TDAH: moins de jeux vidéo, suggèrent des pédiatres

[ad_1]

Après avoir récemment lancé une mise en garde contre la surconsommation de médicaments pour traiter les diagnostics de trouble déficitaire d’attention/hyperactivité (TDAH), des pédiatres proposent maintenant des solutions, notamment de réduire le temps passé par les jeunes devant les écrans et les jeux vidéo.

Après leur lettre du 31 janvier dernier, les pédiatres écrivent cette fois que des études ont démontré que l’utilisation abusive des jeux vidéo peut favoriser l’émergence de symptômes de TDAH ou en aggraver la portée.

Ils proposent donc qu’une campagne de sensibilisation soit envisagée et qu’à l’instar de ce qui a déjà été fait dans certaines écoles, l’interdiction de l’utilisation des téléphones cellulaires et tablettes en milieu scolaire soit appliquée, excepté pour des fins pédagogiques.

Dans leur lettre que publie lundi le Journal de Montréal, les pédiatres ajoutent que davantage d’activités physiques devraient être offertes à l’école, de 30 à 45 minutes par jour, car cela devrait améliorer la concentration de ceux qui ont un TDAH.

Les médecins proposent aussi d’améliorer l’accès à des services psychosociaux et de dresser des lignes directrices sur le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Ils suggèrent la mise sur pied d’un comité conseil.

Dans leur lettre du 31 janvier, 48 pédiatres qui citaient des données de l’Institut national d’excellence en santé et service sociaux (INESSS) affirmaient que les taux de prévalence de la consommation de médicaments pour traiter un TDAH étaient beaucoup plus élevés au Québec que dans le reste du Canada. Chez les 10-12 ans, on compte 13,97 % de jeunes qui consomment des médicaments psychostimulants au Québec ; un taux qui grimpe à 14,5 % chez les 13-17 ans.

Dans le reste du pays, les taux pour ces mêmes groupes d’âge sont d’à peine 5,08 % et 4,3 %, respectivement.

L’un des signataires des deux lettres, le Dr Guy Falardeau, affirmait que le danger du vaste recours aux médicaments est que dans certains cas, on masque un problème de santé mentale. Le médecin de Québec rappelait que les problèmes affectifs, émotionnels et sociaux devaient être réglés et qu’il ne fallait pas changer le comportement des enfants qui en souffrent avec des médicaments.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Man beats fentanyl trafficking charge due to charter violation. Here’s the video of the dog sniffing the car

[ad_1]

A B.C. Justice recently threw out the case against a man charged with trafficking 27,500 fentanyl pills.

In a decision published in January, he said it wasn’t clear if the dog sat or not.

And new video, obtained exclusively by Global News, shows the entirety of the traffic stop, including the moment the dog investigates the vehicle.  

Global News

Help us improve Globalnews.ca

READ MORE: Did the drug-sniffing dog sit or not? Debate leads to man’s acquittal in B.C. fentanyl bust

Here’s why the extent of the dog’s sit matters: If the dog properly sat down, it would have indicated the dog was “in odour,” meaning it had found drugs.

But in the case of Sandor Rigo, who was stopped on a Chilliwack highway in April 2017, the dog, named PSD Doods, was unable to sit down all the way. The police officer who made the stop said this was because a curb was in the way.

An officer who stopped Rigo – only identified by the Justice’s decision as Corporal Catellier – said he believed the dog was in odour and had the car towed so it could be thoroughly searched. Police say over 27,000 fentanyl pills were found in the wheel well.

The dash-camera video from the RCMP vehicle, obtained by Global News, offers a partial view of what happened.

The video shows the officer pulling over Rigo, who was driving a Dodge Caravan. The officer can be heard asking Rigo where he was going and why he appeared to be shaking. Rigo answered that he was picking up used tires from a friend and he was shaking due to hypoglycemia, a condition which requires people to eat frequently to keep their blood-sugar levels stable.

Rigo was then asked to exit his van and sit in the RCMP vehicle. That’s when Cpl. Catellier brought PSD Doods to sniff the outside of the van.

RCMP PDS Doods sniffs Sandor Rigo’s van.

HO / RCMP dashcam video of traffic stop

The dog can be seen sniffing the outside of the driver’s side of the van. She is then directed to the passenger side of the van, which is out of view of the dash camera, and next to a high concrete curb.

On the video, the moment in question can be heard, but only partially seen. The officer repeatedly says, “Good girl,” to PSD Doods, as she is seen at the side of the car. .

A partially obstructed view of PSD Doods sniffing Sandor Rigo’s vehicle.

Court Handout

An expert witness in court said the dog wasn’t showing other signs of being in odour — which normally includes wagging her tail.


READ MORE:
Vancouver Island police seize huge trove of guns, explosives, homemade silencers

But the officer testified at the time that she displayed the other signs when she was out of sight of the video.

In his decision, which was made public in January 2018, Justice Michael Brundrett said since the dog was only shown in a “partial form of ‘alert,’” there wasn’t reasonable grounds to search the vehicle.

Brundrett said Rigo’s charter rights were violated, specifically articles 8 and 10(b), which pertain to the right to be secure against detainment, search and seizure, and the right to a lawyer.

Because of this, all evidence collected after the charter breach had to be thrown out.

Criminal lawyer Dino Bottos said even if the officer is proven correct because drugs were found in the car after the fact, in cases like these the public has to remember that “the ends do not justify the means.”

He said the judge has to maintain impartiality.

When a judge excludes evidence obtained during an unlawful search and seizure, he or she is doing so not to favour a particular accused, but rather to uphold what is written into our Constitution,” he explained. 

Anything obtained after the charter violation – in this case that would be the physical drugs as well what appears to be a video of Rigo’s confession – is “considered fruit from the poisonedtree.”

“If we’re serious about protecting rights and freedoms, that means that we need to exercise control over police state actions,” Bottos explained. “Which means in this case, when there is a breach of a right, then the only reasonable remedy is to exclude the evidence found as a result of that breach.”

Almost a dozen Canadians died every day from opioid overdoses last year. Since 2016, more than 8,000 have lost their lives, primarily to fentanyl. In British Columbia, the problem has become so bad that life expectancy has dropped for the first time in decades.

WATCH: Global News investigation into the deadly fentanyl trade in Canada






The amounts traffickers are bringing in are believed to be so vast that investigators suspect their money laundering has disrupted the Vancouver-area housing market. It has also put a spotlight on casinos. But when police seize their illicit cash, traffickers often just walk away, seemingly unfazed.

Brundrett said in his decision that it was a serious case, because of the “evils” of fentanyl trafficking, but the integrity of the justice system had to be taken into account.

*With files from Sam Cooper 

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Athlète de jeux vidéo professionnel, une carrière derrière le clavier

[ad_1]

Niklas Mouritzen, alias Pengu

Avec ses 420 000 abonnés sur sa chaîne Twitch, Niklas Mouritzen est l’un des joueurs les plus populaires du tournoi. Le Danois de 21 ans évolue au sein de G2, l’équipe que la plupart des observateurs s’attendent à voir remporter le championnat.

Une photo de Pengu, un jeune homme aux cheveux roux courts. Il porte un t-shirt noir et blanc sur lequel le logo de son équipe et ceux de ses commanditaires sont imprimés.Niklas Mouritzen, alias Pengu, joue pour l’équipe G2, les favoris du tournoi. Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Question : Comment vous assurez-vous d’être dans le bon état d’esprit avant un match?
Réponse : Dans le cas d’un événement comme celui-ci, la préparation commence environ deux semaines avant. On pratique énormément et on bloque le plus de distractions possible : les amis, les copines, le travail, l’école, etc.

En arrivant à l’événement, on se concentre sur les choses simples : quelle est la prochaine équipe qu’on va affronter? On doit les connaître par cœur : quelles sont leurs habitudes, quel est leur style de jeu, quelle est leur philosophie?

C’est exactement comme dans les sports traditionnels. Par exemple, un boxeur va toujours vouloir savoir si son adversaire préfère frapper de la droite ou de la gauche. Dans les sports électroniques, c’est un peu la même chose. Les équipes ont tendance à répéter les mêmes stratégies. Les bons joueurs et les bonnes équipes sont capables d’analyser et d’apprendre les stratégies de leurs adversaires.

Q : Avez-vous une superstition avant un match important?
R : Pas moi, mais mon coéquipier Fabian [Hällsten] en a une. Il doit toujours mettre un soulier avant l’autre. Il a pratiqué beaucoup de sports traditionnels auparavant, alors ça lui vient peut-être de là. Mais pour moi, j’essaie juste de placer mon clavier et ma souris à des angles qui me sont familiers. J’ajuste aussi ma chaise et ma posture pour qu’elles soient confortables, ça m’aide à me concentrer.

Q : Rêviez-vous de gagner votre vie en jouant aux jeux vidéo en grandissant?
R : J’avais 4 ans quand j’ai dit à mes parents que je voulais devenir un joueur de jeux vidéo professionnel. Ma mère m’a dit que ça n’existait pas. En 1997, ce n’était pas vraiment quelque chose de commun.

Q : À quel moment avez-vous senti que les sports électroniques pouvaient devenir une carrière?
R : Quand j’avais 16 ans, je jouais à League of Legends de façon compétitive. Je n’étais pas un professionnel, mais je faisais de mon mieux. Dans la plupart des jeux, il faut avoir 18 ans pour pouvoir évoluer dans une ligue professionnelle. Dès que j’ai atteint cet âge, j’ai compris que je pouvais tenter ma chance.

Je m’entraînais déjà beaucoup à Rainbow Six Siege. Deux mois après avoir eu 18 ans, j’ai écrit sur un forum en ligne que je désirais devenir un professionnel, et moins d’un mois plus tard, une équipe m’a recruté.

Q : D’où vous vient votre côté compétitif?
R : Je n’ai jamais vraiment pratiqué de sport traditionnel de façon compétitive en grandissant. Comme vous pouvez le voir en me regardant, je n’ai pas la corpulence pour pratiquer des sports de contact! Mais mon père était très compétitif. Il me disait : « Finir deuxième, c’est être le meilleur perdant. » Je pense que cette mentalité s’est implantée en moi très jeune, mais c’est en jouant aux jeux vidéo que je m’en suis vraiment rendu compte.

Q : Que pense votre famille de votre carrière d’athlète électronique?
R : Ma famille me soutient entièrement. Au début, je m’entraînais 12 heures par jour pour participer à des tournois et je faisais environ 100 euros par semaine. C’est fou non?

Un matin, le lendemain d’un tournoi, j’ai dit à ma mère que je n’avais pas envie d’aller à l’école. Pour elle, ce n’était rien de nouveau (rires). Je lui ai fait comprendre que je ne voulais plus aller à l’école du tout et que je voulais gagner ma vie en jouant à des jeux vidéo. J’avais un appartement et j’avais économisé assez d’argent pour payer mon loyer pendant cinq mois. Elle m’a dit que tant que je pouvais payer mon loyer, elle était d’accord. Elle m’a aussi donné une condition. Le prochain semestre d’école débutait dans six mois. Si j’arrivais à dégager un profit avant le début du semestre, je pourrais continuer à jouer, sinon il faudrait que je retourne à l’école. Mon équipe et moi avons gagné notre premier tournoi, avec 25 000 $ à la clé, et c’est comme ça que tout a commencé!

Q : À quoi ressemble une journée d’entraînement typique?
R : Je me réveille vers 22 ou 23 h et je joue en ligne pendant 6 ou 7 heures. Je diffuse ces parties sur ma chaîne Twitch. Ensuite, je passe une heure à enregistrer des vidéos, à donner des entrevues ou à remplir mes obligations auprès de mes commanditaires. Après, je m’entraîne de cinq à six heures avec mon équipe. Une journée de travail de 12 heures est la norme pour moi. Je travaillerais huit jours par semaine si c’était possible!

Lorsqu’on devient professionnel, ce n’est pas rare d’abandonner tout le reste : les copines, le cercle social, le travail, l’école. C’est possible de trouver un équilibre, mais je ne pense pas qu’on peut exceller si on ne se concentre pas sur le jeu à 100 %.

Q : Auriez-vous des conseils pour des jeunes qui aspirent à devenir des professionnels?
R : Je pense que le talent découle du rêve, mais qu’il faut aussi arriver à être réaliste. Je ne pense pas que d’abandonner ses amis, sa relation amoureuse, son travail et ses études soit une bonne idée quand on commence, parce que si l’on échoue, on n’a plus rien. Je leur conseillerais d’abord de jouer le plus possible dans leurs temps libres. S’ils sont vraiment doués et qu’ils s’entraînent beaucoup, ils vont finir par y arriver. Et une fois qu’ils y seront arrivés, ils pourront commencer à donner la priorité au jeu. Je dirais aussi que le meilleur moment pour s’entraîner, c’est entre 14 et 18 ans. À la majorité, c’est le moment d’y aller à fond.

Troy Jaroslawski, alias Canadian

Troy Jaroslawski, 22 ans, est le capitaine de l’équipe Evil Geniuses et, comme son surnom l’indique, il est l’un des deux seuls Canadiens des phases finales du tournoi. Il a quitté son Oakville natale, en banlieue de Toronto, pour parcourir le monde avec ses coéquipiers. Son équipe est parmi les favorites de l’événement.

Un jeune homme aux cheveux bleus courts. Il porte une veste bleu marine sur laquelle le nom et le logo de son équipe sont imprimés, ainsi que de nombreux logos de commanditaires.Troy Jaroslawski, alias Canadian, est l’un des deux seuls Canadiens à participer aux phases finales du Six Invitational. Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Question : Comment vous assurez-vous d’être dans le bon état d’esprit avant un match?
Réponse : Je suis un joueur assez concentré, alors je n’ai pas besoin de faire quoi que ce soit de spécial. Normalement, je me réchauffe en jouant un peu et je discute avec mon équipe.

Q : Avez-vous une superstition avant un match important?
R : Je ne suis pas très superstitieux, alors non.

Q : Rêviez-vous de gagner votre vie en jouant aux jeux vidéo en grandissant?
R : Ça n’a jamais vraiment été un rêve pour moi en grandissant. Je jouais beaucoup au hockey, j’ai joué à un niveau assez élevé, mais j’ai finalement dû arrêter. C’est à ce moment que j’ai commencé à jouer à des jeux vidéo plus sérieusement.

Q : À quel moment avez-vous senti que les sports électroniques pouvaient devenir une carrière?
R : Quand Rainbow Six Siege est sorti. J’ai commencé à prendre ça un peu plus au sérieux et je suis devenu meilleur. J’ai quitté l’école pour essayer de devenir un professionnel.

Q : Que pense votre famille de votre carrière d’athlète électronique?
R : Ma famille m’a toujours soutenu, en particulier ma mère. Elle m’a dit que tant que j’arrivais à payer mes factures, elle n’avait pas de problème avec ça. Au début, je ne gagnais pas beaucoup d’argent, évidemment, mais peu à peu ça s’est amélioré. Ma mère a vu que j’avais du potentiel. Et maintenant, je n’ai pas de problème à payer mes factures (rires)!

Q : À quoi ressemble une journée d’entraînement typique?
R : Je me réveille, je fais un peu d’exercice physique, puis je prends une douche et je déjeune. Ensuite, mes coéquipiers, notre entraîneur et moi discutons des stratégies que nous voulons pratiquer avant de jouer des parties en ligne. Un peu plus tard, nous visionnons les enregistrements des parties du jour pour cibler nos erreurs, puis nous avons du temps libre, pendant lequel j’ai l’habitude de jouer d’autres parties. Je dirais que je joue de six à huit heures par jour.

Q : Auriez-vous des conseils pour des jeunes qui aspirent à devenir des professionnels?
R : Je ne crois pas qu’il existe de secret pour devenir un professionnel. Il faut juste choisir un jeu qu’on aime vraiment. Personnellement, j’ai toujours été compétitif. Mais évidemment, comme pour n’importe quoi d’autre, il faut investir énormément de temps dans un jeu avant de devenir vraiment bon. C’est pour ça que c’est important de choisir un jeu qu’on aime. Rainbow Six Siege n’a jamais ressemblé à du travail pour moi.

Matthew McHenry, alias Acez

Matthew McHenry a fait le voyage de l’autre bout du monde pour venir compétitionner à Laval… littéralement! Le joueur originaire de l’Australie a tout donné avec son équipe Fnatic en phases préliminaires, ressortant avec une fiche parfaite. Ils se sont toutefois inclinés dans le premier match des quarts de finale face aux Japonais de PET Nora-Rengo.

Une photo de Matthew McHenry, un jeune homme avec des lunettes, les cheveux noirs peignés vers l'arrière et une barbe noire fournie. Il porte un chandail à capuchon noir et gris sur lequel le logo de son équipe et ceux de ses commanditaires sont visibles. Il tient une peluche de kangourou dans sa main droite.Matthew McHenry, alias Acez, est venu tout droit d’Australie avec ses coéquipiers pour se frotter aux meilleures équipes de la planète. Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Question : Comment vous assurez-vous d’être dans le bon état d’esprit avant un match?
Réponse : Ça prend beaucoup d’entraînement. Mon équipe et moi avons passé deux semaines à Londres à nous entraîner avant l’événement, parce que le niveau des équipes européennes est plus élevé que celui des équipes australiennes.

Q : Avez-vous une superstition avant un match important?
R : J’essaie de toujours porter le même chandail. J’ai aussi une routine les jours de match. Je fais les mêmes choses, je mange les mêmes choses. Ça m’aide à me concentrer.

Q : Rêviez-vous de gagner votre vie en jouant aux jeux vidéo en grandissant?
R : Pour mon équipe et moi, c’est arrivé un peu par surprise. Nous avons participé à un événement de qualification sans avoir d’attentes particulières et nous nous sommes qualifiés. Nous étions au bon endroit au bon moment.

Je pratiquais pas mal de sports d’équipe en grandissant, comme le rugby et le cricket, mais je me suis blessé à plusieurs reprises et j’ai dû arrêter. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à jouer un peu plus aux jeux vidéo. Et soudainement, je me suis retrouvé dans une ligne mondiale.

Q : À quel moment avez-vous senti que les sports électroniques pouvaient devenir une carrière?
R : Ce n’est pas vraiment devenu une carrière pour moi avant que Fnatic nous approche pour nous recruter, en avril 2018. Jusque-là, nous avions participé à quelques tournois et nous avions eu un peu de succès, mais je n’avais pas l’impression que c’était mon métier. Fnatic nous a offert des salaires, un système d’entraînement et de l’encadrement.

Q : Que pense votre famille de votre carrière d’athlète électronique?
R : Ma famille me soutient entièrement. Elle regarde probablement le tournoi à la maison [en Australie], en ce moment. Il doit être 3 ou 4 h, là-bas.

Q : À quoi ressemble une journée d’entraînement typique?
R : On se réveille vers 8 h, on déjeune, puis on commence à jouer des parties en ligne pendant environ trois heures. On prend une pause pour dîner avant de jouer un autre bloc de trois heures. Après, on peut continuer à jouer, mais on n’est pas obligés. Pendant la journée, notre entraîneur est toujours en train d’analyser nos parties pour nous aider à améliorer de petits détails. Notre journée commence à 8 h, mais ce n’est pas si rare qu’elle se termine vers 2 h le lendemain matin.

Q : Auriez-vous des conseils pour des jeunes qui aspirent à devenir des professionnels?
R : Le plus important, c’est de trouver des coéquipiers qui sont aussi motivés que vous. Une fois que vous en avez trouvé, vous pouvez travailler ensemble pour faire de votre rêve une réalité.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Vox pop : quels sont vos meilleurs souvenirs de jeux vidéo?

[ad_1]


Guy Macchiata, Eric Tavares et Luana Figuete

Deux jeunes hommes et une jeune femme sourient en regardant vers l'objectif.Guy Macchiata, Eric Tavares et Luana Figuete Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Guy : « Mes meilleurs souvenirs sont rattachés au Nintendo 64 et plus précisément au jeu GoldenEye 007. Je me souviens d’avoir joué énormément avec mes amis et de m’être beaucoup amusé. Récemment, je suis allé au Lan ETS et il y avait une console Nintendo 64 avec GoldenEye. J’y ai rejoué avec mes amis et ça nous a rappelé de beaux souvenirs. »

Eric : « Je me souviens d’avoir beaucoup joué à BlackShot, un vieux jeu de tir à la première personne. Je jouais beaucoup avec un de mes amis, on pouvait jouer jusqu’à 12 heures par jour. »

Luana : « Quand j’étais petite, mon père avait une PlayStation 2 et il jouait à Grand Theft Auto: San Andreas. Je n’avais que 6 ans, alors évidemment il ne voulait pas que je joue parce que c’était trop violent, mais tous les matins, je me réveillais avant lui et j’allumais la console pour conduire les voitures dans la ville. Avant qu’il se réveille, j’éteignais la console et je retournais dans mon lit. Il ne s’en est jamais rendu compte. »


Antoine Vachon, Philippe Bégin et William Bégin

Une photo de trois jeunes hommes qui sourient.Antoine Vachon, Philippe Bégin et William Bégin Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Antoine : « Je me souviens que ma passion pour les jeux vidéo a été déclenchée quand j’ai reçu une console GameCube de Nintendo. Super Smash Bros. Melee et The Legend of Zelda: The Wind Waker, tout part de ces jeux. »

Philippe : « Avec mon frère juste ici, on jouait toujours à la GameCube en revenant de l’école, en particulier à Mario Kart et à Tony Hawk’s Pro Skater. C’est ça qui a parti ma passion pour les jeux vidéo. »

William : « Comme je suis un peu plus jeune que mon frère, mes souvenirs tournent surtout autour de Minecraft. Quand j’étais au primaire, je passais toutes mes soirées à jouer à Minecraft. »


Valerie June

Une jeune femme avec des lunettes sourit.Valerie June Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Je jouais beaucoup avec mon frère en grandissant et, évidemment, j’étais toujours le joueur numéro deux. On a commencé à jouer avec une console PlayStation et un GameCube, mais aujourd’hui on joue beaucoup à l’ordinateur ensemble. J’ai beaucoup joué aux jeux de Mario quand j’étais petite. »


Gregory Liebman, Jacob Peranovich et Evan Ganz

Trois jeunes hommes sourient pour la photo.Gregory Liebman, Jacob Peranovich et Evan Ganz Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Gregory : « On se connaît depuis la sixième année du primaire environ. On joue à Rainbow Six Siege ensemble depuis longtemps, plusieurs fois par semaine. Je chéris beaucoup ces moments, c’est toujours beaucoup de plaisir. »

Jacob : « Je me souviens que j’aimais beaucoup jouer à The Simpsons: Hit and Run avec mon père en grandissant; c’était vraiment bien. »

Evan : « Je jouais plutôt à des jeux en solo. J’ai joué pas mal à Star Wars Episode I: Racer; ce n’était pas un mauvais jeu. »


Terrell Gregory

Un jeune homme qui porte une tuque, un casque d'écoute et des lunettes pose pour la photo.Terrell Gregory Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Mon meilleur souvenir des jeux vidéo en grandissant, c’est le jeu PaRappa the Rapper sur la première console PlayStation. Ça m’a pris tellement de temps à le finir. Je me rappelle que je me suis senti tellement fier quand j’y suis arrivé. C’était vraiment difficile parce que j’étais très petit à l’époque. »


John Sully, alias Coconut Brah sur YouTube

Une photo d'un jeune homme qui sourit.John Sully, alias Coconut Brah sur YouTube Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Mes deux jeux préférés de tous les temps sont Halo 3 et Rainbow Six Siege parce que c’est tellement facile avec ce genre de jeux de m’amuser avec mes amis et de connecter avec un groupe de personnes comme moi. »

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le succès de Fortnite bouscule les éditeurs de jeux vidéo

[ad_1]

Après Electronic Arts la semaine dernière, Activision Blizzard a publié mardi des résultats moins bons qu’espérés pour 2018. L’entreprise californienne a fait part de prévisions jugées très timides pour 2019, ses jeux perdant du terrain face au succès planétaire du jeu Fortnite, édité par Epic Games, une filiale du groupe chinois Tencent.

Ce jeu, qui est notamment proposé en version gratuite, a généré 2,4 milliards de dollars de recettes en 2018, grâce notamment à des mises à jour payantes qui permettent de personnaliser les parties, selon des chiffres rapportés par la presse spécialisée. Il compte plus de 200 millions de joueurs.

Des ventes décevantes

Propriétaire des titres Call of Duty, World of Warcraft ou Candy Crush, Activision a, dans la foulée de ses résultats, annoncé des ajustements de stratégie et des centaines de suppressions d’emplois.

Le groupe fait face aux ventes décevantes de certains jeux, comme Destiny 2: Forsaken ou le dernier Call of Duty, ou encore à un nombre de joueurs et d’achats intégrés dans les jeux moins élevé qu’anticipé.

« Même si nous avons réalisé une performance record en 2018, elle s’est révélée en dessous de nos attentes » et « nos prévisions pour 2019 sont en deçà de ce qui est possible dans un secteur offrant plein d’opportunités de croissance », a concédé le patron du groupe Bobby Kotick lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

Qualifiée d’année de « transition », 2019 va « nécessiter des changements importants » pour permettre à « nos équipes de développement de créer rapidement de meilleurs contenus pour nos plus grosses franchises », a-t-il dit.

Des licenciements, puis des embauches

Concrètement, le créateur de jeux à succès que sont Call of Duty, Candy Crush, Overwatch, Warcraft, Hearthstone ou encore Diablo prévoit faire croître ses effectifs consacrés à la conception de jeux de 20 % à moyen terme, a précisé le groupe.

L’entreprise va aussi donner un coup d’accélérateur dans des domaines porteurs, comme sa plateforme en ligne Battle.net ou le sport électronique. Pour financer ce développement, le groupe va réduire ses effectifs à court terme de 8 %, ce qui représente entre 700 et 800 licenciements. Ces suppressions de postes devraient se concentrer sur le marketing ou les ventes. L’éditeur va aussi réduire ou éliminer des investissements dans les jeux n’ayant pas le succès escompté.

Un trimestre difficile

La semaine dernière, Electronic Arts (EA) avait également annoncé des résultats et des prévisions en deçà des attentes, traduisant la féroce concurrence qui sévit dans le secteur.

EA, qui produit notamment le jeu de soccer FIFA, a reconnu avoir connu un trimestre « difficile » à cause des mauvaises ventes de Battlefield V, le contraignant à abaisser ses prévisions pour l’année.

« Le secteur du jeu vidéo continue de croître au cours d’une année de concurrence intense et de changements profonds », avait dit le patron du groupe, Andrew Wilson.

Outre les ventes décevantes de Battlefield V, le groupe avait cité la concurrence pendant les fêtes de Red Dead Redemption 2, Assassin’s Creed Odyssey ou Call of Duty: Black Ops 4.

De plus, Battlefield V n’est pas principalement un jeu de « battle royale » (où l’on se massacre jusqu’au dernier), genre qui fait pourtant un tabac chez les joueurs et l’une des raisons du succès de Fortnite.

Electronic Arts avait évoqué des « ajustements » en cours, comme un « recentrage sur la recherche et le développement ».

Consolation néanmoins pour EA : son jeu Apex Legends, qui se veut un concurrent de Fortnite, compte déjà 25 millions de joueurs, a tweeté le groupe lundi, une semaine après son lancement.

Take-Two déçoit également

Take-Two Interactive, qui a lancé en octobre Red Dead Redemption 2 et distribue également le célèbre jeu Grand Theft Auto, avait quant à lui revu à la hausse sa perspective de chiffre d’affaires annuelle, mais elle était ressortie sous les attentes des analystes.

Le chiffre d’affaires net d’Activision Blizzard au troisième trimestre, en tenant compte des « revenus différés » (enregistrés mais non encore comptabilisés, mesure spécifique aux jeux vidéo), est ressorti à 2,84 milliards de dollars (+7,6 %), mais ce chiffre, le plus observé par les marchés, est en dessous de ce qu’il espérait. Le bénéfice net était de 650 millions de dollars.

Pour l’année entière, le chiffre d’affaires tenant compte des revenus différés est de 7,26 milliards (+1,4 %), également sous les attentes.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Dashcam video captures alleged road rage incident near Regina – Regina

[ad_1]

A Balgonie, Sask. woman is speaking out after what appears to be a shocking case of road rage was caught on camera earlier this month.

Rheanna Dale says she was on her way home from work and had just passed a snow plow when she noticed a black Ford F150 following close behind and driving erratically.

“Being that he was swerving in and out of traffic I chose to stay in the passing lane, because I thought if I moved into the driving lane, he would swerve out and possibly hit me,” Dale said.

It happened around 4:00 p.m. on Highway 1 just east of Regina. Another driver captured the entire incident on their dashcam, which shows the truck abruptly pulling into the driving lane, swerving back into the passing lane and then ramming into Dale’s minivan.

Global News

Help us improve GlobalNews.ca


READ MORE:
Road rage incident in downtown Toronto shows man jumping on hood of moving car

“He eventually pulled out around me and then when he came up beside me he swerved right into me and then took off,” Dale said. “All I know is that there were no break lights, he didn’t even make an attempt to stop.”

Luckily, Dale managed to avoid the ditch, but her vehicle sustained around $3,000 worth of damage.

“I’m really glad my children weren’t in the vehicle, they are two and six and would have been pretty traumatized by all of it,” Dale said.

During the incident, Dale wasn’t able to get a license plate so she posted the video to social media in an effort to find the driver.


READ MORE:
Dashcam video shows car driver challenge semi on Manitoba highway

“I’m hoping that I can just find something and hopefully save someone else’s life down the road because it could have been way worse than it was,” Dale said.

At this point, no one has been able to get a license plate number, but RCMP says the incident was reported and they are aware of the video.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Police seek public’s help in ID’ing woman in video that shows her tossing chair off condo balcony

[ad_1]

Police are asking for the public’s help in identifying a young woman who threw chairs off the upper floor of a downtown Toronto condo building.  

A video posted on the weekend on Facebook with the caption « good morning » shows the woman taking a peek over the balcony, and then throwing a folding chair onto the Gardiner Expressway and Lakeshore Boulevard below.

As of mid-morning Monday, police said they believe the incident took place in the last few days and that two chairs were thrown, not one as originally thought. 

Sgt. Ron Boyce told Radio-Canada that police believe the condo is at 55 Bremner Blvd., and said condo management is working with them. 

The video cuts out before the chair she’s seen tossing lands on the highway, so it’s not possible to determine if it hits a car or causes an accident.  

The chair is seen spinning in the wind as it falls down towards the highway. (Lisa Calderon/Facebook )

​Last week, the CBC reported on residents of a downtown condo tower who were infuriating their neighbours in a nearby building by throwing trash and liquor bottles, and vomiting from their balconies.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

The littlest Jets fan? Toddler rattles off Winnipeg players in viral video

[ad_1]

The Winnipeg Jets may be playing in Ottawa this weekend —  but one little superfan in Winnipeg was getting all the attention Saturday. 

Aria McTavish is just two years old, but can already name seven Winnipeg Jets players.

In a video posted on Facebook, her uncle, Reid McTavish, shows her cards with the players’ faces as the toddler says their names.

Watch the video here: 

By 1 p.m. Saturday, the video had close to 92,000 views and had been shared by the Winnipeg Jets’ Twitter account.

Aria’s mom, Chelsea McTavish, said her daughter learned the names from studying hockey cards at home.

« We also have a program that she likes to read at bedtime, » she said.

« Aria probably knows more about the players than I do. »

Aria has been going to Jets games with her family since she was just 6 months old. (Submitted by Chelsea McTavish)

Aria has been going to Jets games since she was six months old, and gets excited whenever she sees pictures of them or watches games on TV, McTavish said.

« When she sees anybody dressed up in goalie equipment, she thinks that that’s Hellebuyck. So we’re walking through Walmart the other day and there is a picture of a goalie and she started screaming ‘Hellebuyck!' » McTavish said.

« She just glows when she’s watching those hockey games too. »

The Jets meanwhile are on the road, playing against the Ottawa Senators at 1 p.m. Saturday. 

Aria loves watching NHL games and gets excited whenever she sees the Winnipeg Jets on TV, says mom Chelsea McTavish. (Submitted by Chelsea McTavish)

So while Aria and her family hope she can meet the Jets someday — perhaps as their video gets more attention — on Saturday they’re going to a Manitoba Moose game instead. 

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

48 h de jeux vidéo en réseau au Lan ETS

[ad_1]

Le Lan ETS, l’un des plus importants rassemblements de jeux vidéo en réseau du continent, est de retour à partir de vendredi à Montréal.

Au moins 1500 joueurs sont attendus au Palais des congrès de Montréal pour un peu plus de 48 heures de jeux vidéo.

Cette année, pas moins de 13 tournois auront lieu, dont ceux de League of Legends, d’Overwatch, de Counter-Strike: Global Offensive, de StarCraft II et de PlayerUnknown’s Battlegrounds.

Quarante mille dollars seront répartis parmi les meilleurs joueurs de chaque tournoi.

Outre les compétitions, les participants pourront s’adonner à de nombreuses activités tout au long de la fin de semaine. Un concert de musique de jeux vidéo et un défilé de costumade (cosplay) sont notamment prévus.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Une Réginoise veut gagner sa vie avec des jeux vidéo sur Internet

[ad_1]

Pour résumer, la jeune femme diffuse en direct ses parties de jeu vidéo grâce à ses caméras afin que les gens puissent la voir jouer et voir ainsi ses réactions tout en lui transmettant instantanément des messages.

« Les gens peuvent regarder, vous pouvez discuter avec d’autres personnes », dit-elle. « C’est la forme de média numérique la plus interactive que je connaisse. »

En ligne, elle apparaît sous le pseudonyme xsarahmony. À l’origine, elle avait commencé à diffuser ses parties pour des amis qui manquaient des soirées de jeux. En octobre 2017 cependant, une conférence a changé son état d’esprit et elle a alors décidé de diffuser ses séances de jeu à un public plus large.

Selon elle, les gens regardent d’autres personnes jouer à des jeux vidéo pour deux raisons : s’instruire et se divertir.
« Vous pouvez voir comment les joueurs font et ça peut vous aider à progresser vous-mêmes dans vos jeux et dans votre façon de jouer », pense-t-elle.

Sarah Tollefson compare cela à regarder du sport à la télévision.

« Pourquoi voudriez-vous regarder quelqu’un jouer au football pendant deux, trois heures, si vous pouviez le faire vous-même?, demande-t-elle. C’est un peu comme une personne qui diffuse, qui le fait bien et qui est bonne et qui est généralement plus divertissante : vous pouvez vivre les sensations par procuration, à travers eux. »

Une jeune fille souriante devant un écran d'ordinateur.La jeune joueuse a commencé à jouer à l’âge de 5 ans avec Pokemon argent. Photo : Radio-Canada

Environ 50 spectateurs en moyenne

Sarah Tollefson explique qu’il y a trois façons de générer des revenus en faisant son travail. Tout d’abord, les gens peuvent s’abonner à sa chaîne gratuitement ou moyennant un montant en dollars. Deuxièmement, les gens peuvent « payer avec des bits » en regardant. Troisièmement, les gens peuvent donner de l’argent, comme un pourboire.

« Cela varie d’un mois à l’autre », précise-t-elle. « On peut faire 500 $ un mois puis 100 $ le mois suivant, ou plus de 500 $… C’est impossible à prévoir. »

La jeune femme aimerait gagner 1000 à 2000 $ par mois. Les joueurs les plus populaires qui diffusent sur Internet leurs parties de jeux peuvent gagner beaucoup plus que ça grâce à leur public et des partenaires qui s’associent à eux.

Tandis que Sarah Tollefson attire de plus en plus de spectateurs, soit une cinquantaine de personnes en moyenne à chaque fois qu’elle diffuse une de ses parties de jeu, elle ajoute qu’elle doit parfois faire attention aux personnes qui tentent de trouver où elle habite. Par conséquent, elle fait très attention à sa sécurité et prend ce problème au sérieux.

Par ailleurs, en tant que femme, elle fait parfois face à des commentaires peu agréables, voire insultants, et reconnaît que ce milieu est plus difficile pour une femme qu’un homme.

« Il faut être solide parfois, et prendre les mesures nécessaires pour se débarrasser des gens méchants.

Pour ceux qui envisagent de diffuser en direct leurs parties de jeux vidéo, Sarah Tollefson n’a qu’un conseil : « Foncez! ».

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس