Subaru Crosstrek Hybrid, l’électrification sort des sentiers battus

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Subaru dévoile son Crosstrek hybride rechargeable au Salon de Los Angeles. Il conserve le traditionnel moteur 4 cylindres «Boxer», couplé à un groupe électrique et à un alterno-démarreur.

Subaru présente son premier véhicule hybride, et a choisi pour abriter cette technologie le crossover XV rebaptisé Crosstrek. Cette version électrifiée se reconnaît notamment à ses projecteurs avant bleus, sa grille frontale métallisée, ses jantes spécifiques de 18 pouces mais aussi son coloris exclusif «Lagoon Blue Pearl» (à condition d’opter pour celui-ci).

L'habitacle se pare de surpiqûres et d'inserts bleus, qui rappellent un autre véhicule hybride: le Toyota CH-R.
L’habitacle se pare de surpiqûres et d’inserts bleus, qui rappellent un autre véhicule hybride: le Toyota CH-R. Subaru

L’habitacle se pare de surpiqûres et d’inserts bleus, qui rappellent un autre véhicule hybride: le Toyota CH-R. Le Crosstek Hybrid vit avec son temps, et propose les derniers éléments de connectivité embarquée ainsi qu’une panoplie d’aides à la conduite. Les modes «Intelligent» et «Sport» vous permettront de choisir entre économie d’énergie et dynamisme, tandis que l’Active Torque Vectoring, introduit sur les modèles les plus extrêmes du constructeur (marqués du label «WRX»), devrait vous gratifier d’une tenue de route sans faille.

Sous le capot, on retrouve le fameux 4 cylindres à plat «Boxer».
Sous le capot, on retrouve le fameux 4 cylindres à plat «Boxer». Subaru

La transmission est confiée à une boîte de vitesses CVT à variation continue. Sous le capot, on retrouve le fameux 4 cylindres à plat «Boxer», devenu une véritable marque de fabrique pour le constructeur japonais. Il est associé à un moteur électrique et à un alterno-démarreur. Il est possible de rouler en mode 100 % électrique jusqu’à 105 km/h, et pendant environ 28 km.

Le Crosstrek Hybrid gagne une seconde sur le 0 à 100 km/h par rapport au modèle thermique, et, selon le constructeur, disposerait d’une autonomie de 772 km. Il arrivera sur le marché américain à la fin de l’année, au prix de 35 000 dollars, soit environ 30 900 euros. Un tarif qui lui donnerait automatiquement le titre d’hybride rechargeable le moins cher sur notre marché, pour peu que le modèle soit distribué en Europe.

Le Crosstrek Hybrid est le premier véhicule hybride du constructeur japonais.
Le Crosstrek Hybrid est le premier véhicule hybride du constructeur japonais. Subaru

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

City tries to sort out the trash from the recycling

[ad_1]

“Let’s talk garbage!” Howard Tam exclaims, and this crowd of about 60 Torontonians actually looks jazzed.

Over the next four and a half hours, he guides the multicultural mix of volunteers — of all ages and genders — as they work through their feelings about recycling, obstacles to doing it right and possible solutions to the complex system’s acknowledged problems.

City of Toronto employee Paolo Trulli, centre, talks to Mabel Ernest, left, and Michael Fagan, right, during a forum seeking residents' input on Toronto's recycling system.
City of Toronto employee Paolo Trulli, centre, talks to Mabel Ernest, left, and Michael Fagan, right, during a forum seeking residents’ input on Toronto’s recycling system.  (David Rider)

The “design sprint” Friday, co-hosted by the city and a non-profit at Civic Hall Toronto, was a first attempt to tackle Toronto’s vexing, expensive recycling woes through the eyes of the residents who actually use — and sometimes abuse — the resident-funded garbage, blue-box and green-bin system.

“We normally deal with the waste management industry or packaging companies or the manufacturers,” to fight problems including “contamination” of blue bins via food waste that stains paper or addition of non-recyclables, such as old clothes, says the city’s Vincent Sferrazza.

“This is a great opportunity for us now to engage with residents, community groups, social groups and others to ask, ‘What are we doing — and not doing — right?’,” he says, with recycling as well as a multi-pronged public education campaign to tell people what needs to go in which bin.

His solid waste division last spring warned city councillors of a potential 2018 budget shortfall — now forecast at about $10 million — triggered by factors including Chinese recyclers turning away non-pristine paper fibre and, at home, increased bin contamination that boosts processing costs.

About one-quarter of everything put in Toronto blue bins shouldn’t be there. The city still manages to divert about 53 per cent of waste away from landfill, but the long-standing goal is 70 per cent.

Ten people are gathered around a table in a former warehouse in The Junction looking at a clear plastic lid, an empty air freshener bottle, a tea bag, a muffin wrapper, a standup pouch, an old VHS tape, a plastic rubbing alcohol bottle, a foam egg carton, a plastic yogurt cup and a shoe.

Half of them decide what goes next to a tiny blue bin, what goes next to a tiny organics green bin and what is garbage. The other half observe and take notes, looking for emotions including the inevitable indecision, consternation and surprise that, say, a muffin wrapper goes in the green bin.

Through other exercises the same phrases come up. “Frustration,” “confusion,” a “desire for information,” appreciation for the system, including from some people whose home countries haven’t embraced recycling but stress at possible mistakes because “we want to do the right thing.”

Mabel Ernest, a reuse, reduce and recycling “ambassador” for her Toronto Community Housing building at Pelham Park Gardens, near Davenport Rd. and St. Clair Ave. W., is eager to pick up new techniques to coach the residents of her 18-storey tower.

“I do the best I can, but it is very difficult for seniors to sometimes decide what is recycling and what is garbage, so they’re dumping everything in the garbage chute,” she says, suggesting the city might put up signs telling residents how many millions of dollars contamination costs the city each year.

City encouragements to do the right thing include an online “Waste Wizard” search tool to identify the proper bin; a TOwaste smartphone app that includes the waste wizard plus collection calendars and depot locations; and an advertising campaign that includes Raptors sportscaster Jack Armstrong saying his trademark “Get that garbage outta here!”

City enforcement includes waste audits where inspectors lift blue bin lids and, if they see visible contamination, put a sticker on it and push it back toward the home. City council will at some point consider the possibility of monetary penalties for those who dump obvious trash in recycling.

Possible solutions that came from the residents included rules to ensure all fast-food packaging is recyclable; other rules to force manufacturers to standardize packaging that now rapidly changes; monetary incentives and disincentives to influence behaviour; and more information for residents.

“There is a lot of confusion over what is recyclable but also why,” one woman told the gathering. Many people dump paper coffee cups in the blue bin not realizing the wax waterproof lining makes them trash.

“If we knew why it was recyclable or not, we might see the pattern and the big picture. My parents ask, ‘Why is this recyclable and this is not?’ and I don’t know,” she said, suggesting a “Why?” button be added to the online Waste Wizard.

The Ontario government and local partners are developing a system whereby producers of waste will be fully responsible for its sustainable disposal, rather than just helping to defray municipal recycling costs. That could eliminate the need for cities to have, or at least fund, blue-bin systems.

But its introduction is bogged down, with a proposed “full responsibility model” not expected for at least one year. If it proceeds under the new Ontario government, there could be five to 10 years of implementation.

Sarah Climenhaga, an environmentalist who ran for mayor in the recent civic election, participated in Friday’s forum that might be repeated in other parts of the city. She saw some value in residents giving city staff feedback but said the solution ultimately lies with makers of waste.

“Our recycling system is far too confusing, and it’s not going to work until we find a way to make it simpler,” and work with waste producers to get them to produce less packaging, take responsibility for what they produce and reduce or eliminate single-use items, she said.

“I hope the city will listen to the problems people are saying,” she said, “but the solution is not going to come from this room.”

David Rider is the Star’s city hall bureau chief and a reporter covering Toronto politics. Follow him on Twitter: @dmrider

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

L’élection générale ne scellera pas le sort de l’option indépendantiste

[ad_1]

Le prochain scrutin s’annonce douloureux pour les indépendantistes. Le sort du projet indépendantiste semble être lié aux succès électoraux du Parti québécois, mais il ne l’est pas entièrement. Ce projet est assurément plus grand que cette formation. Comment pourrait-il en être autrement pour un projet d’une telle portée politique ; d’un projet qui touche le destin politique d’un peuple tout entier ? Le rêve indépendantiste existe bel et bien aussi à l’extérieur de ce parti. En fait, il se porte même assez bien au sein de la société civile. Mais il est illusoire de penser qu’une cuisante défaite pour ce parti serait sans nuire aux chances de voir le Québec accéder à l’indépendance dans un avenir rapproché, et ce, bien davantage d’ailleurs que ce qu’a pu signifier la déroute du Bloc québécois en 2011.

Dans le scénario à venir d’une défaite des indépendantistes lors du prochain scrutin général, quel horizon s’ouvrira alors aux indépendantistes ?

Sauver l’indépendance

Il y a fort à parier que certains indépendantistes, et au premier chef ceux qui se réclament d’une appartenance plus franche aux valeurs progressistes, risquent de se poser cette question : si l’option indépendantiste apparaît aujourd’hui affaiblie, cela ne tient-il pas au fait que le discours nationaliste, qui s’articule autour des questions identitaires, n’est plus aujourd’hui adéquat pour bon nombre de Québécois, notamment les plus jeunes générations ? Si l’on veut un jour faire du Québec un pays, la voie la plus sûre ne serait-elle pas d’abandonner ce qui précisément tire l’option vers le bas, soit le discours nationaliste ?

Toutefois, l’indépendance du Québec sans le nationalisme est-elle possible ? Autrement dit, les forces progressistes pourraient-elles, à elles seules et sans l’appui stratégique que peuvent leur procurer les forces nationalistes, conduire le Québec à l’indépendance ? Tout simplement non. Il est bien évident que les progressistes ne réussiront jamais à eux seuls à conduire le Québec à l’indépendance, tant les forces politiques contre lesquelles elles doivent lutter sont puissantes et organisées. Mais de même, pour les nationalistes, sans les progressistes, l’indépendance restera inatteignable.

Abandonner l’indépendance

L’horizon qui risque de s’ouvrir au lendemain du scrutin d’octobre pourra également amener d’autres indépendantistes à envisager un autre scénario, lequel serait tout aussi risqué pour le Québec.

Aussi entend-on déjà certains nationalistes en appeler à une sorte de repli stratégique consistant à mettre de côté le projet indépendantiste. Si l’on ne parvient pas à l’indépendance, il faut au moins sauver les meubles ! Cette stratégie n’est évidemment pas sans rappeler celle des réformistes de 1840, en réponse à l’échec du projet des patriotes. Est-ce bien réaliste ?

Au bout du compte, nul doute que l’option d’un « retour au Canada » impliquerait un prix politique beaucoup plus élevé que ce qui risque de leur en coûter si les Québécois se décidaient enfin à voler de leurs propres ailes ou s’ils devaient continuer à travailler à la réalisation de l’indépendance.

L’indépendance du Québec est un projet politique d’une portée qui ne saurait entièrement se laisser déterminer par les cycles électoraux. En ce sens, même si l’élection générale de 2018 devait se solder par des résultats désastreux pour les forces parlementaires indépendantistes, elle ne scellera assurément pas le sort de l’option indépendantiste, même si elle risque toutefois d’en reporter la réalisation à plus tard. L’indépendance du Québec est un projet touchant le destin collectif de tout un peuple et les peuples vivent dans des horizons de temps long. La joute électorale s’articule quant à elle dans un horizon de temps court. L’histoire est remplie d’exemples de peuples qui ont mis des générations avant de pouvoir accéder à la communauté des nations.

Dans l’immédiat, il importe de travailler à garder vivante l’option indépendantiste dans la société civile. Concrètement, cela devra passer par la tâche de rebâtir l’alliance historique entre les progressistes et les nationalistes. Sans cette alliance, le projet indépendantiste est condamné. La tâche ne sera pas simple, tant la logique multiculturaliste à la canadienne semble avoir pénétré l’esprit de nombreux progressistes québécois, à un point tel que plusieurs sont aujourd’hui devenus allergiques à toute revendication nationaliste ou identitaire, même les plus modérées. De l’autre côté, il faudra aussi amener de nombreux nationalistes qui remettent de plus en plus en cause l’adhésion des progressistes au projet indépendantiste, à accepter que le projet de l’indépendance du Québec porte en lui un projet de société et des revendications globales qui ne peuvent être réduites aux seules questions identitaires.

La politique est faite de surprises et de revirements. Le contexte politique aujourd’hui en apparence peu favorable à l’indépendance pourrait à nouveau se montrer plus favorable, et ce, même dans un avenir rapproché. Aux indépendantistes de travailler à se tenir prêts pour être à nouveau en mesure de déployer leurs forces lorsque la conjoncture s’y prêtera.


Des commentaires ou des suggestions pour Des Idées en revues ? Écrivez à rdutrisac@ledevoir.com.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس