Le plan de la ministre McCann bien reçu par les oppositions à Québec

[ad_1]

Le plan de la ministre de la Santé Danielle McCann visant à confier plus de responsabilités aux infirmières praticiennes spécialisées (IPS) a été plutôt bien accueilli par les oppositions aux Parlement lundi.

Autant le Parti Québécois que Québec solidaire se sont dits généralement favorables à cette stratégie dévoilée notamment dans les pages du Devoir.

« J’étais quand même heureux de lire cette nouvelle-là parce que nous, ça fait longtemps qu’on plaide pour ça », a déclaré Sylvain Gaudreault, porte-parole en santé du Parti Québécois. « Ça a été l’élément central, sinon au coeur de nos engagements électoraux ».

Chez Québec solidaire (QS) aussi, on a réservé un accueil positif à ce plan de match. « Nous, on accueille ça évidemment très favorablement », a déclaré le porte-parole de QS en santé, Sol Zanetti.

Du côté du Parti libéral aussi, on est ouvert aux propositions visant à donner plus de place aux infirmières et aux pharmaciens. « Il semble que c’est positif pour les patients », avance le porte-parole libéral en santé, André Fortin.

Toutefois, le député de Pontiac se désole de la décision de la ministre de ne pas augmenter les rémunérations des préposés aux bénéficiaires.

D’autres détails suivront.

En donnant aux IPS trop d’autonomie, elles risquent de travailler de leur côté sans les médecins

— Louis Godin

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Haitian asylum seeker ‘living in hell’ 6 months after deportation from Quebec

[ad_1]

Amid violent protests and civil unrest, the Canadian Border Services Agency halted deportations to Haiti on Friday, offering a temporary reprieve for 421 Haitian nationals still under an enforceable removal order.

Unfortunately this reprieve came too late for Oberne Pierre, a Haitian asylum seeker whose claim was denied after a year of living in Quebec.

Pierre crossed into Quebec at Roxham Road in the summer of 2017, but his refugee claim was denied and he was deported in August 2018.

Canadian authorities determined there was not enough evidence to prove Pierre’s safety was « at risk » in Port-au-Prince, Haiti’s capital.

Oberne Pierre’s home, on the left side, doesn’t have clean drinking water or reliable electricity. (Radio-Canada/Laurence Martin)

Like hundreds of Haitian asylum seekers who were denied the right to stay in Canada, Pierre had to pack his bags.

Returning to the life he had before has been difficult, especially since getting a taste of what his life could have been.

« I’m very frustrated, » Pierre said, « but we must abide by the law. »

Pierre’s dream of finding a better future in Canada is over, but he says his nightmare in Haiti is all too real.

« Haiti isn’t a life. People who live in Haiti, I don’t know, but for me it’s hell. We’re living in hell. » 

He told Radio-Canada that it’s been difficult to access even the most basic services, and finding clean drinking water has been a challenge.

« It’s been three days now that I haven’t found water, » he said, adding that his family only has access to limited electricity and sometimes goes days without it.

The water shortage is affecting millions of Haitians and is linked to the protests. Roadblocks make deliveries of gas to pumping stations impossible, and the government has been using petroleum imports as leverage to try and quell the demonstrations.

« It’s thanks to the grace of God I’m still living. Because I have nothing. No work, nothing at all, » he said.

He lives in a tiny home with a kitchen and bedroom in Pétionville, a suburb of Port-au-Prince.

Oberne Pierre said he wants to make a better life for his eight-year-old Tanorah. (Radio-Canada/Laurence Martin)

While living in Quebec, waiting for news about his claim, Pierre worked for a temp agency in Laval and sent money home to his wife and daughter.

Now, he says his hope lies with his eight-year-old daughter Tanorah, who stayed behind with his wife in Haiti while Pierre attempted to claim asylum in Canada.

« I’m going to fight so her future doesn’t happen in Haiti, » he said.

​Frantz André, a Montrealer who has been helping many Haitian asylum seekers through the Action Committee for People Without Status, worked on Pierre’s case and got to know him before the deportation.

André described him as « a gentleman, » saying that « he was the hope of the family since he came here. »

He said taking Pierre to the airport on the day he had to leave was « really painful » and the two still keep in touch every week.

« I’ve called everybody that I know in Haiti who could perhaps give him a job. » said André. « Right now he has not a penny to his name. »

Frantz André advocates on behalf of Haitian asylum seekers in Montreal. (Verity Stevenson/CBC)

André said that Haitian asylum seekers currently make up the largest proportion of those being deported from Canada.

He said it’s hypocritical that Canada has closed its embassy in Haiti and is advising Canadians not to travel there, but continued deporting people up until Feb. 15.

« Suddenly, because we have a 113 Canadians that are stuck in a hotel, they suddenly have to realize, ‘Okay we better put a moratorium.' »

The CBSA told CBC in an email Sunday that officials are « aware of the situation in Haiti and its impact on persons facing removal » and that the temporary stay on deportations is in effect until further notice.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Roofs collapse across Quebec after province struck by heavy snow, rain – Montreal

[ad_1]

There have been several roof collapses across Quebec in recent days.

The most recent was in Saint-Jérôme, roughly 50 kilometres north of Montreal.

Firefighters were called to a two-storey building on La Salette Boulevard at around 10 p.m. on Saturday.

The mixed-use building houses a butcher shop on the ground floor and seven apartments on the second floor.

The residents made it out of the building before the arrival of emergency crews.


READ MORE:
Officials searching building after roof collapses in Trois-Rivières

There were no reports of injury but the building will likely need to be torn down, according to Nicolas Stevi, chief of operations for the Saint-Jérôme fire department.

The Red Cross was assisting four of the building’s residents to find alternate accommodations, while two others sought help from family or friends.

WATCH: The biggest storm of the year so far has hit Quebec






On Friday, the roof a grocery store in the Québec City suburb of Lévis also partially collapsed, sending two people to hospital to be treated for minor injuries.

Then, on Saturday, an arena in Quebec City was evacuated as a preventative measure after a beam fell. In Trois-Rivières, the roof of a warehouse caved in.

A canine unit specializing in search-and-rescue operations was deployed Trois-Rivières to help search the debris. It was believed a person might have been inside, but officials later confirmed the building was empty.

The roof of a warehouse collapsed in Trois-Rivières on Saturday, Feb. 16, 2019. Courtesy TVAIt is believed heavy snow and rainfall in the past week may have contributed to the string of recent incidents.

On Sunday, however, the residents of Saint-Jérôme weren’t taking any chances. Global News spotted several people shoveling off their roofs.

St-Jérôme residents clearing snow from the roof of a building on Sunday, Feb. 17, 2019. Mike Armstrong/Global News

Mike Armstrong/Global

For its part, the Régie du bâtiment du Québec (RBQ) says that while our roofs are generally built to withstand the heavy snow of Quebec winters, it’s important to remain vigilant when snow accumulation is “exceptional or atypical.”

Signs to watch out for that could indicate stress on the structure include the following:

  • Cracks appearing on interior walls
  • Inside doors jamming or rubbing against the frame
  • Noticeable creaking noises
  • Warping or buckling of a ceiling
  • Global News

    Help us improve Globalnews.ca

In case of multiple signs, the RBQ says the first thing to do is to evacuate the building and then take the necessary measures to have the snow removed from the roof.

READ MORE: Officials searching building after roof collapses in Trois-Rivières

While it’s possible to do the job yourself in some cases, the régie strongly recommends hiring qualified professionals to do it for you.

It’s a hazardous operation, the régie warns, “as much for the person who is up on the roof as for anyone who circulates around the house.”

It is also reminding residents to be aware of electrical wires and installations that could be in close proximity when clearing snow.

— With files from The Canadian Press

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Des opposants réclament un recul de Québec pour la maternelle à 4 ans

[ad_1]

Des organisations liées aux centres de la petite enfance (CPE) exhortent le gouvernement Legault à reculer sur le déploiement universel de la maternelle pour les enfants de 4 ans.

En conférence de presse, dimanche, le Conseil québécois des services éducatifs de la petite enfance (CQSEPE) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) ont fait valoir que les CPE offraient déjà tout ce qu’il faut aux enfants de 4 ans.

Ils étaient accompagnés de trois députés de l’opposition : la libérale Jennifer Maccarone, le solidaire Vincent Marissal et la péquiste Véronique Hivon.

Une journée de mobilisation est prévue lundi pour faire pression sur le gouvernement.

Le CQSEPE réclame aussi des excuses de la part du premier ministre François Legault, qui a semblé dévaluer les compétences des techniciens de garde en chambre cette semaine.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

McGill farming grad fears she’ll have to leave Quebec because of CAQ immigration plan

[ad_1]

Saturday morning while most people are still sound asleep, 24-year-old Sylvia Mann is tending to the cows on a farm about an hour south of Montreal in Saint-Chrysostome, Quebec.

She has been working at the farm for three years. Five days a week, she’s there at 6:30 a.m. to milk cows and feed the calves. She then returns in the evening to do the same thing. She also has a full time construction job.

“During the summer, I work construction for 10 hours, and then I do another 2 hours here. So it’s 12 hour days,” Mann told Global News.

Global News

Help us improve Globalnews.ca

She studied farm management and technology at McGill’s Macdonald Campus and dreams of starting her own farm in rural Quebec.

“I would like to start a goat farm! We’ll see what happens,” she explained.

These days, Mann feels like that dream has been shattered.

“I’m nervous, anxious, angry, all the human emotions all at once. It’s not the end of your life but it almost feels like it,” Mann said.

Originally from Long Island, New York, Mann has been in Quebec since she was 18. She applied for residency last year and has been working hard to learn French.

“I’ve been working with a lot of French guys. When I first started, my French was mediocre but now it’s better. I know my accent is funny, but my boss understands me and I understand him`,” she said.

READ MORE: Quebec immigration minister defends cancellation, says 18,000 immigration applicants can re-apply

Last week, Mann became one of the 18,000 people whose immigration application was cancelled after the CAQ tabled its new immigration bill. 3,700 of those applicants reside in Quebec, including Mann.

“My life is here. My boyfriend is here. I love him so I want to be with him and I know he loves me, so I’m not sure what the next step is,” she said.

Mann is a skilled worker, working in the regions in an industry that has trouble finding labour, according to farm owner Mathieu Vincent.

“I really find this a shame,” Vincent told Global. “This is someone who wants to establish herself in Quebec, someone who speaks French, someone who wants to pay taxes here and live here.”

For her part, Mann has started to look for jobs in upstate New York, where her family now lives.

“I’ve been starting to search for jobs in New York, but there aren’t too many farms hiring these days. There’s a different economy there. I’m not sure where I’d work, what I’d do, where I’d live,” she said.

Mann says her post-grad work permit expires in May. Without a Quebec selection certificate, she cannot get a new one.

She worries time will run out.

“The federal government will not have a basis to extend her work permit unless she gets a Quebec Selection Certification (CSQ),” said Neil Drabkin, a Montreal immigration lawyer.

READ MORE: ‘Tinder of immigration’: Quebec outlines plan for how to welcome newcomers

Mann may be able to apply under the new CAQ program that aims to match workers with employers in what immigration minister Simon Jolin-Barrette described as a Tinder-like system. Drabkin says that process takes six months, whereas Mann’s work permit expires in three.

If her application can’t be fast-tracked, Mann fears she may have to walk away from her dreams.

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le Québec à la traîne en agriculture artisanale

[ad_1]

De l’allocution du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, devant les membres de l’Union paysanne il y a une semaine, on a retenu sa déclaration maladroite sur les « ayatollahs » du ministère de l’Environnement. Or le ministre a surtout ouvert la porte à des changements majeurs et hautement souhaitables dans le domaine agricole en affirmant que son « étoile du Nord », sa source d’inspiration, c’était le rapport Pronovost.

En 2008, Jean Pronovost, qui présidait la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, a produit un rapport qui en appelait à une petite révolution. Outre une révision en profondeur de l’aide étatique, il recommandait au gouvernement de mettre fin au monopole syndical de l’Union des producteurs agricoles (UPA) afin de permettre la fondation d’autres associations et, surtout, l’émergence de petites fermes offrant des produits de niche, notamment biologiques, sur place ou par des circuits courts de distribution.

Le constat que Jean Pronovost faisait, c’est que le secteur agricole risquait d’étouffer sous les lois et règlements et que, même s’il fallait préserver les piliers du système, il importait de « lui insuffler de l’oxygène » et de « l’ouvrir à une mise en marché qui favorise, par le foisonnement des initiatives, des produits agricoles différenciés ».

Le gouvernement libéral n’a pas eu le courage d’abolir le monopole de l’UPA, un geste jugé suicidaire sur le plan politique, et pour le reste, les recommandations du rapport Pronovost, dans une large mesure, sont restées lettre morte. Le secteur agricole demeure sclérosé, toujours aussi axé sur la production de masse et les monocultures, avec des lois et règlements qui rendent extrêmement difficiles d’exploiter une petite ferme diversifiée. En 2015, Dominic Lamontagne, qui a voulu se lancer dans le domaine agricole, publiait un livre sur l’impossibilité de pratiquer l’agriculture artisanale au Québec. Le titre de l’ouvrage que le ministre du même nom a dit avoir lu : La ferme impossible.

La Coalition avenir Québec s’est engagée à ne pas toucher au monopole de l’UPA, ce qu’André Lamontagne a reconnu d’emblée. Mais il était tout de même le premier ministre de l’Agriculture à se présenter à un congrès de l’Union paysanne, un regroupement de quelques centaines d’irréductibles, qualifiés d’amateurs par les fermiers industriels. Le ministre a dit qu’il voulait faire de la place à l’agriculteur artisan et favoriser la vente à la ferme et les circuits courts, ce que le rapport Pronovost considérait comme une voie d’avenir.

Il n’y a pas d’ayatollahs au ministère de l’Environnement, mais des règlements qui ne sont aucunement adaptés à l’agriculture artisanale, tout comme au MAPAQ. Traînant de la patte, le Québec n’a pas encore pris le virage de cette agriculture de proximité, à valeur ajoutée, plus écologique et propice à une saine occupation du territoire. Il était plus que temps qu’un ministre de l’Agriculture en fasse une priorité.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Immigration: 91 307 nouveaux candidats en attente au Québec

[ad_1]

Le nouveau système de recrutement des immigrants « Arrima » fait fureur. Depuis sa création il y a six mois, plus de 90 000 personnes y ont soumis leur déclaration d’intérêt, dont 1124 la semaine dernière.

Créé par les libéraux l’été dernier, le système de déclaration d’intérêt prend la forme d’une banque de candidats dans laquelle le gouvernement pourra piger en fonction de ses besoins de main-d’œuvre.

Les 18 000 dossiers qui font les manchettes depuis une semaine font partie de l’ancienne banque du ministère, qui fonctionnait selon le principe du premier arrivé, premier servi. Quand le ministre Simon Jolin-Barrette a annoncé jeudi dernier qu’il comptait les jeter, il a invité les personnes touchées à s’inscrire dans le nouveau système de déclaration d’intérêt.

Toutefois, contrairement aux 18 000 dossiers, les déclarations d’intérêt peuvent être déposées gratuitement.

Des mois avant de pouvoir être invité

Les personnes qui sont inscrites dans la nouvelle banque devront attendre plus de six mois avant d’avoir une chance d’être reçues toutefois.

En effet, le ministère doit d’abord lancer une « invitation » aux candidats en fonction de ses besoins de main-d’œuvre. C’est seulement après avoir été invités que les candidats peuvent déposer officiellement leur dossier.

Or, aucune invitation n’a été lancée depuis la création de la banque en septembre, et le ministre a confirmé mercredi qu’il ne pourrait pas le faire avant l’adoption du projet de loi 9 d’ici plusieurs semaines.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec s’est donné comme cible d’accueillir au maximum 40 000 immigrants cette année.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Canadian embassy closed as violent protests in Haiti trap Quebec tourists

[ad_1]

Canada’s embassy in Haiti remains closed amid violent street protests that have trapped dozens of Canadians in the Caribbean country.

The closure of the embassy Wednesday came a day after Global Affairs Canada updated its travel advisory to advise against all non-essential travel to Haiti.

READ MORE: Quebecers trapped in Haiti as violent protests continue

“We will continue to evaluate the security situation over the coming days to determine what steps are necessary to ensure that our diplomats and their families are safe,” Global Affairs said in a statement.

WATCH BELOW: Haitians claim gang members dressed as police carried out massacre







Global News

Help us improve Globalnews.ca

It said it has people on the ground to provide assistance to Canadian citizens in Haiti as needed.

A group of tourists from Quebec are stuck in a Haiti hotel, unable to make it to the Port-au-Prince airport because of violent street protests.

READ MORE: Men in police garb massacred civilians in Haiti

The only highway linking the all-inclusive Royal Decameron Indigo Beach resort to the airport is considered extremely dangerous, and people are staying off it. The hotel on the Caribbean country’s Côte des Arcadins is about 75 kilometres north of the capital.

Air Transat, which sold package tours to the resort, says its flights between Montreal and Haiti are continuing, but it has been unable to provide safe ground transport from the resort to the airport.

WATCH BELOW: Protesters urge feds to declare moratorium on Haiti deportations






Marie-Christine Remy, said her mother, Terry Watson, and her mother’s partner, Sylvain Limoges, were supposed to fly home last Sunday but could not make it to the airport.

They were switched to a flight Wednesday but again could not get out.

READ MORE: Canadians told to ‘shelter in safe place’ as violent protests erupt in Haiti, travel warning issued

“It’s really troubling,” Remy said from Sherbrooke, Que.

“I called the Canadian government and they told me that it was best to stay at the hotel, which is safer. It is the highways that are particularly dangerous.”

Some tourists have told Quebec media helicopter transport is available to the airport but at a very high cost.

READ MORE: Montreal protesters urge Ottawa to halt Haiti deportations after travel advisory issued

Protests demanding the resignation of President Jovenel Moise have claimed several lives over the past week.

Protesters are angry about skyrocketing inflation and the government’s failure to prosecute embezzlement from a multi-billion Venezuelan program that sent discounted oil to Haiti.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le non-sens d’utiliser le gaz naturel comme énergie de transition au Québec

[ad_1]

Au Québec, un effort collectif colossal doit être consenti pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Nos émissions annuelles en 2016 ont été d’à peine 10 mégatonnes (Mt) de moins que celles de 1990 (87 Mt). C’est donc un volume récurrent de réduction d’émissions de GES six fois plus important encore qu’il nous faut viser dès maintenant pour atteindre la cible de 17 Mt/année à l’horizon 2050. Le Québec accuse en effet un important retard dans la mise en oeuvre du redéploiement de ses approvisionnements énergétiques, un projet de société que la récente Politique énergétique 2030 du Québec (PEQ2030) qualifie pourtant de « nouveau pacte énergétique » capable « d’enclencher une réelle décarbonisation de l’économie québécoise ».

Or, la PEQ2030 donne au distributeur Énergir (anciennement Gaz Métro) le mandat de développer un vaste chantier d’approvisionnement en gaz naturel en élargissant l’offre du réseau de distribution actuel (les stations multicarburants et le programme Écocamionnage, entre autres). Elle octroie à la filière du gaz naturel le statut d’« énergie de transition », une désignation invoquée par des régions dont l’électricité est principalement produite par des centrales thermiques au charbon et au mazout lourd, ce qui n’est manifestement pas le cas du Québec.

Il y a certes lieu de s’interroger sur le statut privilégié que la PEQ2030 accorde actuellement aux approvisionnements gaziers d’origine fossile alors même que le cadre d’autorisation des projets énergétiques du Québec ne peut plus s’affranchir d’une prise en compte responsable des impacts climatiques de l’extraction et du transit de ses approvisionnements actuels et futurs en hydrocarbures fossiles. Entre autres, dans le calcul des émissions de GES de la filière du gaz naturel, l’impact climatique de chaque molécule de méthane perdue tout au long de la chaîne d’approvisionnement équivaut à plusieurs dizaines de fois celui d’une molécule de CO2 produite lors de la combustion du méthane.

Part négligeable

Il importe de rappeler ici que la production du gaz naturel renouvelable issu des procédés de biométhanisation des résidus organiques représente actuellement une part négligeable du marché du gaz naturel, de sorte que l’essentiel des impacts environnementaux et notamment climatiques de l’ensemble de la filière du gaz naturel est directement le fait de l’exploitation industrielle du gaz naturel fossile.

Le cas de l’usine de gaz naturel liquéfié (GNL) que le promoteur GNL Québec s.e.c. projette de construire à Grande-Anse au Québec est illustratif de l’importance d’inclure le bilan d’émissions de GES lié au cycle de vie complet d’une filière. Énergie Saguenay (16,4 gigamètres cubes, Gm3) de GNL par année, soit le double de la consommation de gaz naturel du Québec en 2016) projette de liquéfier du gaz naturel provenant des réservoirs géologiques de l’ouest du continent pour le vendre sur le marché international, au départ d’un quai de chargement maritime sur le Saguenay.

Or une usine de GNL, au Québec comme n’importe où ailleurs au Canada, reste inséparable d’un raccordement au réseau gazier continental nécessaire pour l’approvisionner en matière première. Son exploitation implique de surcroît plusieurs manipulations déterminées entre l’arrivée du gaz à l’usine et sa destination finale : traitement, liquéfaction, stockage, chargement sur navires méthaniers, transit océanique jusqu’à des points de débarquement côtiers de réseaux gaziers nationaux d’Europe ou d’Asie où, regazéifié, il parcourra encore un long trajet avant de parvenir à ses clients ultimes. Dans ce marché globalisé du gaz fossile, le cycle complet de la filière GNL se traduit par des fuites additionnelles de méthane (transport, évaporation et autres) qui pèsent encore davantage sur un bilan d’émissions de GES déjà problématique pour la partie du cycle de vie qui concerne l’acheminement du gaz naturel à l’usine à partir des réservoirs géologiques sources d’où il provient.

La question est donc de savoir comment la filière du gaz naturel, liquéfié ou non, faciliterait l’atteinte d’un nouveau mix énergétique en adéquation avec les objectifs de réduction de GES. En quoi le gaz naturel serait-il spécifiquement plus avantageux en matière d’investissements structurants de décarbonisation de l’économie du Québec qu’un scénario d’allocation de ressources qui s’intéresserait à la mise en valeur des gisements d’efficacité énergétique et des nouvelles énergies renouvelables dont dispose le Québec ?

Conséquences

Entre autres, quelles conséquences aura cette persistance à prolonger la dépendance au gaz naturel des secteurs industriel et du transport lourd sur l’économie québécoise à long terme ? Les industries du territoire — tout comme celles des éventuels pays importateurs — ne risquent-elles pas d’être placées sur une voie économique, commerciale et financière menant à une impasse structurelle en 2030 ? Puisque des mesures de deuxième reconversion s’imposeront forcément avant 2050, pourquoi ne pas les engager dès aujourd’hui ?

Force est de constater que la transition énergétique du Québec reste pour le moment une vue de l’esprit. Les grandes filières énergétiques continuent d’être planifiées en cercles fermés par leurs promoteurs partout sur le territoire sans que les interactions et impacts des unes et des autres soient correctement évalués et hiérarchisés au sein d’un cadre décisionnel intégré d’investissements garantissant à tous les citoyens, tant du côté de l’offre que de la demande, l’effort de décarbonisation que la PEQ2030 prétend « enclencher ».

S’il devait décider aujourd’hui de s’enfermer dans des scénarios énergétiques insoutenablesm, dont témoigne entre autres la fausse bonne idée d’une transition énergétique par le gaz naturel fossile, le Québec deviendrait un contre-exemple international de ce qu’exige une gestion politique planifiée, moderne et responsable de lutte contre les changements climatiques.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le Québec débordé de neige

[ad_1]

Les Québécois devront ressortir leurs pelles mercredi et de nombreux établissements scolaires seront fermés en raison de la tempête qui s’est abattue sur l’ensemble des régions. Cette tempête pourrait laisser derrière elle jusqu’à 40 centimètres de neige.

Les premiers flocons n’étaient pas encore tombés mardi après-midi que les autorités, tant au ministère des Transports du Québec qu’à la Ville de Montréal, étaient sur le qui-vive.

La tempête a commencé dans le sud de l’Ontario mardi matin pour ensuite se diriger vers le Québec.

Les souvenirs de l’A-13

Près de deux ans après la tempête de mars 2017 au cours de laquelle des centaines d’automobilistes étaient restés coincés sur l’autoroute 13, le ministre des Transports, François Bonnardel, a signalé qu’il surveillerait la situation. « Je vais suivre de près l’évolution de la tempête […]. Si c’est possible de reporter vos déplacements, merci de le faire ! Sinon, adaptez votre conduite », a-t-il écrit sur son compte Twitter à la mi-journée mardi.

Avec des équipes de déneigement déjà sur un pied d’alerte, Montréal a aussi recommandé aux citoyens de réduire leurs déplacements et d’opter pour le télétravail dans la mesure du possible. « On est prêts à faire face à cette tempête », a soutenu Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens au comité exécutif.

Je vais suivre de près l’évolution de la tempête […]. Si c’est possible de reporter vos déplacements, merci de le faire ! Sinon, adaptez votre conduite.

Les équipes ont commencé l’épandage préventif d’abrasifs mardi après-midi. Des opérations « massives » de déblaiement seront menées à mesure que la neige tombera. Quand les précipitations auront cessé, le chargement de la neige débutera, vraisemblablement à partir de jeudi matin.

Cette tempête survient après plusieurs épisodes de pluie et de gel qui ont laissé sur les trottoirs montréalais des plaques de glace difficiles à déloger. Elles disparaîtront sous la neige. « La neige est beaucoup plus facile à gérer que la glace », a admis Jean-François Parenteau. « Nos hivers sont de plus en plus complexes. Ce qui est difficile, ce sont les variations de température. »

Écoles fermées ?

Les commissions scolaires annoncent généralement leur décision de fermer ou non leurs établissements très tôt en matinée, soit entre 4 h et 5 h, lorsque les conditions météorologiques se détériorent.

La Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, à Gatineau, n’a pas attendu la neige et a fait savoir dès 16 h mardi que ses établissements seraient fermés et que le transport serait annulé. La Commission scolaire des Trois-Lacs, dans la région de Vaudreuil-Soulanges, lui a emboîté le pas peu après.

Dans la métropole, les Commissions scolaires de Montréal, de Marguerite-Bourgeoys et English Montreal ont averti les élèves, parents et enseignants que leurs établissements seraient fermés. Il en sera de même pour celles de Laval, des Affluents, des Patriotes, des Grandes-Seigneuries et Marie-Victorin en raison des mauvaises conditions météo anticipées.

En soirée, mardi, plusieurs universités et cégeps ont invité les étudiants à consulter leur site et les réseaux sociaux avant de se rendre à leurs cours.

Transports perturbés

Les conditions routières s’annoncent difficiles avec les bourrasques attendues.

De nombreux vols à destination de villes ontariennes et américaines ont d’ailleurs été annulés mardi à l’aéroport Montréal-Trudeau. Une situation semblable a été observée à l’aéroport international Pearson de Toronto.

De son côté, VIA Rail a averti que ses liaisons de train pourraient subir des retards.

Avec La Presse canadienne

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس