Le trafic induit de la caféine

[ad_1]

Le trafic induit désigne le volume de trafic supplémentaire généré par la création ou l’amélioration d’une infrastructure de transport (merci Wiki).

Je m’appelle Emilie Coulombe et je suis membre du collectif J’y vais en métro, un regroupement citoyen en faveur d’un métro à Québec. Je suis convaincue que, malgré son prix plus élevé par kilomètre, le métro est la meilleure option environnementale et économique pour la ville de Québec. Je vais vous raconter l’histoire de ma machine à café.

Il y a une dizaine d’années, je buvais très peu de café. Les vendredis midi, j’allais dîner avec mes collègues de l’époque dans un café italien de Montréal et y buvais un délectable latté (c’était au Café Milano sur Jarry, si jamais vous avez envie d’y mettre les pieds). Un jour, je suis tombée amoureuse de la machine à café de mes rêves : Oscar, de Nuova Simonelli. Le petit pépin, c’est qu’elle coûtait 1200 $. Tout le monde me disait : « C’est ben trop cher, t’as pas besoin de ça. Tu bois pas assez de café pour ça ! Achète-toi une Breville pour commencer, ça va faire la job et après tu verras. » Je me souviens d’avoir répondu à un de mes meilleurs amis : « J’aime mieux être satisfaite de mon café à 100 % une fois par semaine qu’à 50 % tous les jours. » Quand j’achète quelque chose, je veux que ce soit de qualité et que ça dure. Pendant près de deux ans, j’ai ramassé mon argent. Je me suis finalement procuré ladite machine à café. C’était en 2012. Fidèle au poste, elle me fait encore aujourd’hui des cafés parfaits. Les lattés hebdomadaires ont fait place aux doubles expressos quotidiens. On prend goût aux bonnes choses ! Entre-temps, l’ami qui me trouvait si cinglée de faire cet achat extravagant jadis est finalement rendu à sa troisième machine d’entrée de gamme… Au final, qui a fait un choix judicieux ? Québec, choisissons Oscar : construisons un métro !

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Son trafic web aiguillé vers la Chine et la Russie, Google subit une panne

[ad_1]

La panne a été causée par une mauvaise manipulation d’un fournisseur d’accès à Internet de Lagos, au Nigeria. Selon Ars Technica, l’entreprise MainOne Cable Company a fait une mise à jour du système d’aiguillage mondial d’Internet qui a aiguillé le trafic web vers son réseau pour des adresses IP appartenant à Google.

Quelques minutes plus tard, l’opérateur chinois China Telecom a confirmé la mise à jour nigériane par erreur et a commencé à accepter le trafic web de Google. Cette confirmation a déclenché un effet domino, puisque d’autres importants fournisseurs d’accès ont commencé à se servir de la nouvelle route, dont l’entreprise russe Transtelecom.

Selon l’entreprise BGPmon, qui se spécialise dans la surveillance des réseaux Internet, les erreurs d’aiguillage ont duré 74 minutes. Pendant ce temps, des informations potentiellement critiques ont pu circuler sur les réseaux chinois et russes, dont celles de son réseau étendu d’entreprise (WAN) et de son réseau privé virtuel (VPN).

Dans un communiqué cité par Ars Technica, Google a indiqué que ses services n’avaient pas été compromis par l’erreur d’aiguillage. Selon l’entreprise, toutes les communications mal aiguillées étaient chiffrées, ce qui rend leur lecture improbable, voire impossible, par des personnes autres que leurs destinataires légitimes.

L’entreprise a expliqué qu’elle n’y voyait pas d’action malicieuse de la part de MainOne Cable Company ni des fournisseurs d’accès à Internet chinois et russes, et qu’il s’agissait sans doute d’une erreur de bonne foi.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس