Teddy Riner, le nouvel ambassadeur de Ford France

[ad_1]

INTERVIEW – «Le Figaro» s’est rendu au plus grand FordStore de France (Motorcar Paris Ouest) afin de rencontrer Teddy Riner, le nouveau visage de Ford France, mais aussi Louis Carl Vignon qui en est le président.

LE FIGARO – Comment s’est concrétisé le rapprochement entre Teddy Riner et Ford?

Teddy RINER – Cela fait des années que je connais la marque. Dans ma famille, nous sommes des gros consommateurs de Ford. Que ce soit ma famille ou les Antillais en général d’ailleurs. La marque a surtout sorti le grand jeu en m’invitant à une course au Mans avec des Ford Mustang! Forcément, quand on m’a proposé le projet, j’ai tout de suite dit oui!

Louis Carl VIGNON – Nous avons été présentés par un ami commun. Au bout de cinq minutes à peine, nous avons pensé à travailler ensemble!

– Quelle est la durée du contrat?

Louis Carl VIGNON – Le contrat est valable jusqu’aux Jeux Olympiques de 2020. Nous allons accompagner Teddy jusque-là et réciproquement.

– Que comprend ce contrat?

Teddy RINER – Forcément, une bonne dizaine de voitures! Je plaisante. J’aime la marque donc j’ai demandé quelques modèles, dont une Ford Mustang et un Raptor. Je vais faire de la publicité pour Ford. La première apparaîtra en janvier.

Louis Carl VIGNON – L’idée, c’est que Teddy nous accompagne de la même manière que nous l’accompagnons. La première fois que je lui ai annoncé que Ford faisait à peine 4%-4,5 % de marché, j’ai presque eu honte. Il disait qu’avec une telle marque c’était impossible. Les mots de Teddy ont grandement motivé nos équipes. Il y a un public et un réseau derrière lui qui est important pour nous. Quand on le regarde on a plutôt envie d’avancer!

– Monsieur Riner, êtes-vous passionné d’automobile?

Teddy RINER – Non. Je suis plus (rires). Vous savez, dans tout ce qui est dînette, la harpe aussi…. Bien sûr que je suis passionné de voitures! Et aussi de sport automobile.

Avez-vous quelques souvenirs marquants en lien avec l’automobile, à partager avec nous?

Teddy RINER – J’ai toujours aimé être dans une voiture, même seulement 5 minutes pour aller faire les courses. Quand j’étais petit, dès que quelqu’un de ma famille partait en voiture, je demandais à mon père si je pouvais l’accompagner. L’anecdote, c’est qu’on m’a appris à conduire sur une Ford Focus RS de première génération, une expérience que je ne suis pas prêt d’oublier. Ma passion n’a fait ensuite que grandir en même temps que je découvrais de nouveaux modèles.

Peut-on connaître quelques-unes de vos voitures personnelles?

Teddy RINER – Je roule en Ford Edge, et j’attends de pied ferme mon Raptor et ma Mustang. Ne me demandez pas à combien la Mustang va monter, ce n’est pas nécessaire de savoir.

Appréciez-vous certains modèles en particulier?

Teddy RINER – Tout le monde pense que je vais rouler au volant de voitures exceptionnelles. Je n’ai pas de modèle phare, à vrai dire. Il suffit que je me sente bien dans une voiture et que la sonorité du moteur me plaîse pour que je sois converti! Je ne suis pas intéressé par une voiture simplement parce qu’elle porte le logo Ferrari ou Lamborghini, il faut que le modèle me plaise. Par contre je ne peux pas acheter une voiture qui ne possède pas de phares au xénon! J’adore ça!

Dingo Photos

Vous souhaiteriez faire des courses automobiles?

Teddy RINER – Je n’ai pas le temps malheureusement. Mais je fais du circuit. J’ai un professeur depuis quelques années déjà, qui m’apprend à piloter sur de nombreux tracés. J’y vais parfois avec des amis, et même avec des partenaires. Je n’ai peur de rien, et je veux tout essayer. Mais si je me lance dans la course automobile, il me faudra beaucoup d’entraînement. Mais bon, l’envie de gagner est déjà là!

Qu’est-ce que les deux parties attendent de ce partenariat?

Teddy RINER – Pour moi c’est du 50/50. J’attends que Ford m’accompagne dans mes compétitions et ma carrière, et je les laisse utiliser mon image qui peut être bénéfique pour la marque.

Louis Carl VIGNON – Teddy incarne la performance et la volonté de se dépasser. Il nous motive et sert de modèle à nos équipes, car il se fixe des challenges et finit par gagner. Il est aussi quelqu’un de très accessible et sympathique, qui représente bien l’image que l’on veut donner à notre marque. Il nous sera donc très utile pour la communication.

Monsieur Riner, voyez-vous des similitudes entre votre métier et l’automobile?

Teddy RINER – Beaucoup. Dans le sport comme dans la mécanique, il faut être précis, rigoureux. Quand on voit un véhicule, on le voit seul, tout comme moi sur le tapis. Mais dans les deux cas, il y a une équipe derrière qui fournit un travail important. Mon préparateur physique, ma psychologue, ma diététicienne, mes entraîneurs, mon sparring-partner, je ne serais rien sans mon équipe. C’est la même chose pour une voiture de compétition. Dans les deux disciplines, on a un objectif à atteindre, et même lorsqu’on y arrive, il faut sans cesse se remettre en question et se réinventer pour rester au sommet.

Louis Carl VIGNON – Tout à fait d’accord. Pour aller encore plus loin, un bon judoka comme une bonne voiture, requiert de la puissance, de l’agilité, un certain dynamisme et une bonne tenue de route. Le regard aussi, à une importance capitale en judo comme en pilotage.

Jean-Michel Le Meur/Jean-Michel Le Meur / DPPI

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس