Série mode : Jeuniors | MilK

[ad_1]

La grand-parentalité a changé. Plus jeunes, connectés, présents mais libres, les grands-parents se réinventent et bousculent les codes de leurs aînés. Alors qui sont les “jeuniors”, jeunes seniors actifs au visage moderne ? Et comment leur rôle a-t-il évolué auprès de leurs petits-enfants ? Réponse en images à l’Artipelag prés de Stockholm.

Photos : Elizabeth Toll – Style : Clara Dayet
Mise en beauté : Regina Törnwall @LundLun – Assistante styliste : Emilia Ilke – Modèle : Gunilla G. @SyncCasting


À gauche : Robe, Kiabi. Turban, MarMar Copenhagen. Collants, Còndor. Chaussures, Parabooot. Manteau et gants vintage c/o, Judits.
À retrouver dans le Milk 62, en kiosque !

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Mazda MX-5, une série limitée pour ses 30 ans

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Roadster le plus vendu au monde, la Mazda MX-5 fête ses 30 ans avec une édition limitée reconnaissable à sa teinte inédite, baptisée «Racing Orange».

La Mazda MX-5 est apparue pour la première fois au salon de Chicago en 1989. Trois décennies et quatre générations plus tard, ce véhicule s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires, et revendique le titre de roadster le plus vendu au monde. Sa recette n’a pas changé: la voiture est légère, enthousiasmante à conduire, proposée à un prix sans équivalent sur le marché et n’a jamais cédé à la course à la puissance.

C’est toujours au salon de Chicago que Mazda fête les 30 ans de succès de son petit roadster, avec une édition limitée. La première chose qui saute aux yeux sur la version 30 ème anniversaire, c’est sa livrée inédite «Racing Orange». On notera ensuite les jantes spécifiques en aluminium forgé, développées spécialement par la marque Rays pour cette édition spéciale.

Un badge «30th Anniversary», apposé sur la carrosserie, indique le numéro de l’exemplaire. Au total, cette série limitée comptera 3 000 véhicules. Elle est proposée en version classique à toi souple, mais aussi en version RF au toit rétractable. À l’intérieur, la teinte de carrosserie est rappelée par des inserts sur les sièges, les garnissages de portes, le tableau de bord et le levier de vitesses. Les étriers de freins Brembo à l’avant et Nissin à l’arrière sont également peints en orange.

Les sièges sont signés Recaro, et ceux qui opteront pour la boîte manuelle profiteront d’amortisseurs Bilstein. Enfin, la Mazda MX-5 30 ème anniversaire embarque un système audio Bose comptant 9 haut-parleurs. Le prix de cette série limitée n’a pas encore été annoncé. Les motorisations disponibles non plus. Mais cela se jouera entre le 1,5 litre de 132 chevaux et le 2 litres de 184 chevaux, les deux seuls groupes au catalogue.

Cette série limitée est proposée en version classique à toi souple, mais aussi en version RF au toit rétractable.
Cette série limitée est proposée en version classique à toi souple, mais aussi en version RF au toit rétractable. Mazda

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Série mode : Dog day afternoon

[ad_1]



Série mode : Dog day afternoon

Pull, Stella McCartney Kids. Saloppette, Step2. Chapeau en feutre, Little Creative Factory.



Série mode : Dog day afternoon

Robe à carreaux, Warehouse. Pantalon, Unauthorized. Foulard à rayures, Topshop. Chapeau, Grevi sur Chidrensalon.com. Pull et chaussettes, Topshop. Pantalon, COS. Foulard, Bonton. Chapeau, Little Creative Factory.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Série mode : Growing #Josef Albers

[ad_1]

Une série mode en mouvement, aux couleurs éclectiques et pourtant si floues. Un clin d’oeil au travail de Joseph Albers (professeur au Bauhaus et peintre) qui a révolutionné la perception de couleurs dans l’art, l’architecture, la mode ou les support graphiques. Une couleur changerait en fonction de ses couleurs voisines. Testez votre oeil sur cette série pigmentée !


Photographe : Franck Malthiery (ONE Represents London & KATE RYAN Inc NY) @franckmalthiery_official
Style : Mariah Walker (Art Dept NY) @mariahmorayawalker
Mise en beauté : Corinne Fouet (Airport Agency)

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Série mode : In situ, in vivo

[ad_1]

Alors que le gouvernement a lancé un plan d’action visant à initier les enfants à l’art et à la culture dès le plus jeune âge, MilK s’est penché sur les bienfaits de multiplier les expériences sensorielles artistiques dès l’enfance, à l’école et en dehors.


Photos : Katrine Rohrberg – Style : Marie Monrad Graunbøl
Assistante style : Zena Al Baby – Assistant photographe : Kristine Funch. Retouches : Magnus Mols
Photos réalisées au musée Rudolph Tegner au Danemark.


Jupe, N°74. Pull, Wawa.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

La BMW Série 7 à la retouche

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Arrivée au seuil du milieu de carrière, la Série 7 s’offre une remise à niveau esthétique et technique.

Renouvelée courant 2015, la Série 7 fait déjà partie des plus anciens modèles de la gamme du constructeur munichois. En vertu du cycle de vie et de renouvellement des produits, plusieurs modèles des autres séries lancés après le navire amiral de la flotte BMW s’avèrent désormais plus évolués techniquement. Dire que la Série 7 commençait à dater serait sans doute un peu exagéré mais elle avait besoin de se pomponner pour reprendre son rôle d’ambassadeur de la marque et en même temps pour affronter une concurrence qui n’est pas du genre à croiser les bras.

Les feux et le bouclier arrière ont été légèrement retouchés.
Les feux et le bouclier arrière ont été légèrement retouchés. BMW

C’est ainsi que la Série 7 se plie à l’évolution du style BMW amorcée avec le coupé Série 8 et le X7. Signe le plus visible d’un design en mutation: la calandre typique des BMW s’élargit de 40 % par rapport à l’ancienne version. Elle empiète désormais sur le capot moteur largement sculpté. Le bouclier avant est redessiné et il accueille des prises d’air latérales soulignées de chrome. La limousine du constructeur bavarois adopte des projecteurs à LED adaptatifs. Ils peuvent s’équiper de la technologie laser en option. La poupe a aussi bénéficié de son lot de modifications. Elle gagne en élégance avec ses feux tridimentionnels 35 mm plus fins et sa barrette chromée affinée. Les tuyères d’échappement ont aussi été revues et elles sont beaucoup plus apparentes.

Les modèles exclusifs, comme la M760Li xDrive dotée du V12, se dotent d'un nouveau dessin de cuir nappa.
Les modèles exclusifs, comme la M760Li xDrive dotée du V12, se dotent d’un nouveau dessin de cuir nappa. BMW

À l’intérieur, la planche de bord conserve le dessin actuel mais on notera que la disposition des boutons du volant a été repensée. Le système d’infodivertissement reçoit la dernière version Professionnal 7.0 offrant un affichage plus soigné et de nombreuses possibilités de personnalisation. De nouveaux garnissages et matériaux font leur apparition et contribuent à rehausser le statut de la limousine de BMW. À l’arrière, en fonction des versions et des finitions, les passagers peuvent disposer de série ou en option d’écrans multimédias de 10 pouces.

Les écrans pour les passagers arrière sont optionnels.
Les écrans pour les passagers arrière sont optionnels. BMW

Le programme des motorisations a été largement revu pour se confirmer aux nouvelles exigences de dépollution. Le V12 à essence de la M760Li xDrive se dote d’un filtre à particules; le V8 à essence de la 750i délivre désormais la bagatelle de 530 chevaux. Quant aux trois mécaniques six cylindres diesels, elles affichent une puissance respective de 265 ch, 320 ch et 400 ch. La dernière version 750d bénéficie toujours de quatre turbocompresseurs. Enfin, la version hybride rechargeable bénéficie des derniers développements du groupe. Désormais baptisée 745e, cette version électrifiée partage sa technologie avec le X5 xDrive45e présenté récemment. Le quatre cylindres de l’ancienne version 740e est remplacé par un six cylindres en ligne 3 litres à injection directe d’essence de 286 ch. Associé à un moteur électrique de 113 chevaux, ce modèle délivre une puissance cumulée de 394 chevaux. Si les performances sont d’un excellent niveau (0 à 100 km/h en 5,2 secondes), les émissions de CO2 réussissent à rester sous la barre des 50 g/km (48 g/km), ce qui correspond à une consommation homologuée à 2,1 l/100 km. Ces chiffres flatteurs découlent d’une autonomie électrique pouvant atteindre selon le constructeur 58 km lorsque les batteries sont rechargées. La 745e est aussi capable de pousser des pointes jusqu’à 140 km/h dans le silence de la propulsion électrique. Dans ces conditions, le silence devrait être d’or puisque la Série 7 se dote d’un vitrage latéral à verre acoustique. Côté équipements, la limousine de BMW reçoit les derniers raffinements en matière d’assistances à la conduite et de systèmes de conduite autonome.

Revue et corrigée, la nouvelle BMW Série 7 bénéficie de vitres latérales dotées d'un verre acoustique.
Revue et corrigée, la nouvelle BMW Série 7 bénéficie de vitres latérales dotées d’un verre acoustique. BMW

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

La dernière BMW Série 3: une berline surdouée

[ad_1]

ESSAI – Passée dans une nouvelle ère, la dernière BMW Série 3 se donne les moyens de redevenir la référence des familiales.

Les SUV peuvent bien monopoliser une grande partie des ventes de BMW, la Série 3 continue de personnifier la marque allemande. Cette berline de sport née avec deux portes est une surdouée. Depuis 1975, elle a séduit plus de 15,5 millions d’automobilistes à travers le monde. Elle a tout vécu, traversé des orages, surmonté des crises. Elle a ridiculisé les coupés sportifs, trusté les podiums de courses. Elle est le modèle après lequel courent tous les prétendants au luxe. Elle s’est parfois égarée en chemin, mais au grand dam de ses concurrentes qui y voyaient un signe d’affaiblissement, elle a toujours fini par retrouver ses esprits et le bon chemin. Est-ce le cas pour ce dernier exercice qui succède à un sixième opus un brin décevant?

figaro

Les SUV peuvent bien monopoliser une grande partie des ventes de BMW, la Série 3 continue de personnifier la marque allemande. Cette berline de sport née avec deux portes est une surdouée. Depuis 1975, elle a séduit plus de 15,5 millions d’automobilistes à travers le monde. Elle a tout vécu, traversé des orages, surmonté des crises. Elle a ridiculisé les coupés sportifs, trusté les podiums de courses. Elle est le modèle après lequel courent tous les prétendants au luxe. Elle s’est parfois égarée en chemin, mais au grand dam de ses concurrentes qui y voyaient un signe d’affaiblissement, elle a toujours fini par retrouver ses esprits et le bon chemin. Est-ce le cas pour ce dernier exercice qui succède à un sixième opus un brin décevant?

Fluidité et légèreté

La lumière du jour est plus avantageuse pour la silhouette de la septième Série 3 que le papier glacé des photos ou le sunlight des salons. D’aucuns lui trouveront un petit air de Lexus mais elle a préservé les recettes qui ont assuré le succès de ses devancières. Elle y ajoute des galbes nettement surlignés, des narines de calandre élargies, des projecteurs à LED, des voies élargies et surtout une longueur qui en fait une véritable Série 5 en réduction. Plus vraiment compacte, la Série 3 franchit désormais la barre des 4,70 mètres, s’allongeant de 76 mm dont 41 mm au niveau de l’empattement. Pour référence, la première Série 5 de 1972 ne dépassait pas 4,62 m. Trouver une place et s’y garer devient plus fastidieux. L’évolution du style porte ses fruits, puisque le Cx aérodynamique descend à 0,23. À mettre aussi sur le compte d’un soubassement caréné et à des volets de calandre actifs, la fluidité se combine à la cure d’allègement (jusqu’à 55 kg sur la 320d pour allier sobriété et dynamisme de conduite). C’est ainsi que le passage à la plateforme rigidifiée CLAR des Série 5 et 7 n’empêche pas la Série 3 de conserver une répartition équilibrée des masses (50/50). Si l’architecture des essieux ne change pas, la Série 3 inaugure une nouvelle suspension intégrant des amortisseurs à butée hydraulique, en détente à l’avant, en compression à l’arrière. Ce système nous a bluffés, procurant un confort proche d’une suspension pneumatique et sans nuire à la sportivité d’un grand niveau.

Un habitacle soigné équipé des derniers systèmes de conduite autonome.
Un habitacle soigné équipé des derniers systèmes de conduite autonome. Tom Kirkpatrick

Numérique et prévenante

En accédant à bord, l’habitué de la marque trouvera facilement ses repères. L’ambiance n’a pas franchement changé, l’ergonomie est toujours aussi soignée, mais les matériaux sont de meilleures factures. L’habitabilité, notamment à l’arrière, est plus généreuse et l’amplitude de réglages du siège conducteur et du volant s’adapte à tous les besoins. À défaut de débourser 1650 euros ou d’opter pour la version de base, la Série 3 perd ses fameux combinés ronds au profit d’un affichage intégralement numérique en forme de demi-octogone. Le fonctionnement inversé de l’aiguille du compte-tours pourra dérouter. L’écran central de 10,3 pouces se pilote tactilement ou à l’aide du fameux bouton rotatif installé sur le tunnel central. Jusqu’à dix pages peuvent être personnalisées et affichées à l’écran par un simple balayage avec un doigt. Pour éviter les sources de distraction qui nuisent à la sécurité, le conducteur pourra s’appuyer sur l’affichage tête haute couleur (+ 1150 €) et sur le nouvel assistant personnel commandé à la voix. Il s’active en hélant: «bonjour BMW». Une multitude de fonctions est disponible. On peut, par exemple, demander de modifier la station de radio ou la source de musique, d’activer les sièges chauffants ou de changer la température. Par ailleurs, la Série 3 accède aux derniers systèmes de conduite autonome. Nous avons ainsi testé le système Drive Assist Pro (+ 2350 €) qui assure la progression automatique dans la voie. Il a encore progressé, assurant un parfait maintien au centre de la file de circulation. Et au bout de dix secondes, des lumières jaunes clignotent sur le volant pour vous enjoindre de reposer vos mains sur sa jante en cuir. Pour ceux que le stationnement dans un espace exigu angoisse, la Série 3 propose la fonction «reversing assistant». Ce système actif jusqu’à 36 km/h mémorise les 50 derniers mètres parcourus et sort ainsi d’une place en marche arrière de même manière que le véhicule y est entré, c’est-à-dire en effectuant l’inverse des manœuvres de braquage. Comme toujours chez BMW, le conducteur reste maître à bord et il est donc libre d’actionner ou non les assistances.

Un comportement souverain

Dès les premiers coups de volant au volant de la 320d qui va représenter l’essentiel des ventes auprès des entreprises, on découvre une direction plus directe mais manquant de rappel en ville. Sa précision combinée à un châssis particulièrement agile contribue à former un ensemble d’un agrément confondant. Aussi douce que réactive, la transmission automatique à 8 rapports (+ 24 000 €) contribue à la qualité des sensations. Elle offre de meilleures performances et un gain en consommation de 0,2 l/100 km et de 5 g/km de CO2 selon la norme officielle. L’ordinateur de bord indiquait une autonomie de 940 km grâce à la présence du grand réservoir de 59 litres (+ 19 l) bassement facturé 180 euros. À ces excellentes dispositions, il faut ajouter une insonorisation soignée, fruit d’un pare-brise en verre acoustique. Les dos sensibles éviteront le châssis surbaissé de 10 mm de la finition M Sport (+ 9 250 €) qui se signale par une certaine fermeté sur chaussée dégradée. Avec la 330i (4-cylindres 258 ch), la 320d, déclinée en version xDrive, constitue l’offre de lancement en mars prochain. Une version 330e hybride rechargeable de 252 ch revendiquant des émissions de CO2 de 39 g apparaîtra dans le courant de l’année.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Une météorite entre en collision avec une BMW Série 8

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – BMW propose un modèle unique à partir de la nouvelle Série 8. Sa particularité réside dans l’emploi de matériaux «extraterrestres».

Lorsque BMW annonce un modèle «one off» réalisé à partir d’un véhicule de série, et qui fera usage d’éléments venus de l’espace, on pense tout de suite à la i8. L’allure de vaisseau spatial de cette sportive hybride, en effet, ne dénoterait pas dans le rôle d’ambassadeur des étoiles. Il n’en est pourtant rien, puisque c’est le nouveau coupé Série 8 qui se pare de fragments de météorite.

La BMW Individual M850i Coupe «Night Sky», a été présentée lors d’un événement tout à fait exceptionnel: dans la nuit du 3 au 4 janvier 2019 où une pluie de météorites a illuminé le ciel. Ce modèle unique emploie justement des fragments de ces pierres spatiales pour se différencier du reste de la production. Ils se situent sur la console centrale, le bouton de démarrage du moteur, la molette pour naviguer dans les menus du système multimédia, le levier de vitesses ou encore les seuils de porte.

En plus de ces éléments, les disques de freins, les coques de rétroviseurs, les prises d’air latérales et une partie du spoiler avant bénéficient d’un dessin très particulier. Les formes géométriques dont ils se parent existent dans la nature: lorsqu’un type de météorite est mis en contact avec un composant acide, son long refroidissement va aboutir à cet étrange dessin. Un procédé qui serait impossible à reproduire sur terre, et dont le résultat est nommé Widmanstattën. Pour la création de cet unique modèle, BMW peut se vanter de s’être appuyé sur l’expertise des chercheurs de l‘Institut Max-Planck de physique extraterrestre.

La structure Widmanstattën est reprise pour décorer le milieu des sièges, et l’accoudoir central est incrusté de LED pour imiter un ciel étoilé. La carrosserie adopte un coloris bi-ton: un noir brillant recouvre la majorité de l’espace disponible, alors qu’un bleu métallisé habille les bas de caisse. Le tarif de l’unique BMW M850i «Night Sky» n’a pas été communiqué, mais rien n’indique qu’elle sera vendue. Cette réalisation unique sera exposée sur le stand du constructeur lors du prochain salon Rétromobile, porte de Versailles à Paris.

La carrosserie adopte un coloris bi-ton: un noir brillant recouvre la majorité de l'espace disponible, alors qu'un bleu métallisé habille les bas de caisse.
La carrosserie adopte un coloris bi-ton: un noir brillant recouvre la majorité de l’espace disponible, alors qu’un bleu métallisé habille les bas de caisse. BMW

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Série mode : Citizens | MilK

[ad_1]

Coupes oversizes, tissus chamarrés et matières douillettes pour une série mode chic, colorée et effortless.


Photo : Carmen Ordóñez
Style : Paloma Tiemblo
Mise en beauté : Carminia Albornoz
Assistant Photo : Agustin Escámez
Assistante mise en beauté : Ariadna Martín
Modèles : Stella, Luna, Itzan, Maja, Jorge, Kailah, Guillermo et Noah

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس