Plutôt qu’une journée contre l’islamophobie

[ad_1]

L’idée d’une « Journée contre l’islamophobie » ne fait pas l’unanimité, tant s’en faut… Je suggérerais plutôt une « Journée mondiale de la fraternité », ce qui est moins ambigu (le terme islamophobie porte à confusion), plus inclusif (la phobie, le racisme ne sont pas dirigés que contre les musulmans), moins péjoratif (mieux vaut avoir une journée misant sur la fraternité que sur la peur, la xénophobie).

Et cette journée serait beaucoup plus rassembleuse si, à terme, elle dépassait les limites de notre pays. La mondialisation met plus que jamais en présence des peuples, des races, des religions, des cultures différentes, et il serait temps que ce phénomène fasse l’objet d’une prise de conscience de ses implications et qu’il encourage les élans de fraternité qui ne seraient plus uniquement suscités par les événements tragiques comme ceux de la tuerie à la mosquée de Québec.

Une telle journée vaudrait bien la « Journée contre le texto au volant », comme cela a été proposé.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le burger ne fait qu’une bouchée de notre sandwich tricolore

[ad_1]

Le célèbre casse-dalle US qui, avec son pain, sa viande et son fromage, concentre trois produits de base de notre alimentation franchouillarde, n’a pas le ventre mou.

On peut toujours avoir la dent dure contre le hamburger, les Français en ont mangé près de 1,5 milliard en 2017. C’est 14 fois plus qu’il y a dix ans, époque où le jambon-beurre se voyait encore un avenir croustillant. Et voici qu’aujourd’hui, le best-seller des chaînes de fast-food ne fait qu’une bouchée de notre sandwich tricolore. La raison? Le célèbre casse-dalle US qui, avec son pain, sa viande et son fromage, concentre trois produits de base de notre alimentation franchouillarde, n’a pas le ventre mou. Présent à la carte des food trucks comme des bistrots, il est créatif et opte souvent pour des ingrédients de nos régions en privilégiant les AOP: tomme
de Savoie au lait cru (le Belphegor de Big Fernand), saint-nectaire (le Michelin de King Marcel), camembert de Normandie de la fromagerie Réo (le Came de Blend Hamburger), sainte-maure-de-touraine (le Goat du Ruisseau Burger Joint), reblochon pour le Jean-Paul D de Mamie Burger, qui vient d’ouvrir une sixième adresse parisienne, au cœur du quartier Montorgueil.

» VIDÉO – Et le meilleur burger de France est…

Certaines enseignes vont même plus loin en proposant de «burgeriser» un classique de la cuisine française. Si le Rossini au foie gras de canard reste un incontournable du Bocuse Original Comptoir, on découvre, chez Ellis Gourmet Burger, le Rebel Pulled bœuf (photo): un bœuf bourguignon revisité par le chef Guillaume Sanchez.

Même esprit gourmand chez Le Butcher, où la recette du Friedland associe un steack de veau à une duxelles de champignons à la truffe et chez L’Artisan du Burger, où Eric Robert (MOF) a créé le Place Vendôme (à partir du 1er décembre) composé d’un émincé d’aiguillettes de canard sauce miso cuit à la plancha saupoudré de graines de sésame, d’une tranche de foie gras, d’un tempura d’oignons rouges, sauce porto à l’huile de truffe noire, trompettes-des-morts et cèpes… Plus appétissant que la version végane avec steak veggie bio et fromage végétal.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس