Fort achalandage dans les urgences du Québec au lendemain de Noël

[ad_1]

Plusieurs salles d’urgence du Québec affichent un fort achalandage au lendemain de Noël, mais c’est en Montérégie où les taux d’occupation sont généralement les plus élevés.

Le répertoire Index Santé signale mardi que le taux d’occupation des civières s’élève à 145 % à l’Hôpital du Suroît, à Salaberry-de-Valleyfield, à 139 % au Centre hospitalier Anna-Laberge, de Châteauguay, et à 124 % à l’Hôtel-Dieu de Sorel.

À Montréal, seuls l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et l’Hôpital Fleury sont aux prises avec un taux d’occupation des civières supérieur à 100 %. Il en est de même à Québec pour le Centre hospitalier de l’Université Laval et l’Hôpital Saint-François-d’Assise.

Ailleurs au Québec, les taux sont particulièrement élevés à l’Hôpital Sainte-Croix de Drummondville, au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, à l’Hôpital Hôtel-Dieu de Gaspé, à l’Hôpital Pierre-Le-Gardeur, dans Lanaudière et à l’Hôpital de Saint-Eustache, dans les Laurentides.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le ministre Marc Garneau a donné le feu vert au Père Noël pour décoller

[ad_1]

Le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, a officiellement autorisé le Père Noël à décoller pour faire le tour du monde et livrer ses cadeaux à des millions d’enfants.

Dans une vidéo, le ministre Garneau a par ailleurs confirmé que, pour s’acquitter de sa mission cette année, le Père Noël pourra compter sur une copilote spéciale: la Mère Noël!

M. Garneau a indiqué que, plus tôt ce mois-ci, des inspecteurs de Transports Canada se sont rendus au Pôle Nord pour inspecter le traîneau du Père Noël et ses systèmes de sécurité. Les inspecteurs ont vérifié le train d’atterrissage et les harnais des rennes, de même que les systèmes de communication et de navigation. Le nez lumineux de Rudolphe a été testé pour s’assurer qu’il fonctionne à pleine capacité. En outre, la hotte remplie de cadeaux du Père Noël a été examinée au moyen de la plus récente technologie de contrôle pour s’assurer qu’elle ne présente aucun danger et que tout est prêt pour la livraison.

Pendant qu’ils étaient au Pôle Nord, les inspecteurs ont également pu visiter le tout nouveau centre d’essai de drones du Père Noël, où ils ont observé des lutins piloter des drones de livraison de cadeaux, une nouvelle technologie que le Père Noël étudie pour les Noël futurs.

Le ministre Garneau a souligné l’importance pour le Père Noël, la Mère Noël et les rennes d’éviter de consommer de l’alcool ou des drogues afin que tout le monde soit apte au vol lors de cette mission très importante.

Cette année encore, le Père Noël s’est engagé à laisser de coté son cellulaire et il ne répondra pas aux messages textes ou aux appels pendant qu’il pilote le traîneau.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Quel digestif choisir pour clore le repas de Noël ?

[ad_1]

Cognac, Marc, Chartreuse, Calvados, Limoncello… Les digestifs sont légion ! Réputés pour » faire passer » le repas, on les sert traditionnellement dans un verre ballon ou tulipe à la fin du dîner. Une véritable responsabilité pour cet alcool censé graver, dans la mémoire des sens, les saveurs du dîner !

Eaux-de-vie ou liqueurs de fruits ?

Les eaux-de-vie sont des liqueurs alcoolisées obtenues par distillation de vin, de marc, de cidre ou de fruits. Bien connu, le Cognac, majoritairement produit sur les départements de la Charente-Maritime et de la Charente, est bonifié par un vieillissement en fûts-de-chêne. En guise de digestif : on servira un Cognac XO (Extra Old), élaboré à partir d’eaux-de-vie d’au moins 6 ans. L’Armagnac, quant à lui, résulte de la distillation de vins blancs produits dans le Gers, les Landes ou le Lot-et-Garonne. L’eau-de-vie de marc est distillée à partir de peaux et de pépins de raisin issus du pressurage des moûts du vin. Et il existe également de nombreuses eaux-de-vie de fruits, des alcools issus de la fermentation de fruits à noyaux : cerises, mirabelles, prune ou de baies et obtenus par distillation. Et les liqueurs de fruits ? Elles proviennent d’une macération ou d’une infusion de fruits frais comme c’est le cas du Cointreau (à base d’oranges douces et amères), sans oublier les liqueurs de plantes ; Chartreuse ou Génépi…

Choisir le bon digestif

Selon Patrice Remaud, responsable de la cave des Galeries Lafayette à Paris : » Ce sont les eaux-de-vie de vin ou de cidre, type Cognac, Armagnac, Calvados qui sont les plus recherchées des consommateurs en période de fêtes « . Tandis que les eaux-de-vie ou liqueurs de fruits constitueraient davantage des clins d’œil régionaux ou feraient office de jolis cadeaux. » Mais un grand whisky ou un grand rhum de canne ou de mélasse ont bien sûr aussi la cote auprès des amateurs », poursuit-il. Ses recommandations ? Un Calvados Roger Groult, un Cognac des Maisons Dudognon ou Lhéraud ou un Armagnac du Domaine Boingnères, Darroze et Baron Gaston Legrand… A panacher ! » Car il vaut mieux avoir 2 à 3 références de digestifs à proposer à ses convives. Les fêtes, à domicile, sont l’occasion déguster de jolis produits à condition de ne pas prendre de risques « , termine-t-il.

Pour trouver son digestif : Cave des Galeries Lafayette, 35, Bd Haussmann 75009. Du lundi au samedi de 8h30 à 21h30

Lire aussi : Quelques idées de digestifs à découvrir pour les fêtes

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les 5 bûches de Noël 2018 à Paris

[ad_1]

SÉLECTION – Pour clôturer en beauté vos repas de fête sans vous ruiner, découvrez notre sélection de bûches à moins de 45€ (pour 6 personnes), glanées chez de talentueux artisans de la capitale.

La plus «Mont Blanc»: Bo & Mie

Créée fin 2017 par deux anciens élèves de l’École Ferrandi, cette boulangerie-pâtisserie propose trois bûches pour les fêtes, disponibles en trois tailles. Notre préférée? La «Autour du Mont Blanc» qui revisite le traditionnel gâteau aux marrons, avec une touche de fraîcheur apportée par les agrumes (mousse de marrons, crème de marrons et insert de mandarines fraîches). Les grands enfants iront plutôt vers la «Chocolat Intense» (brownie chocolat/noisette, ganache chocolat noir 64% et mousse de chocolat au lait) et les audacieux vers le «Roulé Vanille Cassis» (biscuit roulé, ganache vanille Bourbon et compotée de cassis).

Bo & Mie. 18, rue de Turbigo (IIe). Tél.: 09 80 53 79 53. Prix: 21,90€ (4 personnes), 32,90€ (6 personnes), 43,90€ (8 personnes). Commande avant le 21 décembre inclus.

La plus «péché mignon»: BOULOM

La bûche «Gourmandise» de BOULOM.
La bûche «Gourmandise» de BOULOM. BOULOM

Pour le premier Noël de sa boulangerie-pâtisserie de quartier, le chef landais hyperactif Julien Duboué et son chef pâtissier Matthieu Dalmais ont imaginé deux bûches dont «La Gourmandise» pour les accros au cacao. Elle se compose de croustillant au chocolat et fleur de sel, crémeux caramel et mousse chocolat. La seconde, «La Luxure», se décline autour de la noix de coco et la mûre. Vous hésitez entre ces deux péchés capitaux? Venez les goûter sur le très bon buffet à volonté du restaurant, planqué derrière la boutique (29€ au déj., 39€ au dîn.).

BOULOM. 181, rue Ordener (XVIIIe). Tél.: 01 46 06 64 20. Prix: 35€ (6 personnes). Commande sur resa@boulom.net.

La plus «chenapan»: Yann Couvreur

La bûche «35 Haussmann» de Yann Couvreur.
La bûche «35 Haussmann» de Yann Couvreur. Yann Couvreur

Si l’on fait l’impasse sur sa bûche «signature» à la vanille bleue (90€ pour 6 pers.), l’ancien pâtissier du Prince de Galles dispose aussi d’une offre de bûches plus abordables. Ainsi la «35 Haussmann», créée en l’honneur des Galeries Lafayette qui accueillent sa dernière boutique & café. Très graphique, elle cache sous une fine couche de chocolat blanc une mousse légère au lait d’amande, une compotée de mandarines fraîches, de la pâte d’amandes torréfiées, une pointe de fleur de sel et un biscuit moelleux aux amandes. Mais aussi, parmi d’autres, la très craquante bûche lové coco pralinée avec ses petits renards (39€ pour 5).

Yann Couvreur. 137, av. Parmentier (Xe). 23 bis, rue des Rosiers (IVe). Et Galeries Lafayette Gourmet; Prix: 39€ (5 personnes). Commande en ligne avec un délais de 48h.

La plus exotique: Maison Aleph

La bûche «amande, safran et fleur d'oranger» de Maison Aleph.
La bûche «amande, safran et fleur d’oranger» de Maison Aleph. Maison Aleph

Dans sa petite pâtisserie d’inspiration syrienne à deux pas du BHV Marais, Myriam Sabet façonne deux bûches ensoleillées aux saveurs du Levant. La «noisette, chocolat et halva» pour les plus gourmands et «l’amande, safran et fleur d’oranger» pour les amateurs de saveurs fruitées. Cette dernière se compose d’un biscuit roulé garni d’une crème à la fleur d’oranger et d’une ganache au chocolat au lait, enrobé d’une crème montée infusée au safran d’Iran, et posé sur une marmelade d’orange et un croustillant aux amandes caramélisées.

Maison Aleph. 20 rue de la Verrerie (IVe). Tél.: 09 83 03 42 02. Prix: 42€ (6 à 8 personnes).

La plus «chaud cacao»: Jean-Paul Hévin

La bûche «Sidéral» de Jean-Paul Hévin.
La bûche «Sidéral» de Jean-Paul Hévin. JPH

Le talentueux chocolatier, Meilleur Ouvrier de France section pâtisserie-confiserie depuis 1986, a conçu cinq bûches sur le thème du voyage pour ces fêtes de fin d’année (toutes facturées 43€, pour 6 à 7 personnes). La star n’est autre que la «Sidéral» (expédiable par la Poste!), surmontée d’une fusée, d’une étoile filante et d’une planète. Elle se compose d’un biscuit chocolat noir aux amandes, d’une mousse chocolat noir 75% Grand Cru du Vénézuela, d’un biscuit dacquois noistte et d’un croustillant à la fève de cacao. À croquer aussi pour les fondus de chocolat, les très coquettes «Kyoto», «Venezia» ou «Ptit-Train».

Jean-Paul Hévin. Six boutiques à Paris Ier, IIIe, VIe, VIIe, IXe. Tél.: 01 45 51 45 99? Prix: 43€ (6 personnes). Commande avant le 20 décembre inclus.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Avent et Noël, de J. S. Bach à nous

[ad_1]

Jean-Sébastien Bach écrivit pour le premier dimanche de l’avent trois cantates. Ces « Adventskantaten BWV 36, 61 et 62 » s’inspirèrent du texte et de la mélodie du choral de Martin Luther, 1524. Encore aujourd’hui, c’est un pur bonheur d’écouter cette musique dite sacrée.

J. S. Bach fut un compositeur qui a su élever l’âme à hauteur de sa propre dimension religieuse. Et que dire de sa Cantate de Noël et de son Oratorio du même nom ; éblouissants de beauté ! Homme mû par une foi profonde, il commençait la plupart de ses compositions par une prière pour demander de l’aide au Christ et terminait par une louange à Dieu. Très souvent, il inscrivait en haut de la partition les lettres I.N.J., abréviation de « In Nomine Jesu », qui signifie « Au nom de Jésus ». Une autre inscription, celle-là en marge d’une partition pour un double J, pour « Jesu Juva », c’est-à-dire « Jésus, sauve-moi ». Bach concevait donc son travail de composition comme un ministère ; il se sentait apôtre, envoyé en mission pour porter l’Évangile. Des cantates, des motets, des oratorios, autant d’expressions musicales qui donnent à penser que l’illustre J. S. Bach appartenait aussi bien au monde « d’en haut » qu’à celui « d’en bas ».

Mais voilà. Les temps ont bien changé. Ici au Québec, les gens ont depuis bon nombre d’années réglé leurs comptes avec ce qu’ils appellent la religion, c’est-à-dire le monde « d’en haut ». Cela se manifeste notamment par un vent d’incroyance qui déferle sur les populations vieillissantes, mais aussi sur les jeunes et moins jeunes. L’une de mes élèves de 4e année me disait l’an dernier : « Je ne crois pas en Jésus, je ne crois en rien. » De lui dire : « 9 ans, c’est bien jeune pour en arriver à une telle conclusion. » Et un autre, toujours dans le cours d’éthique et culture religieuse, de poursuivre quelques semaines plus tard : « Moi, je descends du singe. » De lui rétorquer : « Et le singe descend de l’arbre »…

Cette sublimation de l’incroyance cible maintenant non seulement l’ordinaire de la vie, mais aussi le calendrier liturgique dans deux de ses principaux fondements : l’avent et Noël. Autrefois, l’avent signifiait l’attente du Messie : quatre semaines précédant la fête de Noël. Aujourd’hui, ce temps de l’avent est consacré à la confection ou l’achat d’un calendrier qui se veut essentiellement profane, puisqu’il tire sa sève de l’objet quotidien à prendre, à consommer. C’est le monde « d’en bas », expression d’une réalité purement temporelle et matérielle. Nous assistons au même phénomène avec Halloween, fête folklorique et païenne qui a complètement délogé et occulté le Jour des morts et la Toussaint ; on préfère maintenant célébrer la venue des fantômes plutôt que de se rabattre sur la mémoire de nos disparus.

En cette période dite festive, il est de bon aloi de se souhaiter de « joyeuses Fêtes » ! Après tout, nous ne sommes plus qu’à quelques heures de la soirée du 24 et de la nuit du 25. Au fil des années, cette formulation a subtilement tassé puis progressivement effacé le traditionnel « Joyeux Noël ». La publicité télévisuelle en fait largement l’étalage, et nos conversations humaines convergent dans le même sens. Ainsi, cette expression relative à la Nativité fut larguée au profit d’un voeu neutre, areligieux. Cela en dit long sur le rapport que nous entretenons maintenant avec cette fête chrétienne à l’allure paganisée. À ne pas en douter, le grand J. S. Bach ne s’y reconnaîtrait pas.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

La trêve essentielle de Noël

[ad_1]

Avec Noël, c’est la vie qui reprend ses droits, le temps d’une fête. Rappel annuel du miracle quotidien de la vie, de sa beauté dans son surgissement : la naissance, source inépuisable d’émerveillement et de nouveaux commencements. Moment privilégié pour prendre conscience de notre appartenance à la vie. Ce n’est pas rien, après tout : sentir, grandir, aimer, protéger, coopérer, créer des liens, donner la vie ; contempler la beauté incommensurable du monde ; participer à quelque chose de plus grand que soi, qui nous précède et nous survivra, qui nous englobe et nous habite à la fois. Être humain, tout simplement.

Et pourtant, combien peu y prêtent attention, dans une société centrée sur le rendement et obnubilée par la virtuosité de la technologie virtuelle, nous rendant toujours un peu plus étrangers au monde, déracinés, désincarnés. La grave crise écologique a malgré tout l’insigne vertu de tirer la sirène d’alarme en nous rappelant à notre responsabilité à l’égard de nos conditions d’existence, fragilisées à l’excès par l’adoption d’un mode de vie qui non seulement ne tient pas compte des liens qui nous unissent à la nature, mais les rompt dangereusement. La logique néolibérale qui régit nos sociétés nous enfonçant un peu plus dans l’impasse, en transformant le monde, la nature, les humains et la vie même en marchandises, en profit, en capital.

Or, Noël nous ramène à l’essentiel. Et la nature en fait éminemment partie, elle dont le mot dérive de naître – comme Noël, d’ailleurs –, et évoque le si beau, si fragile, si précieux jaillissement de la vie, sur laquelle il nous faut veiller soigneusement comme sur nous-mêmes, puisque nous en sommes une partie intégrante.

En célébrant la naissance comme une des plus belles manifestations du sacré et de la transcendance au coeur du monde, Noël déploie de puissantes ressources intérieures : la mémoire est l’une d’elles, qui plonge ses racines dans la vie et ses épreuves, pour en puiser de la beauté, de la bonté, une soif de justice ; mais surtout, en ces temps sombres, la capacité d’imaginer l’avenir autrement qu’à partir de la grille de lecture des puissants et d’ouvrir des brèches subversives dans la tyrannie du présent, en remettant en question les représentations du monde qui émanent des pouvoirs en place, colonisent notre imaginaire et légitiment le conformisme.

Noël, en effet, en mettant en présence de la fragilité de la vie, dégage l’horizon des possibles. Il nous invite à entretenir des liens bienveillants et bienfaisants avec les choses, les êtres et tout le vivant qui entoure plutôt qu’à s’abandonner au fantasme de la force et la démesure ; et à accueillir notre finitude et nos limites comme une grâce qui nous permet de grandir en humanité et en démocratie.

La vie est chemin d’humanité

Certes, le chemin qu’ouvre Noël est ardu. Mais comment peut-il en être autrement si exister, c’est aussi résister et combattre ce qui avilit, menace, défigure l’existence ? Quand des élites puissantes et richissimes, jalouses de leurs pouvoirs et de leurs privilèges, cherchent à dicter la marche à suivre à la multitude — conduisant à la déshumanisation et à la destruction des écosystèmes —, alors oser défendre la justice, la vie digne, le bien commun et le respect de la nature peut coûter cher, jusqu’à la vie même. Mais même sans cette menace terrible, il reste que vivre pleinement ne va jamais de soi. Il nous faut l’aide des autres. La vie est chemin d’humanité : si c’est pouvoir ressentir la joie, l’amour et le désir comme un souffle profond qui nous anime, c’est aussi accepter d’éprouver la souffrance, le manque et l’absence parfois inévitables. Et si la blessure, la peur, la défaillance sont des compagnes sur notre route, la douceur, l’amitié, la main tendue le sont autant.

L’histoire de Noël des évangiles ne dit pas autre chose, malgré l’enrobage marchand qui en édulcore passablement le sens et la portée. C’est pourquoi elle traverse les âges, comme un souffle qui aide à soutenir la marche au plus près de la vie. Ombre et lumière s’y côtoient. Les gens pauvres à la périphérie des pouvoirs sont les principaux personnages de cette histoire, qui a lieu cependant sur fond d’un empire tentaculaire qui fait sentir son emprise et sa violence sur la population conquise. On y raconte une naissance merveilleuse, mais aussi que les portes de Bethléem se ferment aux migrants et qu’une femme enceinte est forcée d’accoucher dans une étable. À la générosité des mages venus d’Orient offrir des cadeaux au nouveau-né succèdent la violence du roi Hérode, qui ordonne le massacre d’innocents, les pleurs des mères sur leurs enfants, la fuite dans le désert et l’exil.

C’est le début du récit de Jésus, le bien-aimé de Dieu, accueilli à sa naissance que par la louange des anges et la présence de quelques pauvres bergers, et qui mourra plus tard pendu à un gibet en dangereux séditieux. Noël nous rappelle tout cela. Mais surtout que la vie est plus forte que la mort. Et nous aide à tenir debout, malgré tout. Car Noël, c’est déjà Pâques.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

des cadeaux de Noël en mode vert intensément

[ad_1]

EN IMAGES – Voici une sélection de présents verts à mettre sous le sapin.

Vert, couleur de l’espoir et de la nature. Quoi de mieux pour fêter Noël? De quoi rappeler la belle couleur du sapin et offrir à ses proches de nombreux cadeaux. Effectivement, les fêtes de fin d’année sont le moment parfait pour penser aux autres mais également à soi. Et la sélection 2018 du Figaro permet depallier les éventuelles pannes d’inspiration.

Les marques d’horlogerie ne sont pas en reste encore cette année, en proposant des montres d’exception comme chez Piaget ou encore Rolex avec son modèle Oyster Perpetual Day-Date 40.

La décoration s’est mise également au vert cette année avec ce vase en verre soufflé de Louise Roe Copenhagen, cette horloge de chez Tolix, et cette lampe de bureau vendue chez Ikea qui trouvera parfaitement sa place dans une chambre d’enfant.

Des moments importants donc, que la marque de champagne Bollinger ne manque pas de faire pétiller.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les sorties kids friendly des vacances de Noël 2018

[ad_1]

Espèces en voie d’illumination

Le Jardin des Plantes de Paris accueille pour la première fois son festival des lumières. Féérique et convivial, cet événement, sous forme de promenade nocturne, permet de découvrir les célèbres jardins, chaque soir de 18h à 23h à la lueur de monumentales structures lumineuses. Pouvant atteindre jusqu’à 15 mètres de haut, ces lanternes spectaculaires représentent des animaux d’hier et d’aujourd’hui. Dinausors, mammouth, panda, éléphant ou girafe, la déambulation dans le zoo du Jardin des Plantes plonge les visiteurs dans la diversité du monde animal et ses espèces emblématiques. Pour animer cette balade illuminée, le parcours est jalonné de spectacles vivants sur le thème de la nature et d’ateliers pour les enfants, pour construire et décorer des lanternes à rapporter en souvenir chez eux. Un excursion qui éveille les consciences à travers l’évocation de la biodiversité passée et actuelle et de l’importance de la préservation de la faune et de la flore. Aussi rare qu’insolite pour les visiteurs en quête d’enchantement.


Espèces en voie d’illumination
Jardin des Plantes de Paris
Du 16 novembre au 15 janvier 2019, tous les jours de 18h à 23h
Plus d’informations 

L’exposition Ernest et Célestine

L’exposition Ernest et Célestine, Jours de fête, plonge petits passionnés et grands nostalgiques dans l’univers du gros ours et de la petite souris crées par Gabrielle Vincent. Le parcours réunit à la fois des planches originales de la dessinatrice, des objets tirés de l’univers de nos deux héros et des animations visuelles.

En parallèle de cette expo, chaque mercredis et samedis après midis, les enfants de 4 à 10 ans sont invités à participer à des ateliers créatifs gratuits, sur inscription.


Ernest et Célestine, Jours de Fête
Galerie Mansart
5 rue Payenne, 75003 Paris
Du 28 novembre au 13 Janvier
Toutes les infos

Le Grand Palais des Glaces

Le Grand Palais accueille la plus grande patinoire indoor du monde : le Grand Palais des Glace. En journée, une expérience unique, sous la verrière du Grand Palais pour patiner à la lumière du jour. Le soir venu, l’ambiance se colore de mille feux. A partir de 21h et jusqu’à 2h du matin, la patinoire devient un dance floor géant et magique. A la nuit tombée, la patinoire fait son show au son d’un DJ et illuminée des boules à facettes et ligot-shows. Pour les plus petits un espace dédié aux enfants, entièrement sécurisé et encadré pour découvrir le patinage en douceur. Un terrain de jeu de 3000m2 qui enchantera petits et grands pour des fêtes de fin d’année sportives, ludiques et féériques en famille.


Le Grand Palais des Glaces
Nef du Grand Palais
Avenue Winston Churchill 75008 Paris
Du 16 décembre au 9 janvier

Plus d’infos

Exposition Miro au Grand Palais

Le trait léger et aérien de Joan Miró s’installe au Grand Palais le temps d’une rétrospective événement. Au programme : près de 150 œuvres issues des grands musées européens et américains, ainsi que de collections privées, retraçant les soixante-dix ans de carrière du peintre. Du mouvement fauve au cubisme, en passant par le style détailliste et le surréalisme, cette exposition met en lumière le langage singulier du grand maître catalan, signé par un unique jeu de lignes, de formes et de couleurs. Un monde poétique orchestré par une inspirante sélection de dessins, peintures, céramiques et sculptures.


Jusqu’au 4 février 2019
grandpalais.fr

Cabanes, à la Cité des Sciences

Cette proposition inédite, conçue avec l’aide de spécialistes de la petite enfance, convie les visiteurs de 2 à 10 ans à une expérience ludique et poétique. Dans cette exposition surprenante, les enfants explorent une vingtaine de cabanes originales créées pour l’occasion par des artistes et des artisans. Une cabane faite de nœuds, une cabane qui bouge, une cabane transparente, une cabane dont on peut révéler l’intérieur ou une cabane qui fait un peu peur… Les jeunes visiteurs participent et font évoluer l’exposition en permanence en construisant des cabanes avec divers matériaux de récupération. Aucun résultat n’est attendu. Le but est d’exprimer sa créativité, en fonction de l’envie du moment, seul et à plusieurs. Une occasion unique pour les jeunes enfants d’éprouver les joies de la découverte et de stimuler leur créativité.


Expo Cabanes
À partir de 22 décembre 2018
Plus d’informations

Braderie solidaire Arcat

Dans cette dernière ligne droite dans la course au shopping et aux cadeaux de Noël, une alternative solidaire bienvenue. Au Bastille Design Center, lieu de 700m2 s’étendront sur trois niveaux, les créations mises en vente. On y trouvera des marques comme American Vintage, Fago, Ysé, Pierre Hardy, Sessun, Isabelle Marrant, Des Petits Hauts et pour les enfants, Louis Louise, Djeco, Rose in April ou Pomme d’Api, Moulin Roty. Les bénéfices de cette vente permettent d’améliorer et de pérenniser les programmes d’accompagnement au service des personnes touchées par le VIH.


Du 19 au 22 décembre
Plus d’infos

La Magic Week, au Mucem de Marseille

Un vent de magie souffle au Mucem pendant les vacances de Noël ! Illusionnistes, magiciens et autres « ombromanes » viennent réenchanter le musée à travers des spectacles et des ateliers d’initiation à la magie pour toute la famille.

L’occasion aussi, dès le 1er janvier, de découvrir l’Ile au trésor, un nouvel espace pour petits et grands invite à parcourir l’exposition « connectivité » de la Galerie Méditerranée tout en s’amusant. Embarquez à bord d’un navire imaginaire pour une aventure en plusieurs escales qui vous mène successivement à Istanbul, Venise, Alger, Gênes, Séville, Lisbonne et Marseille. L’objectif ? Gagner le maximum d’objets pour enrichir votre cargaison d’un incroyable trésor ! Équipés d’un journal de bord (une tablette tactile) et accompagnés d’un fidèle (et virtuel) conseiller, les petits aventuriers et leurs grands accompagnateurs partent à la découverte de l’histoire des grands ports de Méditerranée : venez à la rencontre des rois et des sultans, des pirates, des doges et des marchands…


MUCEM

La Magic Week
Du 29 décembre au 6 janvier 2018
Toutes les informations

L’île au trésor
A partir du 1er janvier
Toutes les informations

Un autre Noël en Colombie

Célébrer la magie de Noël avec un geste de générosité, ne serait-ce pas la formule parfaite ? En partenariat avec l’Agence des Nations Unis pour les réfugiés (HCR) et Aviation Sans Frontières (ASF), les enfants sont invités à faire don d’un de leurs jouets à un enfant déplacé ou réfugié en Colombie.

Le temps de cette journée, et en parallèle de la collecte de jouets, les jeunes visiteurs et leurs proches sont conviés à toutes sortes d’activités pour découvrir la région dans laquelle les jouets seront envoyés et comprendre le sens de cette opération de solidarité : visites des collections, découverte en musique des mythes et légendes d’Amérique du Sud, ateliers créatifs et gourmands, initiation à la salsa « caleña », sélection de livres à feuilleter… Autant d’occasions de voyager à travers les collections du musée, et de découvrir les cultures du monde.


Un autre Noël en Colombie
Musée du quai Branly – Jacques Chirac

Le 26 décembre, de 14h à 18h
Toutes les informations

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Cinéma : 10 films à voir pendant les vacances de Noël

[ad_1]

Le retour de Mary Poppins

About – Londres, 24 ans après les premières aventures de Mary Poppins. Jeanne et Michael sont désormais des adultes. Lorsque la famille Banks subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la famille et va tout faire pour que la joie revienne…

53 ans après après sa première apparition à l’écran, l’inégalable nanny tout droit sortie des studios Disney fait son grand retour dans les salles obscures. Dans une version plus moderne, mais toujours avec la même rectitude, c’est la pétillante Emily Blunt qui reprend le rôle titre !

On aime – Comme dans le film original, les prises de vues réelles se mêlent aux dessins d’animation. Les enfants se réjouiront des chansons qui ponctues tous les films et dont certaines resteront en tête pendant longtemps, de la magie de Mary, alors que les parents souriront aux nombreux clin d’oeils disséminés dans tout le film. Pari réussi pour Mary qui avec un soupçon de magie fait retrouver à toute la famille son âme d’enfant ! On se réjouit aussi des rôle de Meryl Streep et Colin Firth


A partir de 6 ans
Découvrir la bande-annonce

Casse-Noisette et les quatre royaumes

About – Disney revisite librement le conte de Noël d’Hoffmann avec un film grand spectacle. Ce film féérique suit la jeune Clara qui découvre un monde parallèle, étrange et mystérieux. Dans ce monde parallèle des Quatre Royaumes, elle fera la connaissance de Philip, un soldat casse-noisette qui l’aidera à sauver les royaumes d’une terrible menace. Mais pour restaurer l’harmonie du monde et des royaumes des Flocons de neige, celui des Fleurs et celui des Délices, Clara et Phillip vont devoir affronter la tyrannique Mère Gingembre qui vit dans le quatrième Royaume, le plus sinistre d’entre tous…

On aime – Un blockbuster familiale dont on appréciera les décors et costumes féériques et le casting cinq étoiles (Morgan Freeman, Keira Knightley ou encore Helen Mirren). Idéal pour faire le plein de magie de Noël !


A partir de 6 ans
Découvrir la bande-annonce

Rémi sans famille

About – Les aventures du jeune Rémi, orphelin recueilli par la douce Madame Barberin. A l’âge de 10 ans, il est arraché à sa mère adoptive et confié au Signor Vitalis, un mystérieux musicien ambulant. A ses côtés, il va apprendre la rude vie de saltimbanque et à chanter pour gagner son pain. Accompagné du fidèle chien Capi et du petit singe Joli-Cœur, son long voyage à travers la France, fait de rencontres, d’amitiés et d’entraide, le mène au secret de ses origines…

On aime – Un périple empreint d’amour, de tendresse et d’émotion, fidèle au célèbre roman d’Hector Malot. On adore, Daniel Auteuil dans le rôle du Signor Vitalis.


A partir de 6 ans
Découvrir la bande-annonce

Pachamama

About – Tepulpaï et Naïra, deux petits indiens de la Cordillère des Andes, partent à la poursuite de la Pachamama, totem protecteur de leur village, confisqué par les Incas. Leur quête les mènera jusqu’à Cuzco, capitale royale assiégée par les conquistadors.

On aime – Ce conte écolo sous forme de voyage initiatique, embarquera toute la famille dans une culture d’Amérique du Sud encore peu vue dans les films pour enfants.


A partir de
Découvrir la bande-annonce

Oscar et le monde des chats

Résumé – Oscar est un chaton qui vit paisiblement avec son père Léon, un gros chat d’appartement. Rêveur, il croit en l’existence de Catstopia, un monde merveilleux où vivent les chats. Il décide un jour de partir à l’aventure ! 

Notre avis – Entre rire et émotion, impossible de ne pas fondre devant les bouilles d’Oscar, Léon et leurs compères. Un film vrai film d’aventure qui tiendra les kids en haleine et qui tend en toile de fond la question des maltraitances animales.


A partir de 4 ans
Découvrir la bande-annonce

Le Grinch

Résumé – Chaque année à Noël, les Chous viennent perturber la tranquillité solitaire du Grinch avec des célébrations toujours plus grandioses, brillantes et bruyantes. Quand les Chous déclarent qu’ils vont célébrer Noël trois fois plus fort cette année, le Grinch réalise qu’il n’a plus qu’une solution pour retrouver la paix et la tranquillité: il doit voler Noël.

Notre avis – Un film de Noël drôle, trépidante, avec juste ce qu’il faut d’émotion. Un moment privilégié ou le rire prédomine et les gags se succèdent. Enfin, les dialogues ont le mérite de parler à tous les publics, en variant les degrés de lecture. On notera la voix de Laurent Laffite pour le Grinch, qui rythme cette histoire.


A partir de 5 ans
Découvrir la bande-annonce

Astérix : le secret de la potion magique

About – À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village. Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…

On aime – Le scénario entièrement original et inédit a été imaginé par Alexandre Astier. Sans surprise donc, les gags traditionnels couplés à des références plus actuelles s’enchaînent et nous apporte une bonne dose de rigolade. Vent de renouveau, de nouveaux personnages au forts caractères font leur entrée dans l’univers des irréductibles Gaulois. L’intrigue abordant des thèmes sérieux comme la transmission, le partage, mais aussi les origines de la fameuse potion magique ! Un spectacle familiale dans l’air du temps destiné avant tout à faire rire et à divertir !


A partir de 3 ans
Découvrir la bande-annonce

Mia et le lion blanc

About – Mia a onze ans quand elle noue une relation hors du commun avec Charlie, un lion blanc né dans la ferme de félins de ses parents en Afrique du Sud. Tous deux grandissent comme frère et sœur et deviennent vite inséparables. Trois ans plus tard, Charlie est devenu un lion imposant. Mia découvre alors le secret que cache la ferme : son père vend les lions à des « chasseurs de trophées ». Mia n’aura désormais qu’une obsession : sauver Charlie, à tout prix.

On aime – L’adaptation à l’écran de cette amitié extraordinaire entre une jeune fille et un animal sauvage a donné lieu à un tournage hors-norme. Le film a été tourné sur plus de 3 ans pour que le lionceau puisse grandir aux côtés de la jeune actrice et sa famille de fiction sans les mettre en danger.
Une film engagée pour la préservation des lions et de la faune sauvage, qui donne à voir une nature grandiose.


A partir de 7 ans
Découvrir la bande-annonce

Arthur et la magie de Noël

About – Il n’y a bien que les adultes pour penser que les bonshommes de neige restent dans le jardin en attendant sagement de fondre ! Dès que les grands ont le dos tourné, la magie de Noël opère et tout le monde part à l’aventure !

On aime – Arthur et la magie de Noël est une compilation de deux courts-métrages (12 et 25 minutes). La réalisation en stop-motion de ces deux productions (l’une tchèque, l’autre japonaise) donne le sentiments que le monde figé des adultes se met en mouvement pour les enfants, où objets, jouets et décors prennent vie. Deux jolis films d’aventure et de voyage initiatique pour les tout petits !


À partir de 3 ans 
Découvrir la bande-annonce

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le Noël d’une joyeuse famille d’insoumis

[ad_1]

Parce que nous nous sommes donné, au fil du temps, quatre garçons, mon conjoint et moi avons peu à peu découvert que l’amour est le noyau de toutes nos actions. Nous avons appris à valoriser la simplicité et l’authenticité et donnons sens à nos modestes aventures par la convivialité et le partage. Au moyen de la réflexion et de l’action, nous tentons d’inculquer à nos enfants la compassion et la générosité tandis que la vie se charge de nous recentrer sur ce qui compte vraiment pour nous : nous entourer des êtres aimés, rechercher la sérénité (non, c’est pas facile !), croire en un monde meilleur et essayer d’y contribuer.

À l’approche des Fêtes, cette année, nous faisons un choix qui s’inscrit dans la continuité de nos valeurs : nous nous refusons à consommer pour dire notre amour. À Noël, c’est décidé, nous résistons à la tentation de faire des achats impulsifs pour soigner nos inconforts. Nous ne gaspillerons ni temps, ni énergie, ni argent, ni matériel pour nous sentir exister. Notre famille dit non à la foire commerciale et au faux bonheur qu’elle promet. Adieu bébelles, poubelles pleines et crédit galopant !

Sans chercher à le diaboliser ou à reléguer aux oubliettes ses significations traditionnelles, nous vivrons Noël autrement. Nous optons dans la joie pour des festivités aux antipodes de la course et de la performance. La déco, les repas et les cadeaux seront imparfaits (les enfants les fabriquent avec les moyens du bord !). Et le reste attendra ! Loin d’un ennuyeux cynisme mais dans une ode certaine à la lenteur, tels de joyeux insoumis, nous nous installerons dans une petite maison de campagne louée pour l’occasion. Les grands-parents chéris seront aussi de passage.

Fête des enfants

Pas de jouets sous le sapin, donc. Et le meilleur là-dedans ? Les enfants sont ravis ! Car ils savent que, lors de ce temps d’arrêt, le rire, la musique, la créativité et la spontanéité seront au rendez-vous. Exit l’école et les fastidieuses obligations ! Bienvenue la nature, les repas réconfortants et la lumière dansante des bougies ! Et les amis seront les bienvenus ! Si Noël est la fête des enfants et de la famille, alors faisons toute la place à ce qui les construit : la réjouissance, l’éveil des sens et de l’esprit, les souvenirs et projets communs et les plaisirs partagés. Saisissons cette occasion de donner à nos enfants non pas des montagnes de plastique ou d’encombrants objets à peine désirés, mais amour, présence, visites d’amis et moments de recueillement.

Ce temps fort est une chance, dans nos vies complexes, de vivre consciemment. Félicitons-nous du fait que les magasins sont fermés et, pour l’amour des enfants, parlons-nous délicatement, offrons-nous les uns les autres une attention spéciale, chantons et dansons ensemble, cuisinons tranquillement, lisons-leur longuement. Ayons la volonté de transmettre des valeurs humaines, de nous faire des dons pleins de sens et de garder vivante notre mémoire. Rendons hommage au passé (et à nos proches disparus), mais n’oublions pas le futur : causons de justice sociale et de nos vives préoccupations environnementales. Noël doit être joyeux, mais pas à n’importe quel prix. Soyons les adultes et inculquons à nos enfants le sens de la fête !

(Et là, j’ai le sensuel Hallelujah de Leonard Cohen qui joue dans ma tête.)

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس