Halo Sport, un dispositif pour améliorer ses performances et sa précision

[ad_1]

OBJETS DU FUTUR – Ce casque permet d’acquérir de nouvelles compétences plus rapidement aussi bien dans le sport que dans la pratique d’un instrument de musique.

Quel peut être le point commun entre un entraînement sportif et la pratique d’un instrument de musique? Les muscles. Et surtout, leur bonne coordination. Combien de temps passons-nous à faire et à refaire des exercices et des mouvements pour obtenir enfin le bon geste? Infini. Parfois décourageant. Et si on pouvait acquérir des résultats plus rapidement et économiser des heures d’efforts? Car en matière de sport comme dans la maîtrise d’un instrument, ce qui compte c’est la répétition qui permet d’atteindre les objectifs.

Le Halo Sport pourrait passer pour un simple casque audio.
Le Halo Sport pourrait passer pour un simple casque audio. Halo

Halo Sport est peut-être l’accessoire qui convient. Il se présente sous la forme d’un casque audio presque conventionnel. Il s’agit d’un appareil développé par des scientifiques et des ingénieurs ayant breveté leur technologie à grands renforts de recherches et de tests depuis plus de dix ans. La partie audio est venue plus tard puisque de toute façon l’équipement d’origine de l’objet, un bandeau, avait la forme parfaite pour atteindre les attentes de ses inventeurs. Il suffisait d’ajouter des écouteurs pour en faire un appareil double emploi.

Daniel Chao, docteur en neurosciences, PDG de Halo Neuroscience, entrepreneur dans le domaine des «medtech», a déjà, dans une entreprise précédente, NeuroPace, approché une technologie visant à soulager des personnes souffrant d’épilepsie. Avec Halo Sport, un pas de plus est franchi à destination de tous.

Sensations

L’objet est singulier. Il pourrait passer pour un simple casque audio si la présence d’un alignement de pics impressionnants sous son arceau ne laissait supposer une autre destination. Ceux-ci, heureusement, sont en caoutchouc. Détachables, ils sont à humidifier avant de chausser le casque pour favoriser le contact électrique avec le crâne. Si l’on n’est guère impressionné par les patchs collants des équipements d’électrostimulation visant à fortifier pectoraux et autres abdominaux, l’idée qu’un faible courant vienne titiller notre cervelle a tout de même quelque chose d’inquiétant. Il ne s’agit que d’une stimulation transcrânienne à courant continu nous assure-t-on.

Bien ajusté sur la tête, il faut ensuite appairer le casque au smartphone disposant de l’application gratuite Halo Sport. Celle-ci lancée, il faut choisir entre trois sessions selon le type d’entraînement: l’une agira sur la partie sportive, la seconde est consacrée à la pratique d’un instrument et plus particulièrement à la main gauche et la troisième à la main droite. On appuie fébrilement sur le bouton start et c’est parti pour vingt minutes de stimulations.

Ces picots conduisent un faible courant au cortex.
Ces picots conduisent un faible courant au cortex. Halo

Le compte à rebours est déclenché. Le processus s’arrêtera de lui-même. Autant le dire, le sentiment est confus. Ça chatouille, ça picote, ça chauffe, ça démange. C’est selon. On flirte avec la torture. Heureusement l’intensité est réglable de 1 à 10 et, après quelques séances, on finit par s’habituer. Si le courant passe mal, l’application demandera de réhumidifier les picots en caoutchouc, voire même de les détremper. La technologie utilisée, appelée Neuropriming, active le cortex et permet au cerveau d’atteindre un état d’hyperapprentissage optimal en combinant la neurostimulation et l’entraînement physique tout en le maintenant pendant environ une heure après avoir retiré le casque aux dires de ses concepteurs. L’appli mentionne «Session complète, Hyperplasticity period» indiquant un compte à rebours de 60 minutes. Vous êtes censé avoir devant vous une heure où vous serez au top de l’efficacité de votre entraînement.

Que s’est-il passé?

Le principe de ce type de casque est de parvenir en douceur et sans aucun risque, à modifier le champs électromagnétique du cerveau. Ce dernier génère plusieurs types d’ondes, les ondes Bêta par exemple sont celles liées à l’activité consciente, analytique, et au stress, les ondes Alpha, elles sont liées à la détente, la méditation, la créativité et l’apprentissage.

L’impulsion électrique diffusée par Halo Sport déclenche un état neuroplastique dans lequel les neurones du cortex moteur peuvent plus facilement construire et renforcer les connexions neuronales avec les muscles. Une meilleure connexion améliore à la fois le contrôle des muscles et la capacité d’utiliser pleinement toutes les fibres musculaires qui les composent, ce qui augmente efficacement force, vitesse, capacités et endurance.

Halo Sport doit donc accélérer l’apprentissage dans toutes les activités motrices, de sorte qu’il puisse être utilisé par les athlètes de tous les niveaux jusqu’aux musiciens ayant besoin de développer une dextérité suffisante pour jouer d’un instrument de musique.

Comment savoir si cette technologie offre réellement un avantage en termes de performances? Quand on s’entraîne sérieusement, on doit de toute façon toujours être meilleur que la veille. Avec ou sans appareil. Le logiciel ne donne aucune information à ce propos. C’est frustrant. On nous promet cependant une nouvelle version (plus complète) pour le printemps, tant au niveau de l’appli que du casque.

Aux États-Unis en tout cas, des sportifs comme ceux évoluant en NBA, mais aussi des militaires et des professionnels de la santé n’ont pas attendu et semblent penser que Halo Sport améliore la motricité puisqu’ils l’utilisent aujourd’hui régulièrement. Les appareils de fitness portatifs comme les systèmes d’électrostimulation sont aujourd’hui largement intégrés dans la vie des sportifs. Halo Sport a une approche plus directe, appliquant une impulsion électrique au cortex moteur de la personne le portant, ce qui pourra quand même effrayer les moins aventureux…

Prix: 399 USD

En savoir plus: HaloNeuro.com

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Ferrari 488 Pista, des performances de supercar

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Maranello ne déroge pas à la tradition et va proposer une déclinaison ultrasportive de sa berlinette 488 GTB. Allégée et vitaminée, cette 488 Pista est parée pour chasser le chrono.

Depuis la Ferrari Modena, chaque berlinette à moteur V8 a droit à sa variante supersportive. Après la Modena Challenge Stradale, la 430 Scuderia et la 458 Speciale, c’est au tour de la 488 Pista d’entrer en scène. Comme ses devancières, le nouveau modèle bénéficie à plein des transferts de technologie entre la piste et la route et profite de l’expérience acquise avec les modèles de compétition 488 GTE et 488 Challenge. Chargée d’offrir des sensations et des performances proches d’une voiture de course, la Pista a vu sa masse réduite de 90 kilos. Le poids à sec s’établit désormais à 1280 kilos, ce qui devrait faire environ 1 390 kg avec le plein d’huile et d’essence. Une performance qui reste exceptionnelle. 

La Pista se dote de jantes en fibres de carbone. 
La Pista se dote de jantes en fibres de carbone.  Ferrari

Le rapport poids/puissance franchit un nouveau cap grâce à son V8 3,9 litres biturbo qui devient le V8 le plus puissant de l’histoire de Ferrari. En équipant le moteur des turbos de la 488 Challenge, de bielles en titane et de collecteurs d’échappement en Inconel, en retravaillant l’admission, les ingénieurs ont réussi à gagner 50 chevaux par rapport à la 488 GTB. La puissance passe désormais le cap des 700 ch pour s’établir à 720 ch 8 000 tr/min. Quant au couple, Ferrari promet 770 Nm à 3 000 tr/min sur le septième rapport. Avec la Pista, la firme italienne égale ainsi les caractéristiques techniques de la McLaren 720 S. La 488 Pista affiche le rendement incroyable de 185 ch/l. 

Le diffuseur arrière est issu de la 488 GTE. 
Le diffuseur arrière est issu de la 488 GTE.  Ferrari

Cette berlinette Ferrari vraiment pas comme les autres est l’une des plus évoluées en matière d’aérodynamique. Le nez de la voiture adopte le système S-Duct issu de la Formule 1. Il fonctionne de concert avec un aileron arrière actif. Un nouveau système électronique de gestion du freinage fait aussi son apparition. Il participe à améliorer le comportement de la Pista sur circuit et à faciliter le confort de pilotage. Pour la première fois depuis longtemps, Ferrari a fait appel à Michelin pour le développement des pneumatiques. Ainsi gréée, la Pista abat le 0 à 100 km/h en seulement 2,85 secondes et franchit le cap des 200 km/h en 7,6 secondes. Sa vitesse de pointe dépasse les 340 km/h. 

L'habitacle bénéficie d'un traitement de faveur avec une planche de bord en suédine et des sièges baquets allégés. 
L’habitacle bénéficie d’un traitement de faveur avec une planche de bord en suédine et des sièges baquets allégés.  Ferrari

SERVICE: Voir les annonces Ferrari d’occasion sur ParuVendu.fr

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس