une sportive inspirée de la F1

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – L’expérience de Renault F1 dans les moteurs V6 hybrides profite à Infiniti qui dévoile un projet de voiture de sport hybride.

L’avenir de la voiture de sport passe-t-il par l’hybridation? Certains constructeurs ne sont pas loin de le penser. C’est ainsi que Honda hybride sa NSX, BMW sa i8. En attendant la supercar Mercedes Project One, version carénée de la Mercedes F1 qui domine le championnat du monde, Infiniti a aussi fait ses courses chez son partenaire Renault F1 pour imaginer la Q60 Black S, un concept de sport hybride profitant de l’expérience de la compétition et des technologies utilisées en Formule 1.

L’écurie Renault F1 s’est notamment occupé de l’aérodynamisme du véhicule, quand Infiniti cherchait à diminuer le poids de sa machine de course en utilisant, entre autres, de la fibre de carbone. L’hybridation a contraint les ingénieurs à supprimer les sièges arrière pour pouvoir loger la batterie. A l’arrivée, le système hybride entraîne un surpoids de l’ordre de 200 kg.

Grâce à la double hybridation, ce coupé peut récupérer de l'énergie au freinage, mais aussi à l'accélération.
Grâce à la double hybridation, ce coupé peut récupérer de l’énergie au freinage, mais aussi à l’accélération. Infiniti

Pour compenser cette masse supplémentaire, Infiniti a fait la traque aux kilos superflus mais au final, la Q60 Black S pèse tout de même 1 776 kg. La sportive japonaise se rattrape avec une répartition des masses avant/arrière idéale, approchant les 50/50, permise par sa transmission aux roues arrière uniquement.

Le code couleur, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, est noir agrémenté de touches jaunes, ce qui rappelle immédiatement les couleurs du Renault F1 Team. Pour la première fois sur une voiture de série, le V6 biturbo de 3 litres de cylindrée profite d’une double hybridation, comme en Formule 1. La puissance passe de 405 ch à 571 ch, soit un chiffre similaire à celui revendiqué par la Nissan GT-R.

Trois unités de puissance électriques ont été greffées au véhicule: un MGU-K («K» pour «kinetic») qui récupère l’énergie au freinage, et un MGU-H («H» pour «heat) par turbocompresseur, qui récupère l’énergie produite par la chaleur des gaz d’échappement. Cela permet d’utiliser l’énergie dégagée lors du freinage, mais aussi lors de l’accélération!

La Q60 Black S demande moins de 4 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.
La Q60 Black S demande moins de 4 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Infiniti

L’électricité récupérée est utilisée de deux manières. Elle peut agir comme un système anti-lag sur les turbos (qui sont assistés électriquement) afin de diminuer le temps de réponse à l’accélération, mais elle peut également fournir le MGU-K en énergie pour que ce dernier puisse offrir 120 kW de puissance électrique supplémentaire. Grâce à cette technologie héritée de la F1, la Q60 Black S atteint les 100 km/h en moins de 4 secondes.

Trois modes de conduite, également inspirés du monde des monoplaces, sont disponibles. Le mode «Road» est adapté pour la conduite en conditions normales, et utilise une récupération d’énergie faible et discrète. Le mode «Quali», développé pour le circuit, permet d’accéder à la puissance maximale du véhicule et à une récupération d’énergie accrue lors du freinage. Le mode «Race», très proche du mode utilisé par les monoplaces en course, utilise la puissance électrique uniquement lorsque cela peut faire gagner du temps au pilote, et récupère de l’énergie quand cela est possible.

Sur le tracé de Barcelona-Catalunya, la Q50 Hybrid, ancien véhicule hybride le plus performant de la marque, perdait 80 % de sa batterie après un tour du circuit (soit 4,655 km). Selon les simulations du Renault F1 Team, la Q60 Black S n’utiliserait que 15 % de sa batterie en effectuant le même exercice, et ce dans le mode le plus énergivore.

Le V6 biturbo de 3 litres de cylindrée à double hybridation développe 571 chevaux.
Le V6 biturbo de 3 litres de cylindrée à double hybridation développe 571 chevaux. Infiniti

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس