Transports régionaux: QS fait fausse route avec la nationalisation, selon un transporteur

[ad_1]

La route vers l’Abitibi-Témiscamingue a été parsemée d’embûches pour Québec solidaire (QS), dont les ambitions de nationalisation n’ont pas eu l’écho souhaité à Rouyn-Noranda, où le parti a aussi dû rectifier le tir sur les rapprochements entre la formation politique de gauche et le marxisme.

Au coeur des principales critiques de ses adversaires politiques, QS comptait sur sa visite chez le transporteur Maheux pour prouver qu’elle n’évite pas de parler de nationalisation.

En début d’après-midi, la candidate au poste de première ministre Manon Massé est allée à la rencontre de Pierre Maheux, le président de cette entreprise de transport, pour discuter de la proposition de QS de nationaliser le transport interurbain. Devant les médias, les deux ont rapidement admis qu’ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde.

« C’est sûr que QS est dans le champ et je dirais que ça ne prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour penser une affaire de même », a lancé, sourire en coin, M. Maheux, retournant contre Mme Massé sa célèbre expression.

Pour M. Maheux, qui a repris les rênes de l’entreprise familiale qui fête cette année son 60e anniversaire, la solution pour bonifier une l’offre en transport ne réside pas dans une reprise de contrôle de l’État.

Durant la présente campagne, QS a annoncé qu’un gouvernement solidaire « mettra fin au monopole des transporteurs privés ». Le but de QS est de racheter les actifs des compagnies privées pour créer un nouveau réseau de transport interurbain qui sera doté d’un capital de 2 milliards de dollars.

« C’est sûr qu’on n’est pas d’accord », a dit Pierre Maheux. « Je ne pense pas que ce soit la meilleure solution pour offrir le service. La preuve, en Saskatchewan, il y avait des sociétés publiques de transport pour offrir un service national et ils viennent de les fermer en 2017 », a-t-il plaidé.

Mme Massé a toutefois refusé de voir ce rendez-vous à Rouyn-Noranda comme un échec. « C’était une rencontre dans un mode dialogue », a-t-elle fait valoir.

« D’entrée de jeu, j’ai dit à M. Maheux que j’étais consciente qu’on n’est pas sur la même page, mais qu’on a le même objectif, c’est-à-dire offrir à notre population un service, peu importe où elle est sur le territoire québécois », a-t-elle expliqué.

Selon M. Maheux, une meilleure solution serait d’accorder des subventions pour éponger les déficits que doivent encaisser les entreprises privées ou encore une baisse des tarifs du transport interurbain grâce à une aide financière du gouvernement.

Attaques péquistes

Dans la dernière semaine, QS a été accusé par le chef péquiste, Jean-François Lisée, de vouloir cacher ses intentions de nationaliser plusieurs secteurs de l’économie du Québec. Dans son programme de parti, QS utilise le terme nationaliser à une dizaine de reprises, alors que dans sa plateforme électorale, on le retrouve deux fois seulement.

« On ne peut pas tout faire en quatre ans », a d’abord indiqué Mme Massé.

Elle a ajouté que le but de QS n’est pas de tout nationaliser, même s’il est écrit noir sur blanc dans son programme qu’il préconise de placer les entreprises des domaines de l’énergie, de l’industrie minière et de la grande industrie forestière sous le contrôle public par une participation majoritaire de l’État, en envisageant au besoin la nationalisation complète.

Dans sa plateforme électorale, QS aborde la nationalisation seulement pour parler du transport interurbain et du développement du secteur éolien. Une proposition qui est aussi remise en question.

« L’idée n’est ni réaliste ni souhaitable à ce stade. Ce n’est pas réaliste parce que cela impliquerait des rachats massifs d’actifs par l’État alors que nous avons d’autres priorités d’investissements. Il n’y a pas un réel appétit dans la population pour un tel rachat », a souligné Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie.

QS marxiste ?

Un peu plus tôt dans la journée, Mme Massé a aussi dû défendre ses positions en marge d’une annonce sur le développement régional. C’est que la veille, dans une entrevue accordée à CBC, Mme Massé n’a pas rejeté les étiquettes que certains adversaires tentent de coller au parti de gauche.

Elle a expliqué que QS souhaite une révolution en matière de changements climatiques.

« Si vous appelez ça être socialistes, bien sûr que nous le sommes. Si vous appelez ça du marxisme ? Oui, ça l’est », a-t-elle dit.

Pour la deuxième fois depuis le début de la campagne, la candidate solidaire a fait une mise au point soutenant s’être mal exprimée en anglais.

« Dans ma langue de Shakespeare toute mélangée, [ce que je voulais dire] c’est que les étiquettes, pour moi, ce n’est pas important. Ce qui est important, c’est ce qu’on veut faire pour le peuple », a-t-elle indiqué, ajoutant qu’elle s’engage à continuer à améliorer son anglais.

En début de campagne, Mme Massé avait plaidé ses défis avec la langue anglaise après avoir déclaré que l’anglais était une langue officielle au Québec.

Avec Karl Rettino-Parazelli

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس