Gerald Butts’ departure marks end of position rarely seen in Canadian political life

[ad_1]

In a past political life, working for a long-ago premier of Ontario, Gerald Butts helped usher in a new provincial holiday called Family Day.

Little did Butts know that he’d be marking Family Day in 2019 stepping down from a job at the very top of a government led by his old university friend, Justin Trudeau.

Many people step down from political life to spend more time with their families, but this professional parting of the ways between Butts and Trudeau will be as tumultuous as a family breakup — not just in the lives of this duo, but for the government as a whole.

It’s a question that has come up periodically throughout Trudeau’s rise to power and the past three and a half years of Liberal governance: could Trudeau exist without Butts at his side?

The short answer is yes, of course: life and government does go on, as Butts himself said in the no one is indispensable part of his public statement Monday. Note too that Katie Telford, chief of staff to Trudeau, remains in the PMO and while her personal history with Trudeau is shorter and less high-profile, the tight, inner circle around the PM hasn’t totally left the building.

Butts travelled with Trudeau; he sat in caucus and cabinet (along with Telford.) He spoke for the prime minister, on Twitter and social media, and on deep background to reporters. When Trudeau dined with foreign leaders, Butts and Telford were often at the same table. When cabinet ministers or MPs requested a private meeting with the PM, they could usually count on the presence of Butts or Telford in the room if the request was granted — and that’s if they weren’t just told to meet with Butts instead.

This dynamic, incidentally, could be crucial to the ongoing questions about what led to the demotion and departure of Jody Wilson-Raybould from cabinet, which precipitated Butts’ resignation. She spoke to Butts on a number of occasions before the now-infamous January cabinet shuffle; Butts was at Trudeau’s side in the conversations the ex-minister held with the PM before she quit her new job as veterans’ affairs minister. That’s how things worked in this government.

That’s how things worked with Trudeau. He and Butts met at McGill University when they were both studying English literature and on the debating team. Their friendship endured after university, even as Trudeau moved to B.C. to teach and Butts went on to work in politics — first, briefly, as an aide in the Jean Chretien years, and then on to Queen’s Park, to serve as senior adviser to premier Dalton McGuinty.

It’s there that Butts met Telford, then a chief adviser to then education minister Gerard Kennedy. Trudeau surprised some people by supporting Kennedy in the 2006 federal Liberal leadership — not the people who knew of his friendship to Butts, and through him, then to Telford.

By 2012, when he was working at the head of the World Wildlife Fund in Canada, Butts was helping his friend get into the Liberal leadership race and amassing the team around him. Butts has a huge network of friends in politics. One of his early mentors was James Coutts, the man who served as principal secretary to Trudeau’s father, Pierre Trudeau. Just a few months ago, Butts was one of the keynote speakers at an event to donate Coutts’ diaries to Trinity College at the University of Toronto.

Traditionalists in the Liberal party — indeed in Canadian politics — often balked at Butts’ large public profile while serving with Trudeau. While the prime minister himself grew more cautious in public life, speaking increasingly through careful statements and behind talking points, Butts was very much a personality on social media, sparring with critics of the government, often impolitically.

Two speculative conclusions arose: either Butts was saying what the PM couldn’t, or worse, that Butts was the real voice behind the power at the centre. Neither is likely correct: it’s probably more accurate to say that the two spoke — and thought — in tandem.

Back in 2013, in those early days while Trudeau was running for the Liberal leadership, we sat down for a long interview for an ebook I was writing for the Star. I asked Trudeau to talk about his inner circle of advisers and his relationship to each of them. Here’s what he said to me about Butts:

“Thinking objectively about Gerry is like thinking about myself and that’s a really challenging thing to try and figure out. We bounce off each other really well,” Trudeau said.

Now Trudeau speaks alone, at least for his government. It’s not entirely clear how and when and where we’ll be hearing from Butts again, but those who have known him for a long time know that he’s unlikely to disappear into obscurity.

For a while, Butts was posting instalments on his Facebook page from a favourite book called “The Daily Stoic.” The book contains meditations for each day and the instalment for Feb. 18 is called “Prepare for the Storm.” Butts is gone from the PMO, but the storm isn’t over, for Trudeau or his old friend.

Susan Delacourt is the Star’s Ottawa bureau chief and a columnist covering national politics. Reach her via email: sdelacourt@thestar.ca or follow her on Twitter: @susandelacourt

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Québec solidaire songe à une mise à jour de sa position sur la laïcité

[ad_1]

Les membres de Québec solidaire (QS) ont entendu divers panélistes, samedi, pour nourrir leur réflexion sur le port de signes religieux chez les fonctionnaires, un enjeu épineux sur lequel le parti de gauche devra trancher en mars.

Le parti défendait traditionnellement le « compromis Bouchard-Taylor » — l’interdiction des signes religieux chez les fonctionnaires en position de coercition — mais certains membres ont exprimé des réserves sur celui-ci.

Les membres étaient donc invités au cégep de Trois-Rivières, samedi, pour se faire une tête sur le sujet en vue du Conseil national du mois de mars. Après les présentations en matinée, ils seront invités à débattre ensemble en après-midi, mais à huis clos.

Toutes les options semblent être sur la table — dont celui de permettre le port de signes religieux pour tous les fonctionnaires.

« Ce n’est pas moi qui vais le décider, ce sont les membres qui vont prendre cette décision-là au mois de mars », a déclaré la porte-parole de QS, Manon Massé, qui s’est bien gardé de donner sa propre opinion.

« Demandez-moi pas de réfléchir deux mois à l’avance dans un parti démocratique comme le nôtre. On a ouvert le dialogue-là, il est bien enclenché », a-t-elle ajouté.

Si certains membres se disent inconfortables avec la position actuelle du parti, d’autres semblent tenir à cette partie du programme.

Lors de la période des questions, une dame a demandé aux panélistes s’ils admettaient que certains signes religieux comportaient des relents de soumission de la femme.

Le « jeu des islamistes »

Pendant sa présentation, l’un des instigateurs du compromis Bouchard-Taylor, Charles Taylor, s’est rangé du côté de ceux qui s’opposent à l’interdiction du port de signes religieux. Il a d’ailleurs appelé Québec solidaire à « ne pas jouer le jeu des islamistes » en discriminant les musulmans.

« Clairement, il y aura infraction à l’égard de la liberté de conscience si on interdit un certain vêtement », a-t-il plaidé.

« Une personne qui pratique une religion qui n’exige pas que ça soit visible a la possibilité d’être employé partout, tandis que la personne à côté, qui a une posture de conscience qui exige quelque chose qui est visible, serait exclue. Ce serait une illégalité. »

Dans la foulée de la tuerie à la mosquée de Québec en 2017, M. Taylor avait annoncé qu’il avait changé d’idée quant aux conclusions du rapport de la commission qu’il a présidée avec le sociologue Gérard Bouchard en 2007.

M. Bouchard, qui est resté sur ses positions, devait être présent samedi mais il a dû annuler pour des raisons personnelles, a indiqué le parti.

Lucie Lamarche, de la Ligue des droits et libertés, a elle aussi soutenu devant les membres de QS que les fonctionnaires n’étaient pas moins neutres s’ils arborent des signes religieux.

Les employés de l’État n’ont pas que des devoirs, ils ont aussi des droits, a-t-elle indiqué.

Des conditions juridiques

Le professeur de droits et libertés à l’Université Laval, Louis-Philippe Lampron, a quant à lui offert un exposé plus descriptif, énonçant des conditions pour ne pas que le « compromis Bouchard-Taylor » soit contesté devant les tribunaux.

Par exemple, il considère que l’interdiction ne devrait s’appliquer qu’aux fonctionnaires qui ont un uniforme — ce qui exclurait les enseignants, comme le voudrait le gouvernement caquiste.

Selon lui, il serait aussi impératif que l’interdiction soit assortie d’une clause de droits acquis, pour les employés de l’État qui portent en ce moment des signes religieux.

« Il est absolument illégitime et voire même illégal de congédier des individus qui font bien leur travail alors qu’ils portent des symboles religieux dans l’état actuel des choses », a-t-il soutenu.

« La clause grand-père, pour moi, c’est un incontournable », a-t-il ajouté.

Québec solidaire a aussi accueilli un représentant de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente notamment de nombreux enseignants.

Mario Beauchemin, troisième vice-président de la centrale syndicale, a dit d’entrée de jeu que le port des signes religieux chez les enseignants n’était pas du tout une priorité pour eux.

M. Beauchemin a d’ailleurs fait une distinction entre les fonctionnaires qui ont une autorité coercitive et les enseignants.

« Les enseignants ont une autorité davantage morale », a-t-il fait remarquer.

Le gouvernement caquiste de François Legault veut présenter bientôt un projet de loi pour interdire le port de signes religieux chez les policiers, les gardiens de prison, les juges et les enseignants.

Après avoir évoqué de possibles congédiements advenant des fonctionnaires récalcitrants, le gouvernement a débattu de la possibilité d’ajouter une clause grand-père au projet de loi.

C’est le premier ministre Legault qui devra trancher, étant donné qu’il n’y a pas consensus sur la question au sein du caucus.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

QS s’offre une journée de réflexion pour prendre position sur la laïcité

[ad_1]

Alors que ses membres semblent divisés sur la question de la laïcité, Québec solidaire (QS) s’offrira une journée de réflexion la semaine prochaine afin de se faire une tête face à cet enjeu, sur lequel le parti devra prendre position à son Conseil national, au mois de mars.

Le 9 février, les membres du parti de gauche seront réunis à Trois-Rivières pour entendre des panélistes de toutes les allégeances, qui se prononceront notamment sur l’épineuse question du port des signes religieux.

Traditionnellement, QS appuyait le « consensus Bouchard-Taylor », qui suppose que le port des signes religieux soit interdit aux fonctionnaires en position d’autorité.

Selon la porte-parole Manon Massé, l’opinion des Québécois a évolué depuis la publication de ce rapport il y a plus de dix ans, donc une mise à jour s’impose, a-t-elle expliqué.

Au congrès du parti en décembre dernier, des membres du parti ont ouvertement critiqué l’approche de Bouchard-Taylor, qui selon certains, mènerait à de la discrimination à l’emploi. La semaine dernière, le député de Rosemont Vincent Marissal a lui aussi exprimé des doutes sur cette position, affirmant qu’il n’était pas à l’aise que « quelqu’un ne puisse pas obtenir un job » en raison du port de signes religieux.

En entrevue, dimanche, Mme Massé avait bon espoir de réconcilier les opinions de tous les membres.

« Ça va faire des bonnes discussions et comme toujours, on va réussir ensemble à aller vers une position qui va rallier la majorité », a-t-elle assuré.

La députation de Québec solidaire a aussi beaucoup changé depuis dix ans. Le parti, qui n’avait des représentants qu’à Montréal, a maintenant des députés ailleurs au Québec, de Québec, en passant par Sherbrooke, jusqu’à Rouyn-Noranda.

Mme Massé, elle-même députée de Sainte-Marie — Saint-Jacques, ne croit toutefois pas que cela ait des répercussions sur le débat.

« Lorsque le débat s’est fait à travers nos membres, il y avait des gens de la Gaspésie, de l’Abitibi, il y avait des gens de partout, alors ce n’est pas nouveau d’avoir une représentation de l’ensemble du Québec durant nos débats », a-t-elle soutenu.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Françoise David invite François Legault à reconsidérer sa position sur l’immigration

[ad_1]

À l’approche de la période des Fêtes, l’ancienne députée solidaire Françoise David espère voir le premier ministre du Québec faire partiellement volte-face dans l’épineux dossier de l’immigration.

Le gouvernement de François Legault a présenté mardi son plan de match en la matière pour l’année 2019.

Cette stratégie prévoit que le Québec admettra de 38 000 à 42 000 nouveaux arrivants l’an prochain. Pour que cette fourchette puisse être respectée, le gouvernement provincial entend accueillir de 21 700 à 24 300 immigrants économiques et de 600 à 800 personnes pour des motifs humanitaires ou d’intérêt public.

De plus, il a l’intention de recevoir de 6800 à 7500 réfugiés ainsi que de 8900 à 9400 nouveaux venus dans le cadre du Programme de réunion des familles (PRF).

Dans chacune de ces quatre catégories, des baisses sont anticipées par rapport aux prévisions qui apparaissaient dans le « Plan d’immigration du Québec pour l’année 2018 ».

C’est le nouvel objectif plus modeste relatif au PRF qui fait particulièrement tiquer Mme David.

En entrevue avec La Presse canadienne, cette ex-élue a mentionné qu’elle se faisait du mauvais sang à l’idée que le gouvernement de François Legault souhaite empêcher des gens, dont les familles sont installées dans la province depuis belle lurette, de venir retrouver leurs proches dès l’an prochain.

Françoise David a enjoint le premier ministre à faire preuve d’humanité et de flexibilité.

« Ce ne serait pas très compliqué pour lui de maintenir globalement son objectif d’abaisser les seuils migratoires puisqu’il y tient à tout prix. Cependant, en même temps, il pourrait dire aux gens qui ont immigré ici… et qui veulent faire venir leurs enfants et leurs parents, » le gouvernement ne retardera pas le processus »».

D’un ton calme et mesuré, Mme David a ensuite invité M. Legault à offrir « ce cadeau de Noël à ces familles-là qui sont québécoises maintenant ».

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

de Steve McQueen à Patrick Dempsey, la passion en pole position

[ad_1]

La marque a trouvé avec la star américaine, un ambassadeur aussi amoureux de la course automobile et des montres que le mythique acteur du film Le Mans.

Ce chronographe de forme carrée, avec la couronne placée à gauche, rompt avec les codes de l'époque. L'édition spéciale Gulf, mouvement automatique ( 5 250 €), lancée cette année, rappelle les couleurs de la Porsche conduite par l'acteur dans le long-métrage.
Ce chronographe de forme carrée, avec la couronne placée à gauche, rompt avec les codes de l’époque. L’édition spéciale Gulf, mouvement automatique ( 5 250 €), lancée cette année, rappelle les couleurs de la Porsche conduite par l’acteur dans le long-métrage.

Entre autres qualités, Patrick Dempsey est un europhile. Il joue ainsi dans une série réalisée par Jean-Jacques Annaud, à partir du best-seller du Suisse Joël Dicker, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, diffusée en ce moment sur TF1. Depuis plus de dix ans, il participe également régulièrement aux 24 Heures du Mans. «La course automobile la plus mythique au monde», assure-t-il, aussi bien au volant d’une voiture qu’en tant que directeur d’écurie. Il se rend donc souvent chez Porsche, en Allemagne. La star californienne voyage aussi parfois en Suisse, à La Chaux-de-Fonds, chez Tag Heuer dont il est l’ambassadeur depuis 2014. «Je passe de plus en plus de temps en Europe, et je rêve même de m’y installer une partie de l’année», reconnaît-il.

Steve McQueen, en 1971, dans le film Le Mans hisse en haut de l'affiche la montre Monaco, née deux ans plus tôt.
Steve McQueen, en 1971, dans le film Le Mans hisse en haut de l’affiche la montre Monaco, née deux ans plus tôt.

En amateur averti de compétitions automobiles, quand l’horloger de LVMH l’a contacté il y a cinq ans, Patrick Dempsey connaissait très bien les liens historiques de la maison avec ce secteur et son expertise dans le chronométrage. Mais c’est surtout, raconte-t-il, la figure de Jack Heuer – arrière-petit-fils du fondateur – qui l’a séduit. L’acteur «adore» ce passionné de voitures, ancien coureur lui-même, qui présida aux destinées de la marque des années 1960 aux années 1980 et qui officie encore aujourd’hui comme figure tutélaire.Tag Heuer lui doit plusieurs best-sellers: de la Carrera (1963) à la Monaco (1969) en passant par l’Autavia (1962), qui ont toutes été développées pour des pilotes de course et souvent baptisées, en clin d’œil, du nom d’un circuit mythique. «Jack Heuer a mille choses à raconter. Il m’a accompagné lors de ma première visite du musée et de la manufacture, c’était un vrai voyage», se souvient la star.

Patrick Dempsey, à son tour, s’inscrit dans cette histoire. Comme Steve McQueen dans le film Le Mans, il porte un blason Tag Heuer sur sa combinaison de course et la fameuse montre carrée Monaco au poignet. Dans ce film de 1971 – qui n’a certes pas marqué l’histoire du septième art mais «capture bien l’ambiance de la course», tempère Patrick Dempsey -, McQueen pilote une Ford GT40 aux couleurs de Gulf, bleu et orange. Tag Heuer signe cette année une édition spéciale hommage à la compagnie pétrolière américaine qui a ouvert la première pompe à essence en 1913. Cette Monaco Gulf avec ses deux bandes de couleur a déjà été adoptée par Patrick Dempsey.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le Canada en position de force aux Game Awards

[ad_1]

Deux studios canadiens sont dans la course pour obtenir le prix du jeu de l’année : Ubisoft Québec pour Assassin’s Creed Odyssey et Matt Makes Games pour Celeste.

Ces deux jeux ont joui d’une couverture médiatique favorable, quoique bien différente, puisque Assassin’s Creed Odyssey est un jeu majeur destiné au grand public, tandis que Celeste, du Vancouvérois Matt Thorson, est un jeu indépendant au déploiement plus modeste.

Il affrontent dans cette catégorie God of War (Sony Santa Monica), Marvel’s Spider-Man (Insomniac Games), Monster Hunter: World (Capcom) et Red Dead Redemption 2 (Rockstar Games).

Celeste parmi les favoris

Si Celeste ne l’emporte pas dans cette catégorie, il pourra toujours se rabattre sur le non moins prestigieux prix du meilleur jeu indépendant. Le jeu The Messenger, du studio québécois Sabotage Studio, est également en lice pour cette statuette, tout comme pour celle du meilleur premier jeu indépendant.

On retrouve également Celeste dans la catégorie du meilleur jeu véhiculant un sens ou un message social. Celle-ci souligne l’importance des jeux vidéo qui cherchent à amener une réflexion plus profonde sur le monde à l’extérieur du jeu.

Le jeu vancouvérois compétitionne aussi pour le prix de la meilleure bande sonore. L’auteur-compositeur-interprète Daniel Lanois, pour son travail sur la musique de Red Dead Redemption 2, affrontera le compositeur de la musique de Celeste dans cette catégorie.

Les studios du Québec à l’avant-plan

Ubisoft Québec et Assassin’s Creed Odyssey pourraient quant à eux recevoir les statuettes récompensant la meilleure direction artistique et le meilleur jeu d’action/aventure. Dans cette dernière catégorie, le studio montréalais Eidos a également des chances d’être victorieux grâce à Shadow of the Tomb Raider.

Un autre studio canadien d’Ubisoft, celui de Montréal, fait de son côté partie des candidats à l’obtention du prix remis au meilleur jeu en développement continu pour Tom Clancy’s Rainbow Six Siege. Initialement sorti en 2015, ce jeu continue d’attirer de nombreux joueurs qui alimentent une scène compétitive de plus en plus relevée. Ubisoft Montréal pourrait également mettre la main sur le prix du meilleur jeu d’action grâce à Far Cry 5.

Ubisoft Toronto n’est pas en reste, puisque le studio convoite le prix du meilleur jeu familial avec Starlink: Battle for Atlas.

Les artisans de Beenox, à Québec, célébreront sans doute, le 6 décembre prochain, si leur société mère Treyarch remporte les prix du meilleur jeu d’action, du meilleur jeu multijoueur et du meilleur design sonore pour Call of Duty: Black Ops 4. Beenox a en effet travaillé sur la version PC de ce jeu très populaire.

Dans la catégorie des jeux sportifs, EA Vancouver pourrait être récompensé grâce à FIFA 19.

Des personnalités reconnues

La Gréco-Canadienne Melissanthi Mahut, qui incarne la protagoniste d’Assassin’s Creed Odyssey, convoite le prix de la meilleure performance, tandis que le Canadien Dylan Falco espère entendre son nom à la remise du prix du meilleur entraîneur d’une équipe de sports électroniques pour son travail auprès de Fnatic pour League of Legends.

La personnalité YouTube et Twitch canadienne Imane Anys, alias Pokimane, pourrait quant à elle se voir remettre le prix du créateur de contenu de l’année.

Enfin, le travail de Vancouver dans l’organisation de The International 2018, le championnat du monde de Dota 2, sera peut-être souligné par l’obtention d’une statuette dans la catégorie du meilleur événement de sports électroniques.

La liste complète des nominations se trouve sur le site des Game Awards.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس