Remaniement ministériel à Ottawa: Lametti remplace Wilson-Raybould à la Justice

[ad_1]

Le jeu de chaises musicales que le départ de Scott Brison a rendu nécessaire dans le cabinet de Justin Trudeau fait une grande perdante : Jody Wilson-Raybould, la ministre de la Justice, perd son prestigieux poste pour prendre celui des Anciens Combattants. Jane Philpott, pour sa part, s’impose comme la femme forte du gouvernement en prenant les rênes abandonnés par M. Scott au Conseil du Trésor.

Mme Wilson-Raybould, une élue de Colombie-Britannique, était ministre de la Justice depuis 2015. Mais elle n’a pas fait tout ce qui était attendu d’elle. Plusieurs de ses projets de loi n’ont toujours pas abouti et poireautent encore à la première étape législative. C’est le cas de celui devant abolir la suramende compensatoire imposée aux délinquants reconnus coupables et que les juges n’ont pas la discrétion de moduler selon leur niveau de revenus. Cette suramende a finalement été invalidée un peu avant Noël par la Cour suprême du Canada. Le projet de loi abolissant le crime de sexe annal n’a toujours pas avancé ni celui contre la traite des personnes. Enfin, Mme Wilson-Raybould avait pour mandat de revoir et éliminer plusieurs des peines minimales instaurées par les conservateurs et qui sont en partie responsables des délais dans le système de justice. En entrevue avec Le Devoir en décembre, le premier ministre Trudeau a admis que cette promesse ne serait pas réalisée dans le présent mandat.

Mme Wilson-Raybould remplacera aux Anciens combattants Seamus O’Regan, qui monte en grade aux Services aux autochtones, laissés par Mme Philpott partie au Conseil du Trésor. Celui qui prend le relais à la Justice est David Lametti, un député de Montréal qui enseignait le droit à l’Université McGill. Il a aussi été adjoint juridique du juge Peter Cory à la Cour suprême du Canada.

Contrairement à certains de ses collègues québécois, M. Lametti n’avait pas milité pour une alternance à tout prix entre un Québécois et un non-Québécois au poste de juge en chef de la Cour suprême. Selon lui, il importait plutôt que le Québec ait son leadership « à travers la Cour ». C’est finalement le Québécois Richard Wagner qui a été nommé par M. Trudeau.

Enfin, M. Trudeau crée un nouveau poste, celui du Développement économique rural, qu’il confie à une nouvelle venue au cabinet, Bernadette Jordan. Mme Jordan étant députée de Nouvelle-Écosse, cela permet de maintenir la représentation de cette province à la table du cabinet.

Avec Marie Vastel

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Benoit Charette remplace MarieChantal Chassé au ministère de l’Environnement

[ad_1]

Le passage de la ministre MarieChantal Chassé au ministère de l’Environnement aura été d’une brièveté record. Mardi, le premier ministre François Legault a annoncé qu’elle serait remplacée par le député Benoît Charette moins de trois mois après sa nomination.

« On a convenu ensemble que c’était mieux qu’elle prenne un pas de recul », a déclaré le premier ministre Legault lors d’un point de presse mardi après-midi, son premier de l’année 2019.

Mme Chassé s’était imposée comme le maillon faible du nouveau gouvernement de la CAQ. Peu à l’aise devant les médias, elle semblait mal connaître ses dossiers. M. Legault a toutefois fait valoir qu’il comptait lui confier de nouvelles responsabilités. Elle conserve d’ailleurs son siège de députée de Châteauguay.

Quant au nouveau ministre, M. Legault l’a décrit comme « un homme qui a une grande rigueur ». « Il connaît le transport, qui va devenir un élément important pour réduire les GES », a-t-il ajouté en soulignant que sa « grande expérience politique » allait rendre ses échanges avec les médias plus faciles.

Député de Deux-Montagnes, M. Charette n’avait pas accédé au Conseil des ministres après l’élection du gouvernement. D’abord élu sous la bannière du PQ en 2008, il est à la CAQ depuis 2012.

D’autres détails suivront.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس