Les hommages à Bernard Landry se multiplient

[ad_1]


L’ex-premier ministre Bernard Landry a reçu des éloges mardi de la part d’anciens alliés et rivaux politiques. Ceux-ci ont souligné la contribution du grand bâtisseur québécois, qui s’est éteint plus tôt en journée à l’âge de 81 ans.

« Bernard Landry fait partie des grands au même titre que les premiers ministres Lévesque et Parizeau », a déclaré le premier ministre du Québec, François Legault, mardi après-midi. M. Legault, qui a été désigné tour à tour ministre de l’Éducation et ministre de la Santé par M. Landry, se rappelle d’un « homme de devoir […] amoureux de la nation québécoise » dont la formule « la patrie avant le parti » guidait l’action politique.

« Je vais m’inspirer de lui », a ajouté le chef de gouvernement caquiste.

« Au nom du Parti québécois, au nom des indépendantistes québécois, je lui dis : merci et adieu Monsieur le patriote de Verchères ! » a lancé le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, le « cœur brisé ».

À Ottawa, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a rendu hommage à un homme « qui a bien servi le Québec pendant de nombreuses années et dans différentes positions ». « On doit reconnaître d’abord aujourd’hui son dévouement envers sa communauté, envers son pays », a-t-il déclaré à la presse.

L’ex-première ministre Pauline Marois a salué la mémoire d’un homme « convaincu et convaincant », qui « a consacré sa vie […] au développement économique du Québec et à son indépendance ».

Son prédécesseur, Jean Charest, a rendu hommage mardi à son ancien adversaire Bernard Landry avec qui il avait pu s’entretenir il y a une dizaine de jours. « On était tous les deux contents de se parler parce que même si on a été des adversaires politiques, j’avais pour lui un très grand respect et beaucoup d’estime », a-t-il raconté au Devoir mardi, peu après l’annonce du décès de M. Landry.

Jean Charest était chef de l’opposition quand Bernard Landry était au pouvoir et c’est Monsieur Landry qui lui faisait face lorsqu’il a ensuite élu premier ministre, a-t-il rappelé. « Il est celui qui avait donné des lettres de créance économiques au mouvement souverainiste », a-t-il souligné. Il s’intéressait beaucoup à l’économie. C’est un sujet qu’il maîtrisait. » Entre autres grandes contributions marquantes de M. Landry, il mentionne la Paix des Braves. « Ça a été un déblocage important avec la population crie. Ça a permis la réalisation du projet de barrage Eastman. »

L’ex-ministre péquiste Agnès Maltais se remémore un homme qui « savait concilier l’élévation que commandent les rôles qu’il a occupés et en même temps, une espèce de camaraderie dans l’univers politique envers ses anciens collègues ». « Ce qui était phénoménal, remarquable chez lui, c’est qu’il connaissait le Québec comme le fond de sa poche. Il pouvait nommer tous les maires, tous les villages, tous les enfants… Il était à l’écoute des besoins des gens. Il s’en rappelait », a-t-elle aussi souligné.

M. Landry aura droit à des funérailles d’État, a convenu le premier ministre François Legault après discussion avec les proches du défunt.

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس