L’Arménie, l’autre pays merveilleux d’Aznavour

[ad_1]

Il n’aura eu de cesse de mettre en lumière le petit pays du Caucase dont il était originaire. L’illustre artiste franco-arménien disparu le 1er octobre à l’âge de 94 ans, nous a donné la voie d’une destination de voyage méconnue. Parcours choisi dans un itinéraire sur mesure.

Charles Aznavour n’aura eu de cesse de mettre en lumière l’Arménie. De la petite république du Caucase ceint de quatre pays, la Géorgie au nord, l’Azerbaïdjan à l’est, l’Iran au sud et la Turquie à l’ouest, l’illustre chanteur franco-arménien dénonça sans relâche le massacre de son peuple et les tremblements de terre. Mais à chaque fois il terminait son propos par une note d’espoir. Comme dans ce beau livre réalisé par la Société de Géographie, L’Arménie, sous-titré Avant-poste chrétien dans le Caucase. «Indépendante enfin, sur son sol légendaire. Elle se prend en main et respire et revit. La liberté conquise, il y a tout à faire. Avec l’aide de Dieu et la foi et l’envie», écrit-il en conclusion de sa préface.

Il s’est éteint le 1er octobre à l’âge de 94 ans. Mais Aznavour aura donné la voie d’une destination de voyage méconnue, que l’on atteint en moins de temps qu’il n’en faut pour traverser la France.

»LIRE AUSSI – Charles Aznavour, mon oncle d’Arménie

Cap sur ce pays grand comme la Bretagne, à 4h40 de vol de Paris, dont la capitale, Erevan accueillera le XVIIe sommet de la francophonie les 11 et 12 octobre. Un pays pour amoureux de nature et de culture. On y va pour son fabuleux patrimoine religieux. Souvenons-nous: «au commencement était l’Arménie», écrit Jean-Christophe Buisson dans son beau reportage du Figaro Magazine, sur les routes de cette république qui a fait de sa foi chrétienne un élément central de son identité.

Un paysage de grottes et de cheminées de fée

Le spécialiste du voyage sur mesure Evaneos a élaboré un itinéraire exceptionnel à la découverte du pays, «Les merveilles d’Arménie, voyage en liberté», avec un hébergement chez l’habitant. Départ d’Erevan, avec sa cascade aux statues de Botero, son institut des manuscrits anciens et son musée d’histoire. Puis l’on trace le lendemain vers Echmiadzine, «haut lieu de l’Arménie et résidence du patriarche suprême de l’Église Arménienne», détaille Hakob, agent local partenaire. Au troisième jour, la route croise les ruines de Zvartnots (VIIe siècle), l’un des plus singuliers chefs-d’œuvre de l’architecture arménienne, classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Temples et monastères sillonnent ce parcours qui traverse les splendeurs géographiques du pays, la vallée verdoyante de Goris, les contreforts du mont Aragats. Un dîner est d’ailleurs prévu dans la ville Goris, l’une des plus belles villes d’Arménie, située au cœur d’un paysage de grottes et de cheminées de fée. On y vient après avoir découvert le site mégalithe de Karahundj, l’un des plus vieux observatoires du monde, daté du Ve millénaire avant Jésus-Christ.

»LIRE AUSSI – Au commencement était l’Arménie

Se promener encore pour s’enivrer de la beauté majestueuse du lac Sevan, la «Perle Bleue» de l’Arménie située à 2000 m d’altitude. C’est le deuxième plus grand lac d’eau douce du monde. Ce voyage de 12 jours est proposé à partir de 800 euros sans les vols internationaux (tél.: 01 82 83 36 36 et www.evaneos.fr/armenie).

Après ça, on comprend mieux ces mots de l’avant-propos au beau livre de la Société de Géographie précité: «Le plus difficile n’est pas de poser les pieds en Arménie, ni de le quitter, mais de ne pas y revenir.»

Plus de renseignements auprès de l’Office de tourisme d’Arménie en France.

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس