La voiture diesel qui roule à l’huile de friture

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Volkswagen travaille sur le BlueDiesel, un carburant renouvelable qui diminue sensiblement les émissions de CO2 du véhicule qui l’utilise. Le remède au recul actuel de l’huile lourde ?

Bien que le diesel soit aujourd’hui montré du doigt pour ses émissions de particules et d’oxyde d’azote nocives pour la santé, on ne peut lui enlever certaines qualités. Sa faible consommation lui permet de revendiquer une grande autonomie, autorisant dans certains cas plus de 1 000 km avant de ravitailler. Un réel avantage pour les gros rouleurs et les flottes d’entreprises. C’est d’ailleurs une des raisons qui poussent quelques constructeurs à s’alarmer de sa potentielle disparition.

Parmi ces marques figure Volkswagen, qui développe le R33 BlueDiesel. Répondant aux normes européennes concernant les carburants, il est composé d’éléments biologiques à 33 %. Mieux encore: ces éléments biologiques sont issus de déchets, tel que l’huile de cuisson des frites!

Ce carburant peut-être utilisé dans n'importe quel véhicule diesel sans modifications préalables.
Ce carburant peut-être utilisé dans n’importe quel véhicule diesel sans modifications préalables. detlev wecke photodesign/Volkswagen AG

Le processus est assez simple: l’huile est filtrée, nettoyée et transformée en un mélange de paraffine (ou biodiesel), qui est ensuite ajouté à du diesel standard. En plus de nous débarrasser de nos déchets, le BlueDiesel émet au minimum 20 % de C02 en moins comparé au gazole classique. Enfin, ce carburant peut-être utilisé dans n’importe quel véhicule diesel sans qu’il soit nécessaire d’y apporter des modifications.

Les premiers à tester le BlueDiesel étaient les employés de Volkswagen, qui ont rempli le réservoir de leurs véhicules de fonction avec ce nouveau carburant pendant une durée de 9 mois. La phase de test ayant été achevée avec succès, le R33 BlueDiesel est désormais utilisé en permanence dans les stations-service de la marque allemande à Wolfsburg, et un autre essai a débuté à l’usine Volkswagen de Salzgitter.

D’autres partenaires du projet utilisent ce gazole «bio», distribué depuis janvier 2018 par Shell Global Solutions. Thomas Garbe, le directeur du projet, exprime ses attentes: «Nous nous préparons à une hausse significative de la demande de carburants liquides issus de matières résiduelles et de biocarburants modernes. J’espère que les stations-service publiques proposeront également le R33 comme un carburant vert dans un avenir proche».

Il faut toutefois noter que le Diesel n’est pas particulièrement critiqué pour ses émissions de CO2. Au contraire, il est meilleur élève que l’essence sur ce sujet. Le véritable défaut de l’huile lourde réside dans ses rejets de particules fines et de NOx, jugés nocifs pour la santé. Or, Volkswagen n’évoque aucune amélioration à ce niveau pour son BlueDiesel. Par contre, le fait de recycler un produit qui a déjà été utilisé devrait réduire la facture finale.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس