Le Festival International du Film Aventure & Découverte de Val d’Isère présente les 11 films de la sélection officielle 2019

[ad_1]

Du 15 au 18 avril 2019 se tiendra la 23e édition du Film Aventure & Découverte de Val d’Isère. Voici le programme.

ZABARDAST – VF – 54 min – France – 2018

Le carnet de voyage intime d’une incroyable expédition de freeride au cœur du Karakoram. À la recherche d’une des plus belles montagnes à skier du globe, s’élevant à 5880 m. Une aventure humaine tellement isolée, tellement haute, tellement engagée qu’aucune erreur n’était permise. Pendant cinq semaines, le groupe s’est enfoncé de plus en plus profond à l’intérieur du Pakistan, avec une boucle de 150 km à faire en autonomie complète, tirant des luges remplies de vivres, de tentes et de panneaux solaires à travers de gigantesques glaciers. Une rencontre entre le Freeride et l’Himalayisme. Une véritable aventure déjà largement applaudie.

LES VOIES DE LA LIBERTE – VF – 52 min – France – 2018

Depuis près de 10 ans, Mélusine Mallender parcourt le monde seule et à moto sur Les Voies de la Liberté, en questionnant et en interviewant les habitants sur leur propre vision de la liberté, et plus particulièrement les femmes. Elle tisse ainsi, au fil des ans, une cartographie de la liberté dans les pays en mutation, sur tous les continents. Le film raconte le parcours de cette jeune femme joyeuse et attachante, pour qui la notion de liberté des femmes dans le monde est devenue un véritable chemin de vie.

HIMALAYA, LA MARCHE AU-DESSUS – VF – 53 min – France – 2018

Après la Mongolie et l’Alaska, Eliott s’est lancé dans 4 mois d’une traversé de l’Himalaya, seul et à la rencontre des derniers nomades de la planète. L’objectif de son odyssée, véritable «marche de la décroissance», était d’accomplir entièrement ce qu’il n’avait jusque-là qu’esquissé: finir l’expédition en autonomie absolue, c’est à dire en ayant abandonné tout objet issu du monde «moderne» qui détruit la nature. Feu par friction, veste en peau et sac en bambou: son cheval à ses côtés et sa caméra à la main, Eliott a de nouveau tenu son pari.

CICLOS 2 – VOSTFR – 62 min – Brésil – 2018

C’est un documentaire épique sur l’exploration du nord-est du Brésil par des pilotes de parapente dans une course sans fin pour battre un record du monde. C’est une invitation au monde enchanteur du vol-libre dans les terres arides brésiliennes et un hommage au Sertanejo, le peuple extraordinaire du Sertão.

Voir le teaser: https://vimeo.com/162526157

ESTRELLAS DEL SEMAFORO – PREMIERE REALISATION – VOSTFR – 52 min – France – 2018

De la Colombie à l’Argentine des circassiens ont choisi la rue comme lieu de rencontre, de création et d’espace scénique. Leur parcours est hors du commun et leur mode de vie diffère des normes sociales établies. Les «étoiles du feu rouge» ont des destins qui s’entrecroisent au cours de leur voyage en Amérique Latine. Leurs espoirs et leurs rêves prennent vie jusqu’à traverser un océan.

Voir le teaser: https://vimeo.com/232800245

MARCEL, AU SOMMET DE SON ART – VF (sous-titré en anglais) – 24 min – Suisse – 2017

Marcel est à l’aube de ses 95 ans. Il a entraîné ses deux fils, Claude et Yves, dans le monde de l’escalade où ils sont des personnages incontournables. Le grand âge venu, mordu d’escalade, Marcel ne peut renoncer à sa passion. Il entame alors une ultime procession vers son dernier Miroir à l’âge de 94 ans, accompagné de ses fils. La paroi nord-ouest du fameux Miroir de l’Argentine de 450 mètres (canton de Vaud, Suisse) est le théâtre de l’aventure Marcel, au sommet de son art , un exploit et une belle histoire de famille.

IN THE STARLIGHT – VOSTFR – 52 min – France – 2018

Pendant les heures les plus sombres de la nuit, alors que la majorité de la planète dort, le photographe Paul Zizka s’aventure seul dans la nuit, à la recherche des ciels étoilés les plus purs. Cette quête d’absolu le conduit du cœur des Rocheuses canadiennes où il vit jusqu’aux dunes sauvages du désert de la Namibie et aux confins du Groenland, seul face à l’immensité des glaces. Portrait intime d’un photographe hors pair, In the Starlight met en lumière ce que son temps passé sous les étoiles lui a enseigné sur la vie, l’amour, le dépassement de soi et notre place dans l’univers.

Voir le teaser: https://vimeo.com/253335421

LA PART DES BETES – VF (sous-titré en anglais) – 75 min – France – 2018

En février 2018, Vincent Munier, photographe naturaliste, invite l’écrivain Sylvain Tesson à coucher des lignes sur le haut plateau tibétain en échange de quoi, il lui promet de l’initier à l’art de l’affût et de l’approche des animaux. Un bestiaire tibétain insolite, souvent endémique et méconnu, au sommet duquel trône la reine du camouflage, la panthère des neiges… Au fil de ces apparitions dans le froid, la poussière et sous la neige, les deux hommes redessinent un monde où l’Homme se réconcilierait avec sa part de Nature, en reconnaissant la part d’admirable, de respect et d’humilité due aux bêtes.

MAGNETIC MOUNTAINS – PREMIERE REALISATION – VOSTFR – 85 min – Royaume Uni – 2017

Décrit par Sir Chris Bonington comme «fascinant et très émouvant», Magnetic Mountains suit l’histoire d’un grimpeur qui, après être tombé d’une face nord alpine, lutte pour trouver un équilibre dans sa vie. Mettant en vedette certains des plus grands noms des sports de montagne, il explore la psychologie de la prise de risque. Une histoire vraie, humaine et poignante.

Voir le teaser: https://vimeo.com/ondemand/magneticmountains

NEPAL, PAR DELA LES NUAGES – VF – 90 min – France – 2018

Plus de 9000 morts et 23.000 blessés, c’est le bilan du double tremblement de terre qui secoue le Népal au printemps 2015. A Katmandu, les secours affluent mais n’atteignent pas les vallées d’altitude isolées, telle que celle de Nubri. Plus de 12 000 personnes y sont séparées du monde au pied du Mont Manaslu, géant himalayen. Par la débrouillardise, l’entraide et le courage, les hommes et les femmes s’allient contre le sort dans une des vallées les plus élevées du monde. Deux jeunes garçons, Raj et Shiva, devenus muletiers par nécessité après le séisme, vont se confronter à un avenir auquel les traditions ancestrales ne les avaient pas préparés. Les deux amis vont s’aguerrir, s’ouvrir aux autres et suivre finalement leur chemin personnel.

Voir le teaser: https://vimeo.com/294379872

DERNIERS JOURS A SHIBATI – VOSTFR – 59 min – France – 2018

Dans l’immense ville de Chongqing, le dernier des vieux quartiers est sur le point d’être démoli et ses habitants relogés. Le cinéaste se lie d’amitié avec le petit Zhou Hong et Madame Xue Lian, derniers témoins, émouvants, d’un monde bientôt disparu.

Voir le teaser: https://www.meteore-films.fr/ressources/_files/1/6ee8aa4-223-Shibati_FA_internet.mp4

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Zen altitude à Val Thorens

[ad_1]

La plus haute station de sports d’hiver d’Europe, en Savoie, appose le label «My Serenity» sur certains hôtels, restaurants, activités. Mais que vaut cette «certification» attribuée par le docteur Philippe Rodet, spécialiste de la gestion antistress et du management bienveillant ? Le Figaro est allé voir.

Bonheur: «État de complète satisfaction, de plénitude», selon la définition du dictionnaire Larousse. La quête frise l’obsession à Val Thorens, plus haute station de sports d’hiver d’Europe, à 2.300 mètres d’altitude en Savoie. Ici, «le bonheur veut tout le monde heureux», pour reprendre Victor Hugo dont la phrase sert la préface de «My Serenity, votre guide antistress et bienveillant». Le livret en papier velours vous a été déposé par le «Live united» de l’office de tourisme, autrement dit son «équipe soudée», dans votre chambre de l’hôtel Pashmina (mais cela pourrait un autre multi étoilé de la station).

Le Pashmina, superbe cinq-étoiles, créé par la famille val-thorinoise Gorini tout en haut de «Val Tho», s’est déjà bonifié depuis son ouverture il y a deux ans. Un cocon de luxe qui bénéficie désormais du label «My Val Thorens Serenity». Cela signifie qu’ici, «on encourage les vacanciers à adopter les réflexes antistress». Et que ces derniers pourront «entretenir cette sensation le plus longtemps possible sur place et de retour à la maison».

»LIRE AUSSI – Domaines skiables: les nouveautés sur les pistes

Un domaine privilégié, situé entre 2.000 et 3.230 m d'altitude.
Un domaine privilégié, situé entre 2.000 et 3.230 m d’altitude. Denis BERTRAND/ACT MEDIA

Nous sommes venus expérimenter ce label lancé il y a un an par le directeur d’alors de l’office de tourisme, Grégory Guzzo, qui vient de quitter ses fonctions pour rejoindre la Compagnie des Alpes, et va être remplacé par Vincent Lalanne-Clouté, actuel directeur de l’association des Trois-Vallées, à partir du 1er février 2019.

Et soyons francs, nous étions sceptiques. Quelle quiétude possible dans cette station dotée de 26.000 lits touristiques sur 1 km² pour une population de 300 personnes et 6.000 saisonniers? Comment rester zen quand sur la piste les skieurs foncent et font crisser leurs planches? En ce début de saison, il y a déjà affluence sur ce domaine privilégié, situé entre 2.000 et 3.230 m d’altitude, où culmine sa nouvelle piste dévalant de la Cime Caron d’où la vue embrasse les neiges des Trois-Vallées. En outre, dans ce superbe cirque de montagnes, tous les sons se répondent, y compris les musiques jaillissant à tue-tête des chalets d’altitude. Loin de nous l’idée de condamner la vénérable institution de la station, La Folie Douce, bar à jazz branché sur les sommets. Mais comment pratiquer le «ski serenity» dans le mouvement permanent et le bruit?

«Ici, dans le sport, les rencontres, les paysages, tout est réuni pour se libérer du stress et se ressourcer».

Docteur Philippe Rodet

Ces réflexions font sourire le docteur Philippe Rodet, par qui le label «My Serenity» est arrivé. «Ce n’est pas la station la plus simple!», reconnaît cet ancien médecin urgentiste, devenu expert en «management bienveillant». C’est lui qui a conquis Grégory Guzzo. Le livret remis aux vacanciers vante Le Bonheur sans ordonnance (éditions Eyrolles), son best-seller dans lequel Philippe Rodet livre ses conseils pour travailler son optimisme, augmenter sa confiance en soi et apprécier les plaisirs simples. Son credo: «la bienveillance pour tous». Son souhait: «que la pratique du ski soit moins sauvage». En cause: «des individus trop tournés sur eux-mêmes».

La monitrice Annie Breyton, prêne le ski «cool», bras ouverts.
La monitrice Annie Breyton, prêne le ski «cool», bras ouverts. Valérie Sasportas

Mais le docteur est confiant. Il observe: «Ici, dans le sport, les rencontres, les paysages, tout est réuni pour se libérer du stress et se ressourcer». Consultant de la station, mais aussi d’autres dont il ne veut pas divulguer le nom, ce non-skieur vient régulièrement dispenser ses «leviers de motivation» auprès des hôteliers, des restaurateurs et des responsables des remontées mécaniques.

«Le ski therapy, c’est une approche douce et progressive grâce à la respiration et la visualisation».

Annie Breyton, monitrice de ski therapy

Désormais, ses salles se remplissent également de touristes, sensibles à sa façon de pourfendre «les vertus de l’inconfort», la notion de «stress positif». Philippe Rodet attribue le label «My Val Thorens Serenity», aux activités qui génèrent plus de plaisir que de stress. C’est ainsi que la tyrolienne a été retoquée. Mais que le «ski therapy», lancé par Annie Breyton dans l’école de glisse «ski cool» qu’elle a fondée en 1987, en porte l’estampille. L’ancienne championne de ski de vitesse (175,35 km/h en 1982) ne l’a pas attendu.

Séance de ski therapy .
Séance de ski therapy . Denis BERTRAND/ACT MEDIA

«Le ski therapy, c’est une approche douce et progressive grâce à la respiration et la visualisation», dit-elle, un «best-of» de ses propositions. Tout commence sur le front de neige, où, avant de chausser les skis, on réapprend à respirer par le ventre, par la poitrine, par la gorge. Puis, faire l’effort de se visualiser sur la piste, de manière positive évidemment. Alors vient le moment de la glisse, bras ouverts comme un oiseau planant, le regard portant loin comme lorsqu’on est au volant. «Je reçois beaucoup de femmes trentenaires, et des jeunes mères qui soudain craignent de se blesser», témoigne Annie Breyton dont l’énergie tranquille dissout l’appréhension de celles (et ceux) qui redoutent de déraper, de se faire percuter. Et l’on se surprend de notre performance induite par la confiance, en souriant .

«Les deux pieds dans la neige, debout, immobile, on va fermer les yeux et suspendre le sommet de la tête, se laisser traverser par l’énergie qu’on ressent»

Caroline Vincent, monitrice de ski de randonnée Qi gong

Dans la même veine, le ski de randonnée Qi gong est une activité phare du label Serenity. Le mouvement et le bruit incessants de Val Thorens ne perturbent en rien la session que propose Caroline Vincent, monitrice ESF et praticienne de médecine chinoise. «L’idée est de savoir comment faire le silence en soi malgré l’agitation extérieure», affirme cette sportive portée par l’énergie «très yang» de la station. «Mais cette énergie peut être fatigante», reconnaît celle qui, l’été, s’en éloigne, devient gardienne du refuge de la Lavey, dans la vallée du Vénéon (Oisans).

Avec le Qi gong, on devient un trait d’union entre l’énergie du ciel et celle de la terre. «Les deux pieds dans la neige, debout, immobile, on va fermer les yeux et suspendre le sommet de la tête, se laisser traverser par l’énergie qu’on ressent», indique cette ancienne adepte de ski acrobatique, précisant aux néophytes que «Qi gong» signifie «le travail de l’énergie à travers les corps». «Relâchez le sacrum», poursuit-elle et en appui sur sa chaussure de ski cela soulage instantanément le dos. Chaque mouvement est appréhendé avec lenteur. Le contre-pied de la vie dans la station et sur le domaine.

Les adeptes de médecine chinoise, de méditation et de toute autre thérapeutique énergétique, sont déjà convaincus par la méthode, cependant la plupart n’avaient pas songé en bénéficier dans la neige. Caroline Vincent dispense aussi ses séances à l’intérieur, dans un endroit atypique, l’Alpen Art. Insolite en effet de pratiquer pareille activité dans ce restaurant galerie d’art tenu par la fille d’un guide de montagne, qui défend les artistes val-thorinois et assure des repas de pleine conscience. Philippe Rodet n’a pas hésité, pour ce «lieu cocooning» où l’on se sent bien, il a donné son label.


Détente sur les sommets face à la station de val Thorens
Détente sur les sommets face à la station de val Thorens Cyril Cattin

BON À SAVOIR

● Y aller – Gare TGV Moutiers Salins Brides – les – Bains puis 37 km de trajet jusqu’à la station.

 Hôtel Pashmina le refuge – 5-étoiles, est doté de 54 chambres et 2 igloos-pod, dômes géodésiques abritant chacun une chambre tout en couleurs acidulées sur le toit terrasse du 4e étage. Selon la chambre et la période, compter entre 543 euros et 1.500 euros la nuit par personne en demi-pension, tél.: 04.79.00.09.99 ; hotelpashmina.com

● Ski Therapy à l’école de glisse Ski cool – 5 matinées du lundi au vendredi de 9h15 à 11h30: 221 € par personne sur la base de 5 participants, tél.: 04.79.00.09.42; ski-cool.com

● Ski de randonnée et Qi gong avec Caroline Vincent – À partir de 50 € par personne sur la base de 8 participants ; lenergiedubienetre.wordpress.com

● Office de tourisme de Val Thorens – tél.: 04.79.00.84.83 ; valthorens.com

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس