2016 bid. A revised estimate put the potential cost at $80 million. 

Premier Blaine Higgs repeatedly said the province would not pay more than its initial $10-million commitment and called on Ottawa to cover the balance. Federal cabinet ministers and Prime Minister Justin Trudeau maintained Ottawa would not shift from its policy to match provincial investment dollar for dollar.

« There has to be a model that works financially, » Higgs said.

Last week, Higgs suggested the fate of the Games was essentially sealed.

Higgs said the provincial government will name a representative to the organizing committee to begin the cancellation process for the 2021 Francophonie Games. (Jonathan Hayward/Canadian Press)

« Given what [Trudeau] said … given what I’m saying, it seems like the outcome is obvious, » Higgs told reporters last Thursday.

But hours before the province’s deadline, Radio-Canada reported the organizing committee for the Moncton-Dieppe Games submitted a new potential cost estimate of $62 million.

Also Tuesday, Federal Sports Minister Kirsty Duncan struck an upbeat tone on the state of talks with the province. In a statement, Duncan said provincial officials had « finally come to the table to work collaboratively with us to find solutions that reduce the cost of hosting the games and include in-kind contributions. »

Dieppe Mayor Yvon Lapierre also announced the city would increase its contribution, if the money would be directed to legacy projects for the municipality.

New Brunswick was selected to host the ninth edition of the Francophonie Games in 2016. The games are organized by La Francophonie, an international organization of 58 governments with connections to the French language.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Ottawa doesn’t appear to be offering new money for Francophonie Games in N.B. – New Brunswick

[ad_1]

It doesn’t appear Ottawa will be offering up any new money for the embattled Francophonie Games in New Brunswick.

Prime Minister Justin Trudeau was asked about the funding during a stop in the New Brunswick community of Quispamsis this morning.


READ MORE:
‘We went on the information we had’: Francophonie Games faces skyrocketing costs

Trudeau reiterated his pledge to match a provincial proposal dollar-for-dollar, but didn’t say there would be additional money.

New Brunswick’s new Tory government has said the Games could be too expensive, with cost estimates ballooning to $130 million from the original bid of $17 million.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Francophonie: le premier ministre Doug Ford recule… un peu

[ad_1]

Après une semaine de contestation, le gouvernement Ford a jeté du lest en fin de journée vendredi. Certains services aux francophones seront ainsi rétablis… mais pas le très attendu projet d’université francophone à Toronto.

« Clairement, les francophones se sont fait entendre, a rapidement commenté la ministre fédérale des Langues officielles, Mélanie Joly. Mais pour nous, il s’agit de mesures qui visent essentiellement à calmer la grogne. Il faut continuer à exercer de la pression. »

C’est que les gains sont partiels, pour la communauté franco-ontarienne. Concernant le Commissariat aux services en français, le gouvernement maintient son abolition. Sauf qu’il créera en contrepartie un poste de commissaire aux services en français au sein du Bureau de l’ombudsman.

La différence ? Le commissaire travaillera désormais « sous les auspices » de l’ombudsman — alors qu’il était jusqu’ici pleinement indépendant. Il « veillera au maintien de l’indépendance des enquêtes et formulera des recommandations visant à améliorer la prestation des services en français et à appuyer la conformité à la Loi sur les services en français ».

Deuxièmement, le gouvernement Ford remettra en place le ministère des Affaires francophones. Le premier ministre l’avait aboli à son arrivée au pouvoir, l’été dernier, pour créer un Office des affaires francophones. La ministre Caroline Mulroney, qui était jusqu’ici déléguée aux Affaires francophones, sera nommée aux commandes de ce nouveau-ancien ministère. On ignore de quels budgets elle disposera.

Finalement, le « cabinet du premier ministre retiendra les services d’un conseiller principal en politiques responsable des affaires francophones », précise le communiqué diffusé par Queen’s Park. Cette semaine, la seule députée franco-ontarienne de son caucus, Amanda Simard, avait vivement dénoncé la décision d’amputer les services aux francophones.

En soirée, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a salué « l’ouverture » du gouvernement Ford. « Je vois ça comme un pas dans la bonne direction », a mentionné son président Carol Jolin.

Mais les mesures annoncées sont nettement insuffisantes « pour protéger nos acquis », a-t-il insisté.

Carol Jolin s’est dit « stupéfait » d’apprendre que le rôle de chien de garde des services en français sera relégué à l’ombudsman. « L’indépendance du Commissariat ne sera aucunement rétablie », a-t-il tonné.

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), a également déploré la « mise sous tutelle » du commissaire. Une décision difficile à comprendre, puisque le gouvernement ne réalise aucun « gain financier en le maintenant en otage » au sein du Bureau de l’ombudsman, a-t-il souligné.

« Mais c’est une victoire dans le sens où l’AFO a réussi à établir un dialogue avec M. Ford », a mentionné M. Johnson. Carol Jolin et Doug Ford devraient d’ailleurs se rencontrer prochainement.

Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, n’a pas voulu faire de commentaire dans l’immédiat.

L’université attendra

« Les Franco-Ontariens ont des valeurs fortes qui sont profondément ancrées dans l’histoire de notre province, soutient M. Ford dans son communiqué. Ils ont oeuvré pendant des générations pour promouvoir et préserver leur belle culture et leur langue en Ontario, et?poursuivent?leurs?efforts?aujourd’hui. »

Il semble que Doug Ford soit « enthousiaste à l’idée de rencontrer sur une base plus fréquente les membres de la communauté franco-ontarienne et leurs organismes, dans le but d’établir un dialogue constructif qui mettra en avant le dynamisme de la francophonie ontarienne ».

Cela dit, les annonces du gouvernement ontarien laissent en plan le projet de mise sur pied d’une université francophone. Discuté depuis des décennies, celui-ci avait été lancé officiellement par le précédent gouvernement il y a tout juste un an. Les premiers étudiants devaient y entrer en 2020.

La ministre Mulroney a dit attendre « avec impatience le jour où l’état des finances publiques nous permettra d’aller de l’avant avec des projets comme celui de l’université de langue française », qui contribuent selon elle à « unifier la communauté et à protéger notre langue et notre culture ».

Si « la réalité de la situation financière de [la] province ne permet pas la création » de cette Université de l’Ontario français, Mme Mulroney a promis de « rester une ardente défenseure de cette université, pour et par les francophones, de sorte que, dès que nous serons en mesure d’en entreprendre la construction, le projet pourra être amorcé ». L’Ontario est actuellement aux prises avec un déficit de plus de 14 milliards.

De son côté, l’AFO s’est dite « inquiète » d’entendre la ministre Mulroney évoquer à nouveau des arguments financiers « pour enlever ou même retarder l’ouverture de notre université francophone ». Pour maintenir la pression, l’AFO tiendra comme prévu une journée provinciale de mobilisation des Franco-Ontariens le 1er décembre. Une quarantaine de manifestations se tiendront dans la province.

«Il y a beaucoup de questions et de préoccupations sans réponse », a noté Mélanie Joly, qui s’est entretenue avec Caroline Mulroney peu avant l’annonce du gouvernement ontarien.

Cet entretien s’inscrivait dans le contexte où le gouvernement fédéral libéral a amplement critiqué la décision?du?gouvernement?provincial conservateur dans les derniers jours. Plusieurs autres l’ont également fait : le premier ministre Legault, l’ancien juge de la Cour suprême Michel Bastarache, d’innombrables organisations de la francophonie canadienne, etc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Francophonie en Ontario: vives inquiétudes

[ad_1]

Lettre ouverte au premier ministre de l’Ontario

L’un des rôles essentiels d’un gouvernement est d’assurer la protection des droits de tous les citoyens et citoyennes et de promouvoir, au bénéfice de tous, les avantages qui en découlent. Je suis persuadé que vous partagez cette conviction. C’est pourquoi je tiens à vous faire part de ma vive préoccupation face à votre récente décision d’abolir le Commissariat aux services en français de l’Ontario et d’annuler le projet d’université francophone.

Que ce soit au sein de votre province, chez nous au Nouveau-Brunswick ou ailleurs au pays, de nombreux représentants de la société civile craignent que cette décision ne produise des effets néfastes, non seulement en Ontario, mais également dans l’ensemble du pays. Je partage cet avis.

La dissolution du Commissariat risque d’avoir un impact négatif sur l’application de la Loi sur les services en français, qui garantit les droits linguistiques de plus de 620 000 Franco-Ontariens. L’annulation du projet d’université francophone priverait les Franco-Ontariens d’une institution vitale à la transmission de la langue française et, dès lors, au dynamisme économique, scientifique et culturel d’une part importante de la population francophone du Canada.

Mon inquiétude est d’autant plus grande que cette décision s’ajoute à celle, annoncée en juin, de supprimer le ministère ontarien des Affaires francophones. Prises dans leur ensemble, ces mesures pourraient compromettre non seulement les progrès réalisés au cours des dernières décennies en matière de droits et libertés, mais également la vitalité des communautés dont nous avons la charge et la confiance nécessaire à la cohésion sociale au sein de notre pays.

Je puis vous assurer, pour avoir eu le privilège de diriger la seule province officiellement bilingue du Canada, que si la promotion des droits linguistiques a un coût, elle a aussi, sur le plan économique, de nombreux avantages qui sont bien plus importants. Au Nouveau-Brunswick, le bilinguisme est une importante source de création d’emploi. Que ce soit au sein de l’industrie des centres de services d’affaires, du tourisme, de la culture ou du recrutement d’étudiants universitaires, le bilinguisme est un des moteurs de notre économie.

Notre main-d’oeuvre bilingue attire plusieurs grandes entreprises. À titre d’exemple, l’industrie des centres de services d’affaires génère annuellement 1,4 milliard de dollars en revenus d’exportation pour notre province. Cette activité économique profite d’ailleurs plus aux personnes unilingues anglophones qu’aux personnes bilingues puisque, pour chaque emploi bilingue, cette industrie crée deux emplois unilingues anglais.

Au Nouveau-Brunswick, le dynamisme de la communauté de langue française nous vaut d’être membre à part entière de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Nous avons accueilli tour à tour le Sommet de la Francophonie, l’Association parlementaire de la Francophonie, les Jeux de la Francophonie canadienne et nous accueillerons, en 2021, les Jeux de la Francophonie internationale. Du point de vue diplomatique, économique, social et culturel, l’OIF est une tribune extrêmement importante pour le Nouveau-Brunswick, un moyen privilégié pour notre province de se faire connaître sur la scène internationale, de défendre ses intérêts et de développer des partenariats avec des pays étrangers afin de stimuler l’économie et le marché du travail. Dans le contexte actuel de mondialisation, c’est un puissant levier d’affirmation et de développement.

Or, cet état de fait et les avantages qui en découlent ne sont pas toujours compris par l’ensemble de la population. C’est le cas au Nouveau-Brunswick, c’est aussi le cas à travers le pays.

Malheureusement, dans notre province, notre pays, comme à travers le monde occidental, plusieurs personnes ont développé une méfiance envers la politique. Cela fragilise notre démocratie, notre contrat social et nos institutions, c’est-à-dire tout ce qui protège nos droits et nos libertés. La politique, à travers le monde, est de plus en plus polarisée et de plus en plus alimentée par la peur et la division. La société dans laquelle nous vivons se trouve privée de toute discussion fondée sur des valeurs communes et de consensus sur les faits à partir duquel élaborer des politiques ou éclairer des débats constructifs. Plus que jamais, nous vivons dans des chambres d’écho où nous nous contentons de renforcer notre propre point de vue.

Dans ce contexte, il est plus que jamais nécessaire de prendre les décisions qui protégeront ce que la génération avant nous a construit et qui permettront de construire le pays dans lequel vivra la prochaine génération. Ce qui unit les Canadiennes et les Canadiens est plus vaste que ce qui les divise, il nous appartient de le faire comprendre, de garantir les droits des citoyennes et des citoyens, et de tout mettre en oeuvre pour que chacun puisse en tirer les bénéfices.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Une insulte à toute la francophonie canadienne

[ad_1]

Je suis québécois. Depuis plus de 40 ans, je travaille souvent avec les francophonies hors Québec. Celles de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et surtout de l’Acadie. Ces francophonies hors Québec inspirent et enrichissent la culture québécoise. Comme le disait si justement Victor-Lévy Beaulieu dans je ne sais plus quelle entrevue radiophonique, les batailles de toutes les francophonies nord-américaines participent du même combat.

Si parfois certains indices d’assimilation me découragent, j’ai toujours retrouvé, par exemple chez les Acadiens et les Franco-Ontariens, un dynamisme inouï et une francophonie qui s’y affirme avec originalité. J’y puise certains de mes modèles artistiques et littéraires les plus convaincants. Les Jean-Marc Dalpé, Patrice Desbiens, Gérald Leblanc, Herménégilde Chiasson, France Daigle, Georgette LeBlanc ou Serge Patrice Thibodeau sont parmi ces écrivains qui enrichissent notre américanité francophone.

Je suis peut-être québécois, mais je peux m’enorgueillir d’être l’arrière-petit-fils de Zotique Mageau, député libéral de Sturgeon Falls de 1911 à 1926, qui défendit bec et ongles les droits des Franco-Ontariens. C’est donc comme une claque sur la gueule que je reçois personnellement cette scandaleuse décision du gouvernement de Doug Ford d’abandonner le projet de l’Université de l’Ontario français. Ce désengagement de ce parti nouvellement élu est une insulte non seulement à la francophonie ontarienne, mais à celle de tout le Canada français et à celle du Québec.

Encore une fois, la francophonie canadienne fait face à l’hypocrisie assimilatrice canadienne. Chaque nouveau coup bas des représentants de la culture dominante anglophone me rappelle de mauvais souvenirs et me rend plus indépendantiste que jamais. Cette nouvelle blessure remet en perspective le nationalisme québécois et réactualise radicalement le projet de transformation du Québec en nation.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les temps sont durs en francophonie canadienne

[ad_1]

Au Nouveau-Brunswick, nous avons assisté le mois dernier à une saga électorale où le gouvernement libéral sortant a tenté, en vain, de garder la confiance de l’Assemblée législative malgré le handicap d’une minorité de sièges. Le Parti conservateur, avec à sa tête Blaine Higgs, un ancien membre du parti Confederation of Regions (CoR), un parti populiste anti-bilinguisme présent sur la scène politique durant les années 1990, tente maintenant de former le gouvernement. Il peut compter sur l’aide de trois députés du People’s Alliance of New Brunswick (PANB), le successeur idéologique, quoique plus sophistiqué dans sa francophobie, du CoR. Ce dernier avait fait campagne sur l’abolition de la dualité linguistique de la province et l’embauche de professionnels unilingues, notamment dans le domaine de la santé, martelant l’argument du « bon sens économique » pour justifier ces politiques. Le PANB détenant la balance du pouvoir, tout semble indiquer que certaines de ses revendications seront entendues par le gouvernement Higgs.

En Ontario, le gouvernement de Doug Ford vient de publier son premier énoncé budgétaire. On y retrouve le retrait du projet de création de l’Université de l’Ontario français, dont les salles de classe devaient accueillir leurs premiers étudiants à Toronto en 2020, et l’abolition du Commissariat aux services en français. Alors que le commissaire, François Boileau, perd son poste, la dizaine d’employés à sa charge se verront semblablement transférés à l’Ombudsman de l’Ontario. Quant à l’université, le ministre des Finances, Vic Fedeli, l’a tuée dans l’oeuf.

Dans ces deux provinces, ces décisions sont justifiées par les forces conservatrices à l’aide de l’argument économique. Les déficits provinciaux deviennent le cheval de Troie par lequel ces partis politiques, une fois au pouvoir, justifient les coupes de services et la réduction des droits de la minorité. Les services en français sont trop coûteux, selon leurs détracteurs, qui cherchent à éliminer le « gaspillage ».

Une force motrice

Or, au Nouveau-Brunswick, le bilinguisme, loin d’être un fardeau, est au contraire une force motrice de l’économie, tant dans les domaines de la culture et du tourisme que dans celui du commerce. Entre autres, la main-d’oeuvre bilingue a su attirer de nombreuses grandes entreprises dans la province. En Ontario, où les études montrent aussi la valeur ajoutée du fait français pour l’économie, les coupes annoncées dans les services en français font l’effet de pavés dans la marre. Le budget annuel du Commissariat aux services en français s’élevait à 2,9 millions de dollars par année, pour un déficit qui frôle les 15 milliards. Du côté de l’université, les coûts s’élevaient à environ 12 millions par année. Si les compressions représentent une goutte d’eau dans l’océan, il s’agit d’une attaque en règle contre des acquis durement gagnés. Le tout, soulignons-le, a été fait sans consultation préalable auprès de la communauté.

De toute évidence, ces gouvernements mobilisent les arguments fiscaux comme autant d’écrans de fumée pour cacher la vérité qu’ils ne peuvent ouvertement avouer : que la protection des minorités de langue officielle ne mérite pas d’investissements, aussi minimes soient-ils. Ces prises de position récentes, en Ontario comme au Nouveau-Brunswick, sont symptomatiques d’un durcissement idéologique de la droite populiste canadienne-anglaise contre le fait français au Canada. Mais elles ne sont nouvelles.

Si les attaques contre les populations acadienne et canadiennes-françaises, aux XIXe et XXe siècles, s’articulaient autour d’un projet d’homogénéisation culturelle et linguistique canadien-anglais, la chasse aux déficits représente une nouvelle arme idéologique qui permet aujourd’hui à la majorité de légitimer des attaques contre ces mêmes communautés. Il y a vingt et un ans, ces mêmes arguments ont été mobilisés par le gouvernement conservateur de Mike Harris pour justifier la fermeture de l’hôpital Montfort à Ottawa. Cette décision déclencha une crise nationale. À l’époque, l’appui du gouvernement de Lucien Bouchard avait été essentiel à la mobilisation des francophones en Ontario comme au Québec, qui se solda par une préservation de l’établissement.

Que fera le nouveau gouvernement de François Legault face à ces nouvelles attaques ? Il est essentiel, croyons-nous, de renouer avec la solidarité entre le Québec et la francophonie canadienne. Quoi qu’en disent les Denise Bombardier de ce monde, la préservation et l’épanouissement de l’espace politique, culturel et économique de langue française au Canada se fera aussi au bénéfice du Québec, seul État français en Amérique.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Une nécessaire mise au point sur la francophonie canadienne

[ad_1]

Saviez-vous qu’il y a quatre millions d’anglophones au Québec ? C’est pourtant en suivant la même méthode qui permet de conclure qu’il y a 2,7 millions de francophones canadiens vivant à l’extérieur du Québec qu’on arrive à ce nombre… surprenant. Depuis ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Denise Bombardier », on répète à satiété qu’il y aurait 2,7 millions de « francophones » vivant au Canada à l’extérieur du Québec. Ce nombre provient du recensement de 2016 et correspond aux 2 741 720 personnes affirmant avoir la capacité de soutenir une conversation en français, peu importe s’il s’agit pour eux d’une langue maternelle (1 074 985 personnes) ou d’une langue seconde.

C’est la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), le principal organisme porte-parole des francophones outre-Outaouais, qui a fait le choix de ne plus compter le nombre de francophones en fonction de la langue maternelle il y a de cela quelques années. C’est elle qui affirme ainsi qu’il y aurait 2,7 millions de francophones au Canada hors Québec, et c’est ce chiffre qu’a repris Dany Turcotte à l’émission Tout le monde en parle dimanche dernier. Ce choix se défend. Il est vrai que la notion de langue maternelle exclut du nombre de « francophones » certaines personnes qui participent pleinement à la vie française au Canada. De la même manière qu’il ne serait pas abusif de dire de Judy Richards ou de Jim Corcoran qu’ils sont « francophones » même s’ils ne sont pas de langue maternelle française, on retrouve au Canada anglais des personnes qui vivent en français, à la maison ou au travail, mais pour qui le français n’est pas la langue maternelle. Ces gens étaient effectivement exclus de la définition de « francophones » si l’on ne retient que le critère de la langue maternelle et on pouvait se retrouver avec une image faussée de la réalité de la vie française au Canada.

Une définition élastique

Sauf que… soyons sérieux. Ce chiffre pose d’innombrables problèmes, dont le plus évident : les « francophones » ainsi définis ne se diraient jamais eux-mêmes « francophones ». En apprenant l’anglais, êtes-vous soudainement devenu un « anglophone » ? S’il est de l’intérêt de la FCFA, dont le financement provient presque exclusivement de Patrimoine canadien, d’adopter une définition aussi élastique de la réalité française à l’extérieur du Québec, tout analyste lucide voit immédiatement les problèmes que pose pareille définition. S’il y a 2,7 millions de francophones dans le ROC, comment expliquer qu’il n’y a que 165 000 élèves qui étudient en français dans l’ensemble des écoles primaires et secondaires françaises du pays ? S’il y a 2,7 millions de « francophones » dans le ROC, l’assimilation est beaucoup plus importante qu’on ne le croyait puisqu’on ne retrouve alors « que » 678 130 personnes dans les trois catégories suivantes ayant trait à l’usage du français à la maison (ne parlent que le français à la maison, le parlent le plus souvent ou le parle à égalité) ? Et puis, si « parler français » fait de vous un « francophone », parler anglais fait logiquement de vous « un anglophone ». Comme pas moins de 2 629 665 de ces « francophones » hors Québec parlent aussi l’anglais, ne peuvent-ils pas être logiquement considérés comme des « anglophones » par les provinces canadiennes, qui pourraient ainsi chercher à économiser en n’offrant plus de services en français ?

La question du nombre de francophones à l’extérieur du Québec est une question malheureusement politisée qui refait surface à peu près tous les dix ans et qui donne droit, chaque fois, à des caricatures de part et d’autre. D’un côté les souverainistes québécois obtus, qui n’ont probablement jamais mis les pieds de l’autre côté de la rivière Outaouais mais qui se réjouissent perfidement de voir disparaître le fait français à l’extérieur du Québec, comme si cela faisait avancer leur cause d’un iota. De l’autre, des porte-parole de la francophonie canadienne ou des politiciens fédéralistes qui se déchirent la chemise d’indignation devant pareils propos et qui versent dans la caricature inverse en jurant qu’on vit en français de la même manière à Medecine Hat qu’à Val-d’Or.

Visions délirantes

La réalité de la francophonie canadienne et acadienne à l’extérieur du Québec ne correspond à aucune de ces deux visions délirantes. Pour ceux qui préfèrent regarder le verre à moitié plein, sachez que depuis l’adoption de la Charte canadienne des droits et libertés, les francophones comptent sur un réseau institutionnel scolaire solide et dynamique. Ils ont des écoles françaises d’un bout à l’autre du pays appuyées par un milieu associatif diversifié et proactif dans à peu près tous les domaines de la vie communautaire. Il existe une vie culturelle acadienne et canadienne-française admirable, avec de nombreuses maisons d’éditions, compagnies de théâtre, réseaux de salle de spectacle, des festivals et des artistes qui font rayonner la culture par-delà les frontières. Mais le verre est aussi à moitié vide : s’il existe bel et bien des écoles françaises partout à travers le pays, les enfants s’y parlent très souvent en anglais dans la cour d’école. Moins de la moitié des « ayants droit » fréquentent les écoles françaises du pays, et un grand nombre quitte l’école française après le primaire. En Ontario, une part anémique des programmes universitaires sont offerts aux francophones de la province et la situation est bien pire dans l’Ouest canadien. Enfin, le poids proportionnel des francophones par rapport à l’ensemble de la population, peu importe la définition que l’on retient, est en constant déclin partout à travers le Canada, de trop nombreux francophones, surtout dans les familles linguistiquement exogames, choisissant de ne pas transmettre la langue française à leurs enfants.

On ne réglera pas les très sérieux problèmes des francophonies acadienne et canadiennes en magouillant les chiffres, comme on ne justifiera pas l’indépendance du Québec en prononçant par avance l’oraison funèbre des francophones dans le reste du Canada. De grâce, cessons de faire des francophones du Canada les faire-valoir d’une cause, et essayons plutôt de travailler ensemble pour surmonter les nombreux défis qui se présentent à ceux qui essaient depuis 400 ans, de part et d’autre de frontières arbitraires qui s’imposent à eux, de vivre tant bien que mal en français sur ce continent anglophone.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Francophonie canadienne: le verre à moitié vide

[ad_1]

Denise Bombardier a jeté un pavé dans la mare en affirmant à l’émission Tout le monde en parle qu’« à travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu ». La remarque n’est pas sans rappeler les « dead ducks » de René Lévesque et les « cadavres encore chauds » d’Yves Beauchemin. Mais c’est aller un peu vite en affaires que d’enterrer les minorités francophones hors Québec, dont la situation — précaire, on doit le reconnaître — est beaucoup plus nuancée.

Il était d’ailleurs franchement ironique que la chroniqueuse et écrivaine, qui s’appuyait sur ses propres observations somme toute anecdotiques, lance ce jugement ex cathedra aux côtés de Jean Chrétien, qui participait à l’émission, lui qui a déjà déclaré au sujet de l’assimilation galopante des francophones : « C’est la vie. » Et il était franchement loufoque d’entendre l’ancien premier ministre avancer que c’est grâce au Canada que les Canadiens français ont conservé leur langue.

Si on regarde froidement les statistiques, on peut être amené à faire des constats similaires à ceux de Denise Bombardier, non pas que les francophones hors Québec ont disparu, mais que la proportion qu’ils représentent est en baisse constante. Ainsi, selon Statistique Canada, en 1971, les francophones, selon le critère de la langue le plus souvent parlée à la maison, comptaient pour 4,3 % de l’ensemble de la population hors Québec, tandis que 40 ans plus tard, ce pourcentage s’élevait à 2,4 %. C’est moins que la proportion des Canadiens hors Québec dont la langue maternelle est le français, soit 4 %, ce qui montre que l’assimilation fait son oeuvre.

Toutefois, le nombre absolu de personnes hors Québec qui parlent le français au moins régulièrement à la maison est resté stable, à un peu plus d’un million, entre 2011 et 2016, à quoi s’ajoute un total de 1,7 million de locuteurs qui peuvent soutenir une conversation en français.

En Ontario, l’assimilation des francophones varie beaucoup d’une région à l’autre. Dans le sud de l’Ontario, le taux d’anglicisation peut atteindre 70 % alors qu’il est de 10 % ou moins dans des localités de l’est et du nord de l’Ontario. En Colombie-Britannique, ce taux peut dépasser les 80 % chez les jeunes de langue maternelle française.

Mais il y a l’autre côté de la médaille. En Ontario, le nombre d’élèves dans les écoles françaises croît nettement plus rapidement que dans les écoles anglaises. Et c’est sans compter l’attrait des classes d’immersion en français qui, contingentées, imposent souvent des examens d’entrée, à l’image des programmes internationaux des écoles québécoises.

Il faut souligner que les gouvernements libéraux en Ontario ont investi massivement — plus de 700 millions depuis 2013 — dans la construction d’écoles françaises. À Toronto, par exemple, les écoles publiques laïques du Conseil scolaire Viamonde ont vu le nombre de leurs élèves s’accroître de plus de 75 % en dix ans.

Ailleurs, que ce soit en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve, en Alberta ou au Yukon, les écoles françaises débordent. Tellement que les parents ont multiplié les poursuites afin d’obtenir des gouvernements des écoles de la même qualité que les écoles anglophones. Ce qui peut apparaître normal pour la minorité anglophone au Québec — des écoles d’une qualité égale à celle des écoles de la majorité — n’est pas l’apanage de plusieurs provinces.

Un autre facteur contribuant à la résilience des francophones hors Québec, qui, bien souvent, ont perdu les villes ou les quartiers où ils avaient une masse critique, c’est l’ubiquité de la culture québécoise et française grâce aux moyens de communication actuels. Un francophone à Victoria peut très bien n’écouter que la radio et la télévision québécoises, consulter les médias d’information dans sa langue et voir ses enfants rivés à Passe-Partout. Ce phénomène, somme toute récent, encourage d’ailleurs la persistance de la culture d’origine des immigrants, qu’ils soient Français, Chinois, sikhs ou Maghrébins, qui ont accès par Internet ou la câblodistribution à divers contenus dans leur langue en provenance de leur pays.

En dehors du Québec et du Nouveau-Brunswick, le Canada demeure une redoutable machine à assimiler les francophones. Il n’en demeure pas moins que nombre de francophones hors Québec continuent un combat dont ils savent qu’il n’est pas perdu. Sans y mettre l’aveugle jovialisme d’un Jean-Marc Fournier, la nouvelle ministre responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel, devra déployer des efforts et élaborer une stratégie pour appuyer la francophonie hors Québec. C’est une question d’humanité, pour reprendre le mot de François Legault, une question de fraternité.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

La francophonie ne doit pas être fragmentée

[ad_1]

Les propos de madame Denise Bombardier à l’émission Tout le monde en parle du dimanche 21 octobre dernier ont beaucoup fait réagir les francophones et Acadiens vivant en contexte minoritaire. Et avec raison. Ils sont nombreux à avoir surmonté des obstacles de taille pour pouvoir continuer de transmettre leur langue et leur culture à leurs enfants. Ces enfants, ils sont aujourd’hui plus de 165 000 à étudier en français dans l’une des 700 écoles élémentaires et secondaires de notre réseau dans les neuf provinces et trois territoires à l’extérieur du Québec. D’un bout à l’autre du pays, il est donc possible de faire instruire ses enfants en français que l’on vive à Iqaluit, Vancouver ou à St-Jean de Terre-Neuve.

La perception de madame Bombardier selon laquelle les communautés francophones ont à peu près disparu ne fait que démontrer l’importance de resserrer les liens entre les francophones vivant en contexte minoritaire au pays et les francophones du Québec. La francophonie ne doit pas être fragmentée.

En février dernier, de passage à Winnipeg, le ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne à l’époque, Jean-Marc Fournier, avait saisi l’occasion pour souligner le désir du Québec de se rapprocher des communautés francophones et acadiennes. Devant des représentants d’organismes de la francophonie, il avait tenu les propos suivants : « Vous êtes excessivement importants pour l’avenir du français. Nous sommes plus de 10 millions à parler le français au pays. Pendant longtemps, on avait de la difficulté à comprendre que ces chiffres, les 8 millions de locuteurs francophones au Québec et les 2 millions ailleurs au Canada, pouvaient s’additionner. On veut être Québécois et Canadien à travers les langues officielles qui se veulent d’abord et avant tout un pont entre nos communautés. »

Il est à souhaiter que le nouveau gouvernement du premier ministre François Legault poursuive la mise en oeuvre de cette politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes.

En outre, Radio-Canada a un rôle, voire un devoir comme diffuseur public d’offrir non seulement une diversité d’opinions en ondes, mais aussi une diversité de ses invités. Cela inclut de présenter des francophones qui vivent et réussissent en français dans les neuf provinces et trois territoires, et pas seulement au Québec et à l’étranger.

En étant plus présents dans l’espace public, les francophones et Acadiens contribueront à faire tomber les préjugés à leur endroit. Les écoles de langue française, avec l’appui de leurs communautés, ont donné à nos élèves des racines et des ailes. Il est temps maintenant dans un contexte de mondialisation que le Québec leur tende également la main.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس