À Avoriaz, dormir dans un container sur une piste de ski

[ad_1]

INSOLITE – Un nouveau concept d’hôtellerie nomade et éphémère, Flying Nest, a été inauguré cet hiver par AccorHotels à Avoriaz. Visite d’une suite nomade sur une piste de ski haut-savoyarde, signée du designer Ora-ïto.

Plain-pied, bon œil… Allongé dans son lit, on active le store qui, tel un rideau de théâtre, s’ouvre au petit matin sur une représentation insolite, un spectacle en live. Derrière la vitre, le froid, la station d’Avoriaz 1800 qui s’anime ; à l’intérieur, un cocon douillet, l’envie de lambiner. Il n’est pas si fréquent de pouvoir se lover dans la chaleur d’une couette tout en voyant qu’au dehors une aube frissonnante repeint de bleu et de mauve les montagnes environnantes.

Même une suite avec vue panoramique n’offre pas cette proximité. Cette immersion dans la nature, au pied des pistes de la station, est le luxe proposé par le nouveau concept d’hôtellerie nomade et éphémère, Flying Nest, inauguré cet hiver par AccorHotels. Impossible de ne pas remarquer la présence de ce «pop-up hospitality» composé d’anciens containers maritimes réaménagés en chambre: 25 «studettes» de 13 m² avec grand lit, salle de bains avec douche, rangements minimalistes, minibar… Et quelques terrasses privatives en étage exposées sud-sud-ouest. Pas de télévision, on déconnecte.

« C’est un truc d’enfant pour moi, le rêve de pouvoir créer une cabane dans un endroit où il n’y a pas de permis de construire.»

Ora-ïto

Un espace commun permet de se retrouver dès le petit-déjeuner. La conception de cet hôtel écoresponsable est signée Ora-ïto qui, au-delà d’une esthétique épurée, en bois et métal, a su rationaliser avec goût l’espace en déclinant une décoration toute en vert et blanc. «C’est un peu un truc d’enfant pour moi, le rêve de pouvoir créer une cabane dans un endroit où il n’y a pas de permis de construire, confie le designer. On est aussi dans l’esprit du NoNo, le nouveau nomade». Fermeture prévue le 22 mars. Et d’imaginer déjà une version estivale: peut-être, un jour, un Flying Nest flottant, histoire de rendre à la mer ces containers faits pour voyager.

Flying Nest (04.50.74.02.11 ; Reservation.avoriaz.com). De 150 à 350 € la nuit pour deux, petit-déjeuner compris.

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Extreme cold postpones Special Olympics ski race in Calgary

[ad_1]

An extreme cold warning forced Special Olympics organizers to postpone alpine events that were scheduled for Saturday at WinSport in Calgary.

Jill Moore with Special Olympics Alberta said it was not an easy decision.

“With the low temperatures and wind chill, it’s not safe for our group to be out there,” said Moore.

Sixty-five skiers are still hoping to compete in slalom, giant slalom, and super-G events on Sunday. Moore said organizers will decide on Saturday night whether or not to hold the race Sunday.


READ MORE:
Most of Alberta won’t break free from Mother Nature’s icy grip this weekend

However, the day wasn’t wasted for alpine athletes.

Global News

Help us improve GlobalNews.ca

Skiers and coaches filled the stands to cheer on their fellow athletes, taking in speed skating Saturday morning followed by figure skating in the afternoon.

Special Olympics ski racer Andreas Walther said he enjoyed the break from the cold.

“I like watching the sports inside rather than outside,” he said.


READ MORE:
Killing 2 Olympic sports with 1 closure: Group petitions to save Calgary’s ski jumps

Others, like Sarah Blenkin, said she’d rather be out racing.

“I don’t mind watching [other athletes],” said Blenkin, “but I trained hard.”

Winsport also cancelled youth and preschool ski lessons on Saturday, and closed the tube park until Tuesday.

EMS urged anyone headed outside to cover all exposed skin and to pay special attention to eyes and ears. Even the lightest wind can cause frostbite in minutes, officials said.

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

‘It’s as if we’re not supposed to ski in the city,’ Toronto urban skier says

[ad_1]

There’s freedom during a city blizzard. If you have skis, that is.

During Monday’s snowstorm I slogged my way home like every other straphanger in this city, first jammed on transit followed by a slow and plodding walk, climbing over snow drifts and windrows.

Shawn Micallef takes to his skis in an alleyway in the College and Dufferin area Wednesday. As the city was at a standstill in Monday’s snowstorm, Micallef was free to roam, using the King St. pilot and Queen St. sidewalks among other downtown locations as his ski trail.
Shawn Micallef takes to his skis in an alleyway in the College and Dufferin area Wednesday. As the city was at a standstill in Monday’s snowstorm, Micallef was free to roam, using the King St. pilot and Queen St. sidewalks among other downtown locations as his ski trail.  (Richard Lautens / Toronto Star)

However, once home I took out my cross-country skies and those barriers were transformed into opportunity. While my initial thought was to head to High Park, so much snow had fallen that I realized I could slide anywhere so I clipped into my skis and set off from the west side towards the centre of Toronto.

I skied the Dundas St. sidewalks and through the deep snow of Trinity Bellwoods Park, where some snowboarders were using the mostly buried Garrison Creek ravine remnants for short runs. Continuing to Queen St., previously shovelled sidewalks had been covered with a layer of new snow and were fast, like the groomed trails found at ski resorts. At Bathurst they had been salted so I took to the near-empty street and then the alleyways, skiing all the way to Osgoode and city hall, with a quick diversion up to Grange Park.

From there I skied down Yonge St., then west along King St. where the streetcar pilot project also made for an excellent, if inadvertent, skiway. Zigzagging through skyscraper plazas to the Gardiner, I followed it to Fort York then on to home. Over the course of three hours I travelled 15.5 kilometres and didn’t once have to take off my skies and “portage,” as I call it, across salted or cleared areas.

What’s most remarkable about a snowstorm in the city is how quiet it is. The snow sucks up all the sound like an acoustically engineered recording studio. One musician friend told me he, too, loves the snow as it is “so unnatural sounding, even more dry than a studio.” The word he used to describe it is “anechoic,” meaning free from echo. Go out in the next thick snowfall and listen for yourself: it’s a uniquely muffled sensation.

A big snowstorm is a wonderful time in the city because of the way it brings people together. As snow is unpleasant for many, it’s a funny thing to happily ski through it and the reactions from people are telling. There’s surprise, sometimes a “yeah!” or “you’ve got the right idea, buddy!” and lots of picture taking. The attention is curious because if I was doing this an hour north of the city, somewhere in the Greenbelt, it would be absolutely unremarkable. It’s as if we’re not supposed to ski in the city. Yet we can.

Urban skiing and snowshoeing has liberated winter for me. It’s a time to go out rather than stay in, and has me wishing for more snow. During more modest snowfalls, the kind we usually get in Toronto, I’ll head to a ravine, park or the waterfront to ski, but the challenge of skiing the more urban parts of the city, finding just enough snow to pass through, patch by patch, is fun, too. Sometimes just a dozen centimetres of snow along a sidewalk are enough to get by and, in the older city, the salt-free and unplowed alleyways are the skier’s secret friend.

High Park is a favourite destination as it’s easily accessible, with its own subway stop at the top, the 501 streetcar at the bottom and the end of the 506 College streetcar just about depositing riders directly into it at the High Park loop.

Carrying skies on the subway, especially at rush hour, gets some funny looks but I hope it’ll give more people “permission” to ski their city. The only reason to leave the city to ski is if there’s no snow here. Wherever the TTC or GO networks intersect with a ravine, park or lakeshore, there’s opportunity to ski. If you’re not comfortable doing it alone, try to find some friends who want to join you.

I’ve got a very simple pair of basic all-around waxless skies. Relatively affordable, they aren’t precious, as they will get scratched up during urban skiing. You can always rent skies, but owning them means being able to get out right when the snow falls.

While I felt total freedom during Monday’s blizzard, the flip side is wherever I could ski anybody with a mobility issue would either have a very hard time or total inability to getting through. Certainly during a blizzard it’s impossible for snow-clearing crews to keep up with the snow, but even a day or two after the big storm there were blocked sidewalks, especially at crosswalks.

The roads, of course, had long been passable to cars, but if you’re on foot or if you need other kinds of wheels, “good luck to you” says this city with its obsession keeping taxes low.

You might almost think facilitating urban skiing adventures is official city policy, but no: Toronto is just cheap.

Shawn Micallef is a Toronto-based writer and a freelance contributor for the Star. Follow him on Twitter: @shawnmicallef

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

quand les spécialistes du ski arrivent en ville

[ad_1]

Les vêtements de montagne ont le vent en poupe et de plus en plus de marques historiques de ski se tournent vers un nouveau public, plus citadin.

C’est une avalanche, d’un genre totalement inoffensif, qui déferle sur le vestiaire masculin à la ville. L’été dernier, Vuarnet a donné le la en dévoilant une capsule de vêtements en collaboration avec le très branché label Noah. Quelques semaines plus tard, la marque française de lunettes confirmait sa diversification dans le textile et lançait une collection à part entière. Rossignol vient d’ouvrir une boutique loin des pistes où se sont pourtant écrites ses lettres de noblesse, boulevard des Capucines à Paris, à deux pas de l’Opéra Garnier. En décembre, Fusalp inaugurait sa sixième adresse parisienne, rue Saint-Honoré, quand Pyrenex s’installait rue de Poitou dans le Marais, là encore assez loin du Sud-Ouest et des Pyrénées où la marque de doudounes est née il y a 160 ans.

Holubar.
Holubar. crafted paris

On peut citer également la vénérable griffe Skidress, en vogue dans les années 1960, qui tente un rebond sur le macadam avec une collection tournée vers le lifestyle, tout en célébrant son ADN d’altitude. Millet, autre maison tricolore, qui équipait – et continue d’équiper – les skieurs et les guides de haute montagne, rhabille actuellement une trentaine de coursiers parisiens avec ses doudounes et ses gammes techniques. Et que dire d’Holubar, autre nom bien connu des habitués des sommets (américains cette fois), qui a été mis en avant, en novembre, par le concept-store Centre Commercial, à deux pas du canal Saint-Martin dans le Xe arrondissement. Immortalisée par Robert De Niro dans le film Voyage au bout de l’enfer, sa parka phare est un classique absolu, que l’on peut désormais porter à la ville sur un vélo, un scooter, et même sur une trottinette.

Les maisons de luxe et les créateurs ne sont pas étrangers à cette vague montagnarde. Dans la continuité du virage technique, emprunté par la garde-robe de l’homme depuis quelques années, les doudounes, les parkas géantes et les superpositions sont plus que jamais présentes chez Balenciaga, Fendi, Sacai et Walter Van Beirendonck. Leurs silhouettes évoquent celles des clients d’un restaurant d’altitude. La nouvelle griffe Templa prend même ce trait d’union entre montagne et ville comme concept. Fondé à l’automne 2017 par un trio belgo-australien, le label anversois est basé sur l’innovation. Ses vestes futuristes sont taillées dans la fine fleur des matières imperméables, respirantes ou isolantes, et s’articulent autour d’empiècements amovibles et de détails techniques poussés. «Nous voulons reconnecter la fonctionnalité et la mode, avec des pièces innovantes aussi pertinentes sur les pistes que dans un parc urbain sous la pluie», explique Anati Rakocz, cofondatrice de la griffe et ancienne directrice commerciale chez Ann Demeulemeester et Haider Ackermann.

Fusalp.
Fusalp. Fusalp

Réinterprétation luxe de pièces alpines

Ce rapprochement entre les deux univers est l’une des clés du succès de The North Face, de Patagonia et, surtout, depuis plus longtemps, de Moncler, qui, depuis 2003, livre une réinterprétation luxe de pièces alpines emblématiques, dont les fameuses doudounes. Le pari, osé, est largement réussi, puisque la maison a quasiment doublé son chiffre d’affaires en quatre ans. Et d’avoisiner 1,2 milliard d’euros sur l’exercice 2017. Un business qui fait boule de neige grâce à des collections qui dépassent aujourd’hui largement l’univers du «skiwear», sans être en rupture avec le patrimoine de la marque.

Dans l’histoire de la mode, ce n’est pas la première fois que des pièces venues des pistes arrivent en ville. Dans les années 1990, on pouvait croiser des jeunes affublés de grosses doudounes et de parkas XXL aux couleurs criardes sur la côte Est des États-Unis. Le mouvement hip-hop a en effet détourné le vestiaire des sports d’hiver, comme celui des sports nautiques, activités bourgeoises s’il en est. Actuellement, la griffe américaine Woolrich ose un clin d’œil à ce fascinant choc des cultures en enrôlant la légende Lauryn Hill comme égérie. Une décennie plus tôt, près de nous, à Milan en Italie, les paninaro, ces jeunes des classes moyennes qui se réappropriaient la panoplie classique de leurs parents, avaient déjà consacré certains vêtements phares des cimes, dont les doudounes Moncler.

«La masculinité évolue, et le vestiaire avec»

Vuarnet.
Vuarnet. Vuarnet

Templa.
Templa. Templa

De quoi cette incursion de la montagne en ville est-elle le nom? Passionné d’outdoor, Alberto Raego, qui œuvre à la relance d’Holubar, avance un élément de réponse: «Les gens se sentent en confiance quand ils portent des vêtements techniques éprouvés par des professionnels. Ils savent que la promesse sera tenue», décrypte le Transalpin, qui a déjà remis sur les rails, à l’aube des années 2000, Refrigiwear et ses vêtements isolants adoptés par les bouchers new-yorkais travaillant dans les frigos de Meatpacking, quarante ans plus tôt.

«On observe un engouement pour les codes esthétiques de ces vêtements. Mais ils sont aussi très pratiques et c’est loin d’être un détail!» pose Nicolas Ivars, fondateur de la boutique pointue The Next Door à Avignon, qui a ouvert mi-janvier, d’un concept-store masculin rue Beaurepaire, à Paris. «Je prends souvent le train et je vois des hommes porter une polaire sans manches et une parka sur un costume au lieu d’un manteau en drap de laine. À défaut d’être classique, c’est cohérent», poursuit-il.

Qu’elle intervienne sans fioritures (sur les doudounes rétro Holubar) ou de manière plus marquée (sur certaines vestes Rossignol, dont le zip aimanté permet de les fermer d’une seule main si l’autre est prise par un guidon de vélo ou un téléphone), la fonctionnalité est de plus en plus présente dans le dressing. «On consomme plus intelligemment, et si un vêtement a plusieurs fonctions, c’est mieux», assure Anati Rakocz. Cette sensibilité des messieurs pour la technicité et le confort rime avec une recherche de sens, une volonté de se rapprocher de la nature. Alessandro Locatelli, le président-directeur général de la branche textile de Rossignol, tranche: «Aujourd’hui, un homme cool prend le métro, se déplace à vélo ou en voiture électrique, il est sain, sportif, ne fume pas… La masculinité évolue, et le vestiaire avec.»

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les touristes chinois sous le charme du ski français et de la croisière d’exception

[ad_1]

Pour les croisiéristes, les Chinois constituent désormais un marché en plein boom dont la taille pourrait quadrupler en cinq ans. Le ski, en fort développement en Chine, est également ciblé par les groupes français comme un marché à gros potentiel.

Le 5 février prochain, pour le Nouvel An chinois, un yacht de croisière de la compagnie Ponant appareillera d’Ushuaia (Argentine) pour l’Antarctique avec exclusivement des passagers chinois. Et toutes les prestations seront adaptées à cette clientèle spécifique. Les accompagnateurs, naturalistes, scientifiques, ornithologues, s’exprimeront en mandarin. L’approche culinaire de Ducasse Conseil sera en version asiatique, l’eau servie tiède, les menus rédigés en chinois. «L’expérience en Antarctique aussi est adaptée, avec un ou deux spots particuliers», souligne Hervé Bellaïche, directeur général adjoint du leader mondial de l’expédition de luxe en zones polaires, et unique armateur français de navire de croisière.

Ainsi les croisiéristes s’approcheront-ils au plus près de la base antarctique Grande Muraille pour un voyage extraordinaire, au sens propre comme au figuré. «Il faut que chacun puisse se prendre en photo, montrer et partager sur son réseau social ce plus que les …

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Val-Thorens, station de ski la plus «likée»

[ad_1]

La vallée des Belleville est à l’honneur. En plus de «Val-Tho» numéro 1, Les Menuires se classent 3e au palmarès des stations les plus suivies sur Facebook. Tel est le résultat d’un «moulinage» très spécial effectué, juste avant Noël, par le comparateur de locations de vacances Likibu.

Les Menuires sur la 3e marche du podium.
Les Menuires sur la 3e marche du podium. G. Lansard

On prend les mêmes et on recommence. C’est ce qu’a fait Likibu, le comparateur de locations de vacances, à la veille des fêtes de fin d’année, histoire d’établir un nouveau Top 15 des stations de ski. À cette différence près: après les plus «instagramées» de 2017-2018, voici, pour cette saison 2018-2019, les plus «aimées» sur Facebook. Avec 511.877 likes Val-Thorens décroche la palme haut la main. Et 213.017 likes font de Tignes sa dauphine.

Pas étonnant que ces deux grandes savoyardes de Tarentaise arrivent en tête. Elles sont très actives sur les réseaux sociaux et, question événements, il s’y passe toujours quelque chose. En outre, comme elles sont très haut perchées (camp de base à plus de 2000 m d’altitude et ski à plus de 3000 m), la neige est garantie et la glisse dure longtemps, du milieu de l’automne jusqu’en mai.

Grâce à Cauterêts, les Pyrénées s’invitent dans le top 15

Cauterêts, la Pyrénéenne du classement.
Cauterêts, la Pyrénéenne du classement. M. Pinaud

Les Menuires, la discrète voisine du dessous de «Val-Tho» monte sur la 3e marche du podium. Étonnant? Pas tant que ça, car cette station est une championne des animations pour les enfants. On peut donc imaginer que ses 179.554 likes viennent de jeunes parents, d’autant que Facebook n’est plus l’idole des 2.0…

Comme l’an dernier, Likibu a passé au crible une bonne cinquantaine de stations françaises pour réaliser ce palmarès. Tous les poids lourds des Alpes ont été auscultés ainsi que les principaux fiefs de glisse des autres massifs. Surprise: Cauterêts, la jolie Pyrénéenne, s’est invitée dans le top 15. Avec 75.803 likes, elle se classe 14e, juste derrière Courchevel (100.317 likes) et devant Avoriaz (74.762 likes). Les temps changent.

Serre-Chevalier sauve l’honneur des Alpes du Sud

Serre-Chevalier, seule «sudiste» des Alpes.
Serre-Chevalier, seule «sudiste» des Alpes. Zoom

Quant au reste du classement, il fait évidemment la part belle aux Alpes du nord. En Isère, l‘Alpe-d’Huez (154.343 likes) s’octroie la 4e place et Les Deux-Alpes (147.970 likes) la 6e. En Savoie, toutes les stations les plus «aimées» se trouvent en Tarentaise. Soit, en plus de celles déjà citées: Val-d’Isère (151.964 likes) en numéro 5 puis, 7 et 8 pour Les Arcs (143.691 likes) et La Plagne (134.993 likes), les deux copropriétaires de Paradiski. En Haute-Savoie, avant Avoriaz, on trouve Chamonix (132.895 likes) en 9, La Clusaz (129.811 likes) en 10 et Megève (114.969 likes). Enfin, avec la 11e place, la haut-alpine Serre-Chevalier (124 249 likes) sauve l’honneur des Alpes du Sud.

Plus de détails sur le blog de Likibu

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Se préparer au ski en 10 mn par jour

[ad_1]

VIDÉO – Sept exercices quotidiens pour se remettre en forme avant de skier, ce n’est pas la mer à boire et cela rend la montagne encore plus belle. À découvrir sur cette video en ligne et au sommet de la coach Lucile Woodward.

À un mois à peine des congés scolaires de février, il est temps de se préparer à rechausser les skis. Chaque hiver, le ministère des Sports fait une campagne de prévention à l’intention des vacanciers. Et commence toujours, c’est son rôle, par rappeler le nombre d’accidents et le type de blessures les plus fréquentes la saison précédente.

Passons sur ces statistiques peu engageantes. Le ski est un sport à risques, tout le monde le sait. Et le premier risque de la glisse, c’est la chute. Pour l’éviter au maximum, il faut de la technique, donc ne pas hésiter à (re)prendre des cours de ski en arrivant, ne serait-ce qu’une demi-journée pour se remettre en jambes. «Le plaisir, ça s’apprend», disait la pub de l’ESF (École de ski français) il n’y a pas si longtemps. On n’a jamais trouvé meilleur slogan.

Bonne piste en ligne

Reste que pour optimiser ce «plaisir», rien de tel qu’un peu d’exercice avant le départ. Dix petites minutes quotidiennes de gymnastique suffisent. Le ministère des Sports a donc eu la bonne idée de s’associer avec Lucile Woodward, coach diplômée d’État et fitness girl bien connue des youtoubeurs avec 300 000 followers.

Une video a été spécialement réalisée et mise en ligne. Lucile Woodward y montre les mouvements à réaliser chaque jour chez soi avant de remonter sur les planches. Au programme: sept figures de renforcement musculaire des cuisses, abdos et fessiers. Tourné à 2 800 m d’altitude au sommet de la Masse, sur le domaine skiable des Menuires (Savoie), ce petit film au décor grandiose donne tout de suite envie de s’y mettre.

Manque malgré tout dans ce cadre naturel deux éléments fort utiles pour soigner sa condition physique de skieur: un mur, contre lequel on se tiendra assis pendant 1,50 mn, ou plus si affinités avec cette position dite de «la chaise» mais sans chaise évidemment. Deuxième élément fort utile pour se préparer à l’agréable: un bon vieil escalier que l’on préférera systématiquement à l’ascenseur pour descendre et monter.

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Ski hill accident kills 22-year-old man in Quebec’s Lac-Saint-Jean region – Montreal

[ad_1]

A 22-year-old man is dead following a fall at a ski hill in Quebec’s Lac-Saint-Jean region.

Quebec provincial police say the accident occurred Friday afternoon when the victim tried to do a jump at a snow park in Hebertville, about 200 kilometres north of Quebec City.

READ MORE: Quebec teen’s death raises concerns about common ski hill stunt

The man, who wasn’t wearing a helmet, was taken to hospital but did not survive.

Police are investigating the incident.

The death comes less than 48 hours after a 15-year-old girl died after attempting a jump from a ski chairlift Wednesday night in the Abitibi region of northwestern Quebec.

READ MORE: Val-d’Or teen died after attempted jump from ski chairlift: Quebec police

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

À La Plagne, le forfait de ski permet aussi de régler ses achats

[ad_1]

Nouveauté aussi technologique que pratique, la carte Plagne Access, mise en service cette saison dans la station, permet de connecter une carte bancaire à son forfait de remontées mécaniques. Explications.

La station familiale de La Plagne, dans la vallée de la Tarentaise, met en place depuis cette saison un système permettant d’utiliser le support de son forfait de ski pour régler ses achats sur place. Plagne Access est le nom donné à cette innovation présentée par l’office de tourisme de La Plagne comme «une première en France». Lorsque vous commandez votre forfait sur le site internet dédié il vous suffit d’y associer en deux ou trois clics votre carte bancaire. Ceci fait, votre forfait se substitue alors à ladite carte pour régler toute une série d’achats auprès des commerçants, des restaurateurs et des bars de la station qui jouent le jeu. Déjà une trentaine d’entre eux avait rejoint l’application à l’ouverture des pistes, le 15 décembre dernier.

Le forfait carte de crédit
Le forfait carte de crédit Office de tourisme de La Plagne

Aucun préchargement n’est demandé et le sans contact est autorisé. Mais là où cette initiative prend tout son sens c’est dans son extension à des tiers. Si vous êtes par exemple une famille, vous pouvez associer votre carte bancaire aux forfaits de vos enfants avec la possibilité de limiter le montant de la somme. Un plafond très à propos qui permet d’éviter excès et dérapages.

Concrètement, vous téléchargez par exemple 20€ sur le forfait de votre progéniture, ce qui va lui permettre de déjeuner sur les pistes ou de prendre un verre après le ski, sans risque de perdre ces quelques pièces que l’on extirpe souvent avec difficulté du fond de la poche de sa combinaison. Seuls perdants de l’opération, les chercheurs de ferraille à la fonte des neiges….

www.plagne-access.com

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le style ski: effet boule de neige

[ad_1]

Les marques d’hier spécialisées dans les panoplies de ski cherchent à revenir dans la course.

Depuis 2003, l’inimaginable retour de Moncler à la pointe des tendances a boosté le secteur des équipements et tenues de haute montagne. Ce phénomène a fait descendre, par ailleurs, le style ski dans la rue. Aujourd’hui, les parkas matelassées que l’on réservait naguère aux escapades en altitude, sont de sortie dès les premiers froids. Elles ne sont également plus «mode» et, par conséquent, «démodables». Cet l’hiver, outre Moncler qui revoit son dispositif créatif et multiplie les propositions avec des talents variés, Giorgio Armani et Ralph Lauren développent des collections dédiées sous les étiquettes Neve (neige, en italien) et Winter Stadium, respectivement. Le retour de Moncler a aussi donné des envies de come-back à d’autres maisons jadis focalisées sur les sports d’hiver.

Ainsi, les marques Fusalp, Pyrenex et Rossignol ont su remonter la pente et tirer parti de cette vogue avec des modèles à des prix n’atteignant pas des sommets. A partir de cette saison, ajoutons la marque Skidress, populaire dans les années 1970, et surtout Vuarnet (photo) se relançant dans le textile après avoir redoré son blason dans les lunettes optiques et solaires, dotées de verres minéraux de grande qualité et fabriqués en France.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس