Michèle Audette témoigne de sa tentative de suicide pour demander un meilleur contrôle des armes

[ad_1]

La disponibilité des armes à feu contribue au fléau du suicide dans les communautés autochtones, a témoigné Michèle Audette en comité sénatorial, lundi. Et elle a dit aux sénateurs qu’elle était bien placée pour le savoir, étant passée à un cheveu d’en retourner une contre elle.

La commissaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a offert à titre personnel un touchant témoignage devant le comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense, qui étudie le projet de loi C-71.

« En 2013, j’étais toute prête à partir. J’avais pris une montagne de pilules, et j’avais bu. Et chose qui ne s’était pas produite les fois où j’avais fait mes premières tentatives, je suis allée chercher un des fusils qui se trouvaient où j’habitais, et j’ai essayé de l’utiliser », a-t-elle raconté.

« Ce qui m’a sauvé la vie ce matin-là, c’est le cocktail de substances que j’avais pris, qui m’a fait sombrer dans un coma et qui m’a empêchée de prendre l’arme pour la retourner vers moi », a continué Mme Audette, la gorge nouée.

Le fait qu’autant d’armes circulent permet aussi « la commission d’actes d’une violence inouïe dans nos communautés », surtout compte tenu de la prévalence des cas de violence conjugale et familiale.

La militante des droits des femmes autochtones a exhorté les membres du comité à faire progresser le projet de loi, même si elle est consciente du fait que la présence d’armes à feu dans les communautés permet de respecter leurs droits ancestraux.

C’est de cet aspect que voulait entre autres discuter le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard. Il a ainsi réclamé divers assouplissements à C-71. « Ce projet de loi ne prend pas en compte et ne protège pas nos droits ancestraux issus de traités. […] Nulle part est-il mentionné […] de quelle façon les dispositions du projet de loi seront appliquées pour les Premières Nations ou sur leurs terres », a-t-il exposé.

« Il devrait être clairement indiqué que le droit de chasser des Premières Nations sera respecté et que nous n’aurons pas à obtenir une autorisation de transport pour des fusils de chasse, mais [pour] ceux qui sont classés à autorisation restreinte », a ajouté M. Picard.

Le projet de loi C-71 a été élaboré à partir des recommandations du Comité consultatif canadien sur les armes à feu, qui avait été mis sur pied par le gouvernement libéral. Or, ce groupe ne comprend aucun membre autochtone, a déploré Michèle Audette.

Il faut donc « s’en remettre à des occasions comme aujourd’hui pour pouvoir être entendus », a-t-elle fait remarquer.

La mesure législative C-71 a été déposée en mars dernier. Les conservateurs y sont farouchement opposés, entre autres parce qu’ils accusent les libéraux de vouloir réinstaurer un registre « par la porte d’en arrière » avec les mesures contenues dans le projet de loi.

Celui-ci oblige les marchands d’armes à conserver pendant au moins 20 ans les données sur les armes à feu sans restriction, et resserre les vérifications de sécurité menées pour déterminer si un acheteur est admissible à un permis d’armes à feu, entre autres.

En décembre dernier, des représentants de groupes qui militent pour un meilleur contrôle des armes sont venus à Ottawa afin d’exhorter les sénateurs à tout faire afin que C-71 soit adopté avant les élections d’octobre prochain.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Des médecins réclament un meilleur contrôle des armes à feu

[ad_1]

Toronto — Des médecins ont créé une nouvelle organisation pour réclamer un meilleur contrôle des armes à feu au Canada, faisant valoir que la violence liée aux armes dévaste la vie de leurs patients et de leurs communautés. Le groupe Canadian Doctors for Protection from Guns affirme que la violence par armes à feu devrait être considérée comme un enjeu de santé publique, tout comme la sécurité routière ou le tabagisme. L’organisation est formée de médecins de famille, d’urgentologues, de chirurgiens traumatologues et de psychiatres. Ceux-ci réclament une interdiction des armes de poing et des armes d’assaut, jugeant que la violence par armes à feu est une « crise de santé publique » qui doit être considérée. Le groupe rappelle que selon Statistique Canada, les crimes violents liés aux armes à feu ont augmenté de 42 % depuis 2013.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Décès de Gérard Basset, meilleur sommelier du monde

[ad_1]

gerard-basset-meilleur-sommelier-du-monde-2010

Cette figure de premier plan du monde du vin avait su rester un homme d’une grande simplicité. Hommage.

Gérard Basset était l’une des figures les plus appréciées et respectées du milieu.

Il était le seul à cumuler les prestigieux titres de meilleur sommelier du monde et de Master of Wine (MW). Décoré officier par l’Ordre de l’Empire Britannique (OBE) et plus récemment par l’Ordre du Mérite Agricole, diplômé du MBA vins et spiritueux de Kedge Business Scholl et du MSc de l’OIV (Organisation Internationale du Vin), Basset avait accumulé les titres et les diplômes non pour la gloire, mais pour le savoir. Né à Saint-Etienne, cet autodidacte avait quitté l’école très jeune, sans qualifications et s’était exilé en Angleterre dans les années 80.

Il avait entamé sa vie professionnelle comme plongeur puis comme sommelier, avant de se hisser au plus haut niveau, menant une carrière exceptionnellement variée qui lui valut de multiples honneurs et récompenses. Très impliqué dans le milieu de la sommellerie il était aussi correspondant régulier du magazine anglais spécialisé Decanter, président du Wine and Spirit Education Trust (WSET), auteur, et propriétaire de l’hôtel TerraVina en Angleterre, qu’il tenait avec son épouse Nina.

Sa personnalité douce et rayonnante, sa gentillesse, son absence complète d’égo malgré le prestige de son statut et sa disponibilité continuelle, conféraient à l’homme une aura particulièrement lumineuse. Il s’est éteint le 16 janvier 2019 ; son ombre légère et bienveillante restera posée sur l’âme de tous ceux qui ont eu la joie le connaître. Merci Gérard Basset d’avoir laissé une si belle trace tant sur le plan professionnel qu’humain.

‘);
window._taboola = window._taboola || [];
_taboola.push({
mode: ( isMobile.phone ? ‘thumbnails-feed’ : ‘thumbnails-a’),
container: taboolaContainerId,
placement: ( isMobile.phone ? ‘Mobile Article Feed’ : ‘Below Article Thumbnails’),
target_type: ‘mix’
});

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Chez Vong, le meilleur canard laqué pékinois de la capitale

[ad_1]

Comme à La Tour d’Argent, les canards viennent de Challans, les viandes de Normandie et les légumes de petits producteurs.

Touristes étrangers, visiteurs provinciaux, amateurs parisiens sont pénalisés par «un oubli» du Michelin. Vong, le meilleur restaurant chinois de la capitale, n’y a jamais figuré. Au fil des directeurs successifs, Vong, qui réalise depuis longtemps le meilleur canard laqué pékinois de Paris, est tenu à l’écart de Bibendum. Plutôt que dans le décor banal de l’ensemble des restaurants asiatiques, Vong reçoit ses clients dans une auberge chinoise installée depuis dix ans dans le Paris historique. Colonnes de pierre dorée, reconstitution de la demeure à la végétation luxuriante d’un notable. Un lieu magique, dont l’adorable Mme Vong prend grand soin.

Vai Kuan Vong, originaire de Macao, est un hôte empressé, charmant et talentueux – et aussi un grand cuisinier. Spécialisé dans les préparations de Canton, il participe chaque saison à des concours de cuisine dans son pays d’origine. Une façon de se tenir au courant des tendances gastronomiques chinoises d’aujourd’hui. Depuis toujours, M. Vong imite la démarche des grandes maisons. Comme à La Tour d’Argent, ses canards viennent de Challans, ses viandes de Normandie, ses légumes de petits producteurs. La carte est longue, avec hors-d’œuvre, potages, spécialités vietnamiennes, crevettes joyeuses, riche assortiment de dim sum, cuisses de grenouille poivre et sel, turbotin du vivier à la vapeur, poularde de Bresse laquée, magnifique fondue chinoise, courgettes farcies aux crevettes, raviolis aux fruits de mer, travers de porc aux cinq parfums, gâteau au taro et lait de coco, etc.

Vong, dans les anciennes Halles, c’est un véritable dépaysement. Décor unique, cuisine de premier ordre, service attentif. N’attendez pas le nouvel an chinois, le 5 février 2019, année du Cochon, pour déguster la grande cuisine de Maître Vong.

10, rue de La Grande-Truanderie, Paris 1er(01.40.39.99.89). Menu vapeur: 39 € (déjeuner) ; dégustation: 80 €, 145 € (Saint-Sylvestre). Carte: environ 65 €. Voiturier en fin de semaine (se renseigner). Fermé le dimanche.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le Clarence élu meilleur «grand restaurant» de Paris

[ad_1]

Le site d’information spécialisé Atabula remet au goût du jour le classement du guide Kléber créé en 1965. La table de Christophe Pelé devance Epicure au Bristol et le Grand Restaurant de Jean-François Piège.

Encore un classement. Mais cette fois, il s’agit d’une réédition. Le site d’information spécialisé dans la gastronomie Atabula a décidé de relancer le «Classement des quatorze Grands de Paris», créé par le guide Kléber en 1965. À l’époque, sept critiques gastronomiques classaient «selon leur coeur» les meilleures tables du guide, alors principal concurrent du Michelin.

Reprenant la formule en 2018, Atabula a rassemblé un jury de critiques issus de plusieurs médias: Marie Aline (M Le Monde), Emmanuel Rubin (Le Figaro), Thibault Danancher (Le Point), Gilles Pudlowski (blog Les Pieds dans le plat, auteur des guides Pudlo Paris et ex-critique gastronomique du Point), Rémi Dechambre (Le Parisien), Philippe Toinard (rédacteur en chef de 180°C et journaliste pour BFM Paris) et Franck Pinay-Rabaroust (Atabula).

Sept jurés auxquels le site gastronomique a soumis une liste de trente restaurants à classer, issus des deux principaux guides hexagonaux: Michelin et Gault & Millau (des tables auréolées de 2 ou 3 étoiles Michelin ou de 4 ou 5 toques Gault & Millau). Chacun a accordé 10 point à son premier choix puis 9 au second et ainsi de suite. Les tables ex aequo ont été départagées par le nombre de récurrences dans le panel.

Le Clarence de Christophe Pelé remporte les suffrages avec 38 points. Arrivent ensuite Éric Fréchon à l’Épicure du Bristol avec 33 points et Le Grand Restaurant de Jean-François Piège avec 31 points. Guy Savoy, fraîchement réélu par La Liste meilleur restaurant du monde, n’arrive que 7e avec 24 points.

Installé dans l’hôtel particulier Dillon (VIIIe) depuis 2016, Christophe Pelé reçoit dans un cadre à l’ancienne (escalier en marbre, salons en cascade). Travaillant les produits du marché selon son inspiration; il allie hardiment les saveurs terre et mer.

Le «Classement des Grands de Paris»

1. Le Clarence (VIIIe): 38 points.

2. Épicure à l’hôtel Bristol (VIIIe): 33 points.

3. Le Grand Restaurant de Jean-François Piège (VIIIe): 31 points.

4. L’Arpège (VIIIe): 31 points.

5. Pierre Gagnaire: 29 points.

6. Alléno Paris (VIIIe): 28 points.

7. Guy Savoy (VIe): 24 points.

8. L’Astrance (XVIe): 21 points

9. Le Cinq à l’hôtel George V (VIIIe): 19 points.

10. La Tour d’Argent (Ve): 19 points.

11. David Toutain (VIIe): 18 points.

12. Alain Ducasse au Plaza Athénée (VIIIe): 17 points.

13. Taillevent (VIIIe): 15 points.

14. L’Ambroisie (IVe): 12 points.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Guy Savoy à nouveau sacré meilleur restaurant du monde

[ad_1]

Le triple-étoilé de la Monnaie de Paris, rejoint cette année à la première place par Éric Ripert du Bernardin (New York), sera sacré lundi par La Liste, classement mondial des 1000 meilleures tables établi à l’initiative du Quai d’Orsay en compilant guides et avis en ligne.

Après le Gault&Millau, les 100 chefs, le Fooding… Et avant le Michelin (25 janvier), La Liste, classement initié en 2015 par la diplomatie française en réponse au controversé World’s 50 Best Restaurants accusé de sous-représenter la gastronomie du pays, vient de rendre son verdict. Les prix seront remis lundi au Quai d’Orsay en présence de 80 chefs figurant dans le palmarès. Pour la troisième année consécutive, c’est le Parisien Guy Savoy, trois étoiles à la Monnaie de Paris (VIe), qui se hisse la première place. Il est toutefois rejoint en 2018 par Eric Ripert, du Bernardin à New York (déjà 2e l’an dernier), à égalité avec 99,75 sur 100.

Après plus de vingt-sept ans rue Troyon (XVIIe), le trois-étoiles natif de Bourgoin-Jallieu (Isère) s’est transféré – en retard par rapport au planning prévu – à l’Hôtel de la Monnaie en 2015. Guy Savoy, qui aime se définir comme un «aubergiste», y encadre une équipe de plus de 60 personnes dans un cadre sompueux avec vue sur la Seine. Parmi ses plats signatures figure la soupe d’artichaut à la truffe noire et brioche feuilletée aux champignons.

» LIRE AUSSI – Guy Savoy: «Chez moi, on voit le cuisinier» 

Pilotée par l’ambassadeur Philippe Faure, sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères, La Liste couvre 180 pays. Elle est conçue à partir d’une compilation de guides, publications gastronomiques et sites participatifs, pondérés pour arriver à un classement de 1000 restaurants dans le monde notés sur 100.

Pénurie de bons bistrots

Les deux premiers de La Liste sont des Français, mais ses instigateurs déplorent dans le même temps l’état souvent «lamentable» des bistrots de l’Hexagone. La France arrive troisième avec 116 meilleures tables sur 1000, derrière le Japon (148) et la Chine (143), qui continuent de s’envoler avec une vingtaine de nouveaux restaurants dans le classement pour chacun de ces deux pays par rapport à l’année dernière.

Si tout va à merveille pour la gastronomie française haut de gamme», «je ne suis pas optimiste pour la France», rapporte à l’AFP Philippe Faure. «Si Guy Savoy voulait ouvrir des restaurants partout, il pourrait sans problème (…). Mais le haut de gamme n’arrive pas à tirer le reste de la gastronomie française», regrette-t-il. «Il y a un peu de bistronomie dans les grandes villes, mais en province c’est lamentable (…) Il y a 30-40 ans on pouvait aller de Bordeaux à Lyon en voiture en s’arrêtant tous les 20 km, il y avait partout de bons bistrots, c’était savoureux, ce n’est plus du tout le cas. On mange mieux en Suisse, en Espagne, en Italie qu’en France sans guides, juste en poussant les portes», ajoute-t-il. Il explique ce phénomène notamment par la complexité des techniques culinaires françaises et un large choix d’aliments frais nécessaires.

Parmi les grandes tendances de l’année, La Liste note par ailleurs une «amélioration sensible» des restaurants russes, conséquence inattendue de l’embargo sur les aliments occidentaux en Russie.

16 Parisiens dans le top 200

Une autre tendance «croissante» due à Instagram, «c’est de manger avec les yeux», souligne Philippe Faure pour qui la gastronomie «se consomme de plus en plus comme la haute couture». Cet engouement pour le «beau» aux dépens parfois du «bon» entre en contradiction avec la tendance, qui perdure, à rechercher des produits «nature, bio et éco-responsables». «Il y a toute une clientèle de jeunes entre 20 et 40 ans, souvent des femmes, qui ont un restaurant préféré parce qu’ils ont vu des photos avec des fleurs, un plat comme une aquarelle et c’est ça qui les motive», souligne Yörg Zipprick, co-fondateur de La Liste.

Seize tables parisiennes se classent dans les 200 premières. Outre Guy Savoy, Alain Ducasse au Plaza Athénée (99,50/100), L’Arpège d’Alain Passard (99,25/100), Le Pré Catelan de Frédéric Anton (98,75/100), L’Ambroisie de Bernard Pacaud (98,5/100), Le Pavillon Ledoyen de Yannick Alléno (98,25/100), Pierre Gagnaire (98/100), L’Epicure d’Eric Frechon (97,25/100), Le Cinq de Christian Le Squer (97/100), L’Astrance de Pascal Barbot (96,25/100), Le Grand Restaurant de Jean-François Piège (95,75/100), Le Gabriel de Jérôme Banctel (95,5/100), Taillevent de David Bizet (95,5/100), Le Grand Véfour de Guy Martin (94,75/100), Le Clarence de Christophe Pelé (94,25/100) et Le Meurice d’Alain Ducasse (93,25/100).

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

PASSION NETFLIX, GLOSSIER & MEILLEUR LIVRE DE CUISINE

[ad_1]

Des favoris vraiment formidables.

 

 

✘ DANS CETTE VIDÉO ✘

• Atypical saison 1 et saison 2
trailer 

• Baume à lèvres teinte Amazing Anemones #095 / Rouge Bunny Rouge

• Mes coffrets Araku – frais de port offerts avec le code COCO
Le grand Coco
Le petit Coco
Café moulu seul

• Caféier

• Blush Cloud Paint en teinte Dawn / Glossier

• Zumbo’s Just Dessert

Urban Vegan

Vous aimerez aussi

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Arnaud Donckele élu meilleur chef du monde par ses pairs

[ad_1]

Dimanche, le classement 2019 des «100 chefs» établi par la profession a promu Arnaud Donckele à la première place mondiale. Cocorico!

Ça y est, le classement «Les 100 chefs» édition 2019 vient de tomber et c’est Arnaud Donckele, chef de La Vague d’Or à Saint Tropez, dans le Var, qui a été élu n°1 mondial. Pour rappel, cette hiérarchisation hyper honorifique a été lancée en 2015 par le magazine professionnel Le Chef. La rédaction a ainsi demandé à l’ensemble des cuisiniers gratifiés de 2 ou 3 étoiles dans les pays où le guide Michelin était présent de répondre de façon anonyme à une question unique: «Quels sont les 5 chefs internationaux qui portent le mieux les valeurs de la profession, créent une cuisine incontournable et chez qui il faut être allé?» Le nom de l’heureux élu, sorti de la toque de ses confrères est donc Arnaud Donckele, un chef de 41 ans, qui dans le petit paradis tropézien de l’hôtel La Pinède travaille avec passion les produits du terroir-merroir méditerranéen, attentif à faire revivre des recettes traditionnelles provençales qu’il se plaît à sublimer.

L’annonce des résultats a eu lieu au Chefs World Summit, dont l’ouverture eut lieu à Monaco, ce dimanche 25 novembre. Le top 10 ci-dessous met également en lumière des chefs de très haute volée:

1 – Arnaud DONCKELE – LA VAGUE D’OR – France
2 – Michel TROISGROS – MAISON TROISGROS – France
3 – Jonnie BOER – DE LIBRIJE – Pays-Bas
4 – Yannick ALLENO – ALLENO PARIS – France
5 – Seiji YAMAMOTO – NIHONRYORI RYUGIN – Japon
6 – Paul PAIRET – ULTRAVIOLET – Chine (pour la 1ère fois dans le top 10)
7 – Emmanuel RENAUT – FLOCONS DE SEL – France
8 – David KINCH – MANRESA – USA (pour la 1ère fois dans le top 10)
9 – Alexandre COUILLON – LA MARINE – France (pour la 1ère fois dans le top 10)
10 – René REDZEPI – NOMA – Danemark

Arnaud Donckele succède ainsi à Michel Troisgros (2018), Alain Passard (2017), Michel Bras (2016) et Pierre Gagnaire (2015).

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

PASSION NETFLIX, GLOSSIER & MEILLEUR LIVRE DE CUISINE

[ad_1]

Des favoris vraiment formidables.

 

 

✘ DANS CETTE VIDÉO ✘

• Atypical saison 1 et saison 2
trailer 

• Baume à lèvres teinte Amazing Anemones #095 / Rouge Bunny Rouge

• Mes coffrets Araku – frais de port offerts avec le code COCO
Le grand Coco
Le petit Coco
Café moulu seul

• Caféier

• Blush Cloud Paint en teinte Dawn / Glossier

• Zumbo’s Just Dessert

Urban Vegan

Vous aimerez aussi

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Sièges enfants, le meilleur sinon rien

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Une nouvelle génération de sièges auto pour enfants arrive sur le marché et promet plus de praticité et de sécurité.

En France, chaque semaine, ce sont plus de 340 enfants qui sont victimes d’un accident de la route, en tant que passagers d’une voiture. Selon l’étude VOIESUR datant d’avril 2015, ces accidents engendrent plus d’une centaine de blessés et un décès par semaine. Un lourd bilan qui pourrait être passablement allégé si les enfants étaient correctement retenus.

Un siège auto de qualité n’est donc pas un accessoire dont on peut se passer sans conséquences. Notre progéniture mérite tout de même qu’on investisse un certain budget pour sa sécurité, n’est ce pas? C’est dans cette optique que le fabriquant allemand Britax Römer compte proposer une nouvelle génération de sièges enfants pour la rentrée 2018.

Le modèle «Advansafix IV R» prône la facilité d’utilisation avec sa fonction «Flip & Grow», simplifiant la transformation du siège lorsque l’on souhaite le faire passer de la catégorie groupe 1 au groupe 2/3. Démonter le harnais à 5 points pour installer le «SecureGuard», n’est donc plus nécessaire. Quant au système «EasyRecline», il permet d’ajuster plus facilement le siège sur la banquette arrière de la voiture. Le modèle est facturé 330 euros.

Le siège «Kidfix III M», pour sa part, dispose d’un dossier en forme de V s’adaptant à la morphologie de l’enfant au fil de sa croissance. Il s’échange contre la somme de 260 euros. Si toutefois vous ne faites confiance qu’aux sièges ayant obtenu les meilleurs résultats aux crash-tests, la marque Cybex s’impose.

Le Cybex “Pallas S-Fix” est en effet classé “Test winner” de la catégorie siège-auto du groupe 1/2/3 (9 – 36 kg) avec un résultat de “GOOD”. Le “Solution S-Fix” reçoit les mêmes honneurs, mais à égalité avec des sièges d’autres marques. Pour s’équiper du champion de la catégorie, il faudra débourser 329 euros, contre 219 euros seulement pour le «Solution S-Fix».

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس