Vox pop : quels sont vos meilleurs souvenirs de jeux vidéo?

[ad_1]


Guy Macchiata, Eric Tavares et Luana Figuete

Deux jeunes hommes et une jeune femme sourient en regardant vers l'objectif.Guy Macchiata, Eric Tavares et Luana Figuete Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Guy : « Mes meilleurs souvenirs sont rattachés au Nintendo 64 et plus précisément au jeu GoldenEye 007. Je me souviens d’avoir joué énormément avec mes amis et de m’être beaucoup amusé. Récemment, je suis allé au Lan ETS et il y avait une console Nintendo 64 avec GoldenEye. J’y ai rejoué avec mes amis et ça nous a rappelé de beaux souvenirs. »

Eric : « Je me souviens d’avoir beaucoup joué à BlackShot, un vieux jeu de tir à la première personne. Je jouais beaucoup avec un de mes amis, on pouvait jouer jusqu’à 12 heures par jour. »

Luana : « Quand j’étais petite, mon père avait une PlayStation 2 et il jouait à Grand Theft Auto: San Andreas. Je n’avais que 6 ans, alors évidemment il ne voulait pas que je joue parce que c’était trop violent, mais tous les matins, je me réveillais avant lui et j’allumais la console pour conduire les voitures dans la ville. Avant qu’il se réveille, j’éteignais la console et je retournais dans mon lit. Il ne s’en est jamais rendu compte. »


Antoine Vachon, Philippe Bégin et William Bégin

Une photo de trois jeunes hommes qui sourient.Antoine Vachon, Philippe Bégin et William Bégin Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Antoine : « Je me souviens que ma passion pour les jeux vidéo a été déclenchée quand j’ai reçu une console GameCube de Nintendo. Super Smash Bros. Melee et The Legend of Zelda: The Wind Waker, tout part de ces jeux. »

Philippe : « Avec mon frère juste ici, on jouait toujours à la GameCube en revenant de l’école, en particulier à Mario Kart et à Tony Hawk’s Pro Skater. C’est ça qui a parti ma passion pour les jeux vidéo. »

William : « Comme je suis un peu plus jeune que mon frère, mes souvenirs tournent surtout autour de Minecraft. Quand j’étais au primaire, je passais toutes mes soirées à jouer à Minecraft. »


Valerie June

Une jeune femme avec des lunettes sourit.Valerie June Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Je jouais beaucoup avec mon frère en grandissant et, évidemment, j’étais toujours le joueur numéro deux. On a commencé à jouer avec une console PlayStation et un GameCube, mais aujourd’hui on joue beaucoup à l’ordinateur ensemble. J’ai beaucoup joué aux jeux de Mario quand j’étais petite. »


Gregory Liebman, Jacob Peranovich et Evan Ganz

Trois jeunes hommes sourient pour la photo.Gregory Liebman, Jacob Peranovich et Evan Ganz Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Gregory : « On se connaît depuis la sixième année du primaire environ. On joue à Rainbow Six Siege ensemble depuis longtemps, plusieurs fois par semaine. Je chéris beaucoup ces moments, c’est toujours beaucoup de plaisir. »

Jacob : « Je me souviens que j’aimais beaucoup jouer à The Simpsons: Hit and Run avec mon père en grandissant; c’était vraiment bien. »

Evan : « Je jouais plutôt à des jeux en solo. J’ai joué pas mal à Star Wars Episode I: Racer; ce n’était pas un mauvais jeu. »


Terrell Gregory

Un jeune homme qui porte une tuque, un casque d'écoute et des lunettes pose pour la photo.Terrell Gregory Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Mon meilleur souvenir des jeux vidéo en grandissant, c’est le jeu PaRappa the Rapper sur la première console PlayStation. Ça m’a pris tellement de temps à le finir. Je me rappelle que je me suis senti tellement fier quand j’y suis arrivé. C’était vraiment difficile parce que j’étais très petit à l’époque. »


John Sully, alias Coconut Brah sur YouTube

Une photo d'un jeune homme qui sourit.John Sully, alias Coconut Brah sur YouTube Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Mes deux jeux préférés de tous les temps sont Halo 3 et Rainbow Six Siege parce que c’est tellement facile avec ce genre de jeux de m’amuser avec mes amis et de connecter avec un groupe de personnes comme moi. »

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

The Animals Observatory : un pop up au Bon Marché

[ad_1]

Jamais à court d’idées, Laia Aguilar, talentueuse créatrice avant-gardiste à la tête de The Animals Observatory, présente une collaboration avec la non moins créative Marion Duclos Mailaender, qui signe le premier pop-up parisien de la marque espagnole. Cette marseillaise, formée à l’Ecole Boulle, a fondé son agence d’architecture intérieure et de design “design&fils” en 2004 et crée des objets comme des scénographies à l’allure audacieuse.

Pour concevoir cet espace, la designer s’est inspirée des structures évolutives de Bruno Munari et des aires de jeux urbaines comme celles d’Isamu Noguchi, afin d’en faire un lieu modulable, ludique et fonctionnel. Pour ce faire, elle a utilisé des matériaux bruts issus des chantiers de construction, comme les fers à béton, les enduits ou le béton moulé qu’elle a détournés, peints, adaptés et enrichis. Des objets singuliers complètent ce décor, comme le trône blanc, référence au designer des 80’s Pierre Sala, et des coupes et couleurs franches rendent hommage au designer français Jean Louis Avril.

Un ensemble que Marion souhaitait minimal, sculptural et joyeux, faits d’éléments forts et reconnaissables.


theanimalsobservatory

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

7 concerts pop de fin d’année à Paris

[ad_1]

Lily Allen, Charlotte Gainsbourg, Gaëtan Roussel… La magie des fêtes en musique, mais version pop-rock…

Lily Allen. La taquine chanteuse aux hymnes entêtants a été révélée en 2006 avec son premier album, l’impertinent Alright, Still. Toujours aussi impolie et subversive, mais largement moins écoutée, elle revient avec un quatrième disque sorti en juin. Dans No Shame (honte de rien), on retrouve ce qui fait l’identité de la chanteuse: une pop de qualité délicieusement narquoise.

Au Trianon. 80, bd de Rochechouart (XVIIIe).  Tél.: 01 44 92 78 00. Le 8 déc. 2018 à 20 h.

Charlotte Gainsbourg. Elle a donné cette année les meilleurs concerts de sa carrière. Armée d’un disque enfin à la hauteur de son talent, Rest, celle qui a été élue chanteuse de l’année aux dernières Victoires de la musique donne un nouveau rendez-vous au public parisien. Aux claviers et au chant, avec pour la première fois des textes de sa plume, dans la langue de Serge Gainsbourg.

À l’Olympia. 28, bd des Capucines (IXe).  Tél.: 0 892 68 33 68. Le 10 déc. 2018 à 20 h.

Gaëtan Roussel. Infatigable tête chercheuse de la pop en français, le chanteur révélé par Louise Attaque il y a plus de vingt ans, fondateur de Tarmac et complice régulier de l’actrice et chanteuse Rachida Brakni, défend ici les couleurs d’un album qui marque une incursion en terres électroniques.

À la Salle Pleyel. 252, rue du Faubourg-Saint-Honoré (VIIIe). Tél.: 01 76 49 43 13.  Le 13 déc. 2018 à 20 h.

Claire Laffut. Elle sera, à n’en pas douter, une des révélations de l’année 2019. Âgée de 23 ans, cette Belge qui s’est fait connaître pour ses tatouages et ses incursions dans la mode délivre une pop piquante et ludique.

Au Point Éphémère. 200, quai de Valmy (XIXe).  Tél.: 08 99 23 33 74. Le 14 déc. 2018 à 20 h.

Brigitte. Pas moins de quatre dates à Paris pour les jumelles de la chanson. Sept ans après leur reprise du titre Ma Benz de NTM, les deux chanteuses sortaient l’année dernière un cinquième album. À la fois grave et aiguë, douce et amère, Brigitte est double et s’impose comme une des personnalités phares de la scène française.

À la Salle Pleyel. 252, rue du Faubourg-Saint-Honoré (VIIIe). Tél.: 01 76 49 43 13.  Les 12, 14 et 15 déc. 2018 à 20 h, le 16 déc. 2018 à 16 h.

Owlle. Avec ses chansons pop électro tout en anglais, la chanteuse française convoque un univers coloré et éclectique. Pour produire son second album, elle a collaboré avec Dan Levy, la moitié de The Do rencontré à Los Angeles. Le résultat: des chansons lumineuses touchées par une inspiration très nord-américaine.

À la Maroquinerie. 23, rue Boyer (XXe).  Tél.: 01 40 33 35 05. Le 18 déc. 2018 à 20 h.

Chris. Avec son deuxième album et son nouveau pseudonyme, la chanteuse Chris a défrayé la chronique. On peut rester à la porte d’une production un peu froide. Mais les meilleures chansons de sa nouvelle production, La Marcheuse, par exemple, devraient, sur scène, s’animer d’une chaleur humaine qui leur manque parfois sur disque.

À l’Arena de Bercy. 222, quai de Bercy (XIIe).  Tél.: 01 58 70 16 75. Les 18 et 19 déc. 2018 à 20h.

SERVICE: Réservez vos places à prix réduits sur Ticketac.com

» LIRE AUSSI – 15 comédies musicales et cabarets pour les fêtes à Paris

Classique, opéra, danse: 20 spectacles de fêtes à Paris

12 pièces de théâtre pour oublier ses soucis à Paris

12 comiques à voir pour les fêtes à Paris

12 spectacles de cirque et de magie pour les fêtes à Paris

LE CONTREPOINT DE NICOLAS D’ESTIENNE D’ORVES – Stop à la joie obligatoire des fêtes de fin d’année!

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس