Les déneigeurs s’opposent aux barres latérales obligatoires

[ad_1]

Les entrepreneurs en déneigement s’insurgent contre la décision de l’administration de Valérie Plante d’obliger ses fournisseurs à doter leurs camions de barres latérales à compter de 2019.

« On ne peut pas être contre la vertu pour la sécurité des gens, mais nous, ce qu’on dit, c’est que 2019, ça s’en vient vite », soutient Mario Trudeau, directeur général de l’Association des entrepreneurs de déneigement du Québec (AEDQ) qui regroupe une quarantaine de membres.

Selon lui, le recours à des barres latérales sur les camions n’est pas la méthode la plus efficace pour protéger les cyclistes et les piétons à Montréal. « C’est un palliatif, un “plaster”, sur une jambe de bois, mais peut-être pas l’équipement idéal », croit-il.

Les barres latérales seront difficiles, voire impossible à installer sur certains camions de grand gabarit, ajoute-t-il.

L’Association préconise plutôt les miroirs et les portes vitrées afin d’éliminer les angles morts, de même qu’une formation plus poussée des chauffeurs. « On travaille sur la formation avec des écoles pour faire de la formation spécifiquement sur le déneigement », dit-il.

M. Trudeau estime que les citoyens doivent aussi être sensibilisés aux dangers des véhicules lourds en ville : « Pour les vélos, on exige 1,5 mètre [de distance]. Pourquoi on n’exige pas le même 1,5 mètre pour les citoyens près de tout camion ? Ce sont des camions lourds après tout ».

 

Sauver des vies

Les entreprises de déneigement sont aussi inquiètes au sujet de l’application de cette exigence et se plaignent de ne pas avoir été suffisamment consultées. « Qui va avoir la responsabilité en cas de problème ? Il y a des bouts qui ne sont pas clairs et il y aura des coûts. Les entrepreneurs vont devoir augmenter leurs prix », indique M. Trudeau.

La semaine dernière, l’administration Plante avait annoncé son intention d’ajouter une clause dans ses appels d’offres afin d’exiger de ses fournisseurs des barres latérales sur leurs véhicules lourds. La date d’entrée en vigueur restait à déterminer.

Jean-François Parenteau entend garder le cap et il assure que la Ville entreprendra des discussions avec l’industrie du camionnage avant de prendre une décision définitive. « Les barres latérales sont un élément parmi d’autres. Mais si les barres latérales sauvent une vie, c’est assez », explique l’élu en entrevue.

D’autres équipements obligatoires pourraient être envisagés comme les miroirs convexes et les caméras. L’administration entend consulter les études réalisées à ce sujet avant d’aller de l’avant.

Jean-François Parenteau convient que l’implantation de nouvelles mesures pourrait entraîner des coûts supplémentaires pour les entrepreneurs : « Certains entrepreneurs vont s’y conformer, d’autres pas. Il va y avoir le jeu de la concurrence ».

En 2010, après la mort de quatre piétons au cours d’opérations de déneigement, le coroner Luc Malouin avait recommandé que la Ville de Montréal et à la Société de l’assurance-automobile du Québec (SAAQ) d’envisager l’installation de miroirs convexes sur les véhicules, de même que des caméras et des systèmes de détection de mouvements. La Ville a depuis équipé ses camions de barres latérales, mais les autres mesures tardent à venir.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les pneus hiver bientôt obligatoires

[ad_1]

LÉGISLATION – Un nouveau décret devrait bientôt être voté afin de rendre obligatoire les pneus neige dans les zones montagneuses pour tous les véhicules, à partir de l’hiver 2019-2020.

Les pneus hiver, ou pneus neige, pourraient devenir obligatoires dans les zones montagneuses françaises, pour des raisons de sécurité routière. Si le décret n’a pas encore été voté, la période d’application est déjà définie: du 1er novembre au 31 mars (chaque année). Ce qui n’est pas encore validé, c’est la zone géographique concernée par cette nouvelle réglementation.

Si ce projet aboutit, ce sera une réelle avancée en matière de sécurité routière. Chaque hiver, dès les premiers flocons de neige, on relève encore de trop nombreux accidents sur les routes, en raison notamment de véhicules qui ne sont pas correctement chaussés.

Les pneus hiver disposent de rainures plus nombreuses, plus larges et plus profondes, ainsi que d’une gomme qui ne gèle pas. Ils gratifieront le véhicule ainsi équipé d’une meilleure tenue de route, d’une meilleure motricité mais aussi d’un freinage bien plus efficace. Selon Bridgestone, un véhicule équipé de pneus standard aura une distance de freinage supérieure de 133 % à celle constatée avec des pneus hiver.

Rappelons qu’il est impératif que les pneus hiver équipent les quatre roues, pour éviter les pertes de stabilité. Équiper les véhicules roulant dans les régions montagneuses est un premier pas qu’il faut saluer mais pour réduire encore le risque d’accident, il faudrait encourager des cours de conduite sur chaussée à faible adhérence. La conduite dans ce genre de situations impose des comportements et des réflexes appropriés.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس