Google vision for Port Lands a no-go with Ontario government, source says

[ad_1]

Google’s expansive vision to plan and build communities and transit across Toronto’s east waterfront — in exchange for a cut of property tax and development revenues — is a non-starter, the Ontario government says.

At Queen’s Park, a senior government official told the Star’s Robert Benzie that Google sister company Sidewalk Labs’s plans — revealed by the Star’s Marco Chown Oved on Thursday — is a non-starter.

“There is no way on God’s green earth that Premier Doug Ford would ever sign off on handing away nearly 500 acres of prime waterfront property to a foreign multinational company that has been unable to reassure citizens their privacy and data would be protected,” confided the high-ranking Progressive Conservative insider.

The Ford confidant spoke to the Star on condition of anonymity due to the province’s contractual obligations to negotiate in good faith with Sidewalk Labs.

A Sidewalk Labs presentation, prepared for Google last fall, show that Waterfront Toronto’s preferred development partner for the 12-acre Quayside district at Queens Quay and Parliament St. has bigger ambitions, for redevelopment on 350 acres in the Port Lands area — an area almost 30 times larger than Quayside — by financing underground infrastructure and a light rail line.

These future revenues, based on the anticipated increase in land value once homes and offices are built on the derelict Port Lands, are estimated to be $6 billion over the next 30 years. Even a small portion of this could amount to a large, recurring revenue stream diverted from the city into private hands.

Reaction to the secret plan was swift and negative from several councillors when the Star broke the news Thursday evening.

Kristyn Wong-Tam, who represents downtown Ward 13 Toronto Centre, tweeted: “A tech giant never having built transit + city infrastructure anywhere, or even pitched a dime for the $1.25B for Port Lands flood protection, has the audacity to stake claim for future land value, property taxes + development charges on land they don’t own.”

Councillor Paula Fletcher, whose Ward 14 Toronto-Danforth encompasses the Port Lands, tweeted: “Suspicions confirmed. Sidewalk Labs really wants control of Toronto’s PortLands.”

Ward 4 Parkdale-High Park Councillor Gord Perks took aim at Sidewalk Labs for hiring Keerthana Rang, a former communications staffer in Mayor John Tory’s office, and then former city councillor Mary-Margaret McMahon, who retired from politics last fall, as “director of community” to explain and sell the Quayside vision to Torontonians.

“A $700 billion corporation is paying a former communications staffer for the Mayor and a former City Councillor to tell us what we want,” Perks tweeted.

Waterfront Toronto, comprised of federal, provincial and city representatives, is spending at least $1.25 billion in public money to flood-proof the Port Lands and make it available for development.

The vast majority of the Port Lands — 78 per cent — is owned by the city, according to a staff report from March 2018. Only 11 per cent is privately held, while another 11 per cent is owned by the province.

David Rider is the Star’s City Hall bureau chief and a reporter covering Toronto politics. Follow him on Twitter: @dmrider

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Google’s Sidewalk Labs plans massive expansion to waterfront vision

[ad_1]

Google’s futuristic development on the eastern waterfront, Quayside, is only the first step in an expansive and ambitious plan to build new neighbourhoods — and new transit — throughout the entire Port Lands, the Star has learned.

In return for its investment in this vision, Sidewalk Labs wants a share of the property taxes, development fees and increased value of city land that would normally go to city coffers.

An artist’s rendering of Google’s Sidewalk Labs Toronto project.
An artist’s rendering of Google’s Sidewalk Labs Toronto project.  (Sidewalk Labs)

Internal documents obtained by the Star show Sidewalk Labs plans to make the case that it is “entitled to … a share in the uptick in land value on the entire geography … a share of developer charges and incremental tax revenue on all land.”

These future revenues, based on the anticipated increase in land value once homes and offices are built on the derelict Port Lands, are estimated to be $6 billion over the next 30 years. Even a small portion of this could amount to a large, recurring revenue stream diverted from the city into private hands.

Slides from a presentation given to parent company Alphabet in November, marked “proprietary and confidential,” show Sidewalk Labs does not intend to construct buildings on the majority of the Port Lands, but wants to benefit from its increased value once other developers build there.

The California-based tech giant envisions redevelopment on 350 acres in the Port Lands area — an area almost 30 times larger than Quayside — by financing underground infrastructure and a light rail line. The slides also indicate Google’s Canadian headquarters will be built on Villiers Island.

Read more:

Sidewalk Labs hires former Toronto councillor for Quayside project

Toronto Public Library should control data collected at Quayside, Board of Trade says

Auditor general’s report urges province to ‘reassess’ Quayside project

When the Star asked Sidewalk Labs for comment, the company confirmed the slides were authentic and provided an updated presentation that walked back the scale of what was presented internally.

In an interview, Sidewalk Labs CEO Dan Doctoroff told the Star that Quayside will demonstrate what’s possible, but the company aspires to far greater “urban innovation.”

“We don’t think that 12 acres on Quayside has the scale to actually have the impact on affordability and economic opportunity and transit that everyone aspires to,” Doctoroff said.

“We’re going to be spending a lot of money in advancing the infrastructure. And where we do that and there are new property tax revenues or developer charges, we only want to get paid back a reasonable return for our investment in that infrastructure.”

“This land is stubbornly resistant to development,” Doctoroff said, and Sidewalk will be financing “mass transit and affordable housing in an era in which there is not enough money.”

“We’re prepared to take the risk up front of developing a model to help make that happen, and we’re prepared to essentially get paid back when we’ve demonstrated that it can be successful,” he said.

To encourage development, Sidewalk will finance an LRT expansion through the area and fund the construction of “horizontal infrastructure” such as “the power and thermal grid, and waste removal.”

“This is something that is on nobody’s realistic drawing board. We would ensure it gets financed and all we want to do is get paid back out of the increase in value in terms of property taxes and developer charges that are only possible when that LRT gets extended,” said Doctoroff.

“To be clear,” Doctoroff said. “We would not own the LRT. It would remain public.”

A map included in the leaked presentation shows Sidewalk Labs plans to build 6 million sq. ft. of “vertical development” on 20 acres in the Quayside and Villiers West areas, leaving additional areas to the east and south for others to build on after “horizontal infrastructure” is installed.

The same map indicates Sidewalk Labs expects to “receive incremental land value, incremental tax revenue and share of development charges” for lands where it financed infrastructure.

Sidewalk Labs provided an update to this plan, showing an optional phase three where the LRT and underground infrastructure would be extended across the shipping channel, preparing another 160 acres for development.

“This is a way of actually enabling critical infrastructure that isn’t happening. What we hope to do is accelerate the development of this whole area by years and years,” Doctoroff told the Star.

The presentation raises questions about the transparency of the waterfront planning process as it appears Google’s sister company is already having talks with public officials about lands beyond what they’ve been publicly invited to plan for.

One slide states there have been “weekly briefings with officials from the three levels of government,” and “regulatory dispensations,” have been drafted to allow the plan to go ahead.

Sidewalk Labs will not purchase very much land to build on. Instead it will “incorporate a capital light, asset manager-like approach to be good stewards of Alphabet’s capital,” the presentation states.

The federal, provincial and city governments are spending a combined $2.5 billion to protect the Port Lands from flooding. This public investment was a prerequisite to any development in the area.

The vast majority of the Port Lands — 78 per cent — is owned by the city, according to a staff report from March 2018. Only 11 per cent is privately held, while another 11 per cent is owned by the province.

Doctoroff explained that the company is negotiating benchmark values for the city owned land. In the future, when the city sells that land to developers, Sidewalk would be entitled to a portion of the increase in the land’s value.

“What we’re really trying to be is a catalyst, and have our interests completely aligned with the public and the public sector because we don’t actually benefit until they do through successful development,” he said.

Sidewalk Labs, which won a competition to design a futuristic neighbourhood at Quayside on the city’s eastern waterfront in October 2017, has made very little about its plans public.

What started out as excitement when Google was selected to develop a master plan for the former industrial lands erupted into controversy last fall, when a slew of consultants and advisory board members resigned in quick succession, citing concerns over how personal data would be collected and used, as well as the secrecy surrounding the project.

An artist's rendering shows plans for Google Canada headquarters.
An artist’s rendering shows plans for Google Canada headquarters.  (Sidewalk Labs)

Sidewalk then pledged that it would not take ownership of all the data collected in the high-tech development, and proposed a public data trust to manage privacy concerns.

There is no guarantee City Council will approve Sidewalk Labs’ master plan, originally due last fall, and now slated to be unveiled this spring. But in an effort to prepare public opinion, the company has hired former city councillor Mary-Margaret McMahon to be the “Toronto face” of the company.

Internally, one slide in the presentation, titled “Shaping Public Opinion,” shows the company remains concerned about public perceptions.

“Despite a steady beat of negative press, our key government, community, and waterfront advocates remain cautiously supportive — and public opinion polling is mostly unchanged from six months ago,” it states. “The majority of the negative press coverage is rooted in an anti-global tech giant narrative being spun by former RIM co-founder Jim Balsillie and disseminated through the Canadian Council of Innovators.”

“This underscore (sic) the need for us to provide more positive and concrete examples about the project’s benefits for Torontonians’ quality of life and economic opportunities so the negative narratives do not go unanswered,” it states.

The slide includes two polls showing public support for the Quayside project has risen from 52 to 53 per cent between April and November 2018.

Another two polls show 68 per cent of respondents support the project to “improve quality of life and develop innovations to address the challenges facing Toronto,” and 74 per cent support the project to “create thousands of new jobs and billions in new economic investment in the city.”

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

‘There’s nothing left there’: A founder of Canada’s first healing lodge says CSC dismantled vision – National

[ad_1]

One of the visionaries behind the very first healing lodge in Canada says Correctional Service Canada completely dismantled what the lodge once was, and Sharon McIvor is now concerned about safety inside.

In 1989, McIvor, then with the Native Women’s Association of Canada, was asked to be an Indigenous voice on the task force that redesigned women’s prisons in Canada. The group published the report “Creating Choices,” which led to five new prisons for women across the country, including Okimaw Ohci, the first healing lodge, which opened in Saskatchewan in 1995.

McIvor remembers one of the first meetings at the now-shuttered Prison for Women in Kingston, Ont., the only facility for federally-incarcerated women in the country at the time.


READ MORE:
Exclusive: White and non-Indigenous offenders made up 11 per cent of those in healing lodges last year

Inmates were holding a powwow, and McIvor watched their self-led drumming, dancing and what’s known as a grand entry.

“They start coming in and I started to cry. I realized that these women knew what they needed to try to get themselves out of what they were, but they didn’t know how to do it,” McIvor remembers.

She began working on advocacy and programming and bringing in elders for Indigenous prisoners.

McIvor worked with a small group called a planning circle to launch the country’s first healing lodge in Saskatchewan. It was important it be set up in the prairies, she said, where the majority of offenders were coming from.

WATCH: What a healing lodge is and why child murderer McClintic served time there






Once the location was selected, they moved their meetings to Maple Creek, Sask., the nearest community to Okimaw Ohci, and launched the circle that included elders, members of Correctional Service Canada, incarcerated and formerly incarcerated women, people from the Nekaneet reserve and non-Indigenous people from Maple Creek.

The first priority at the new lodge, she says, was safety.

“The biggest thing that I saw was that they’re never ever safe,” McIvor said. “Because of the prison or penitentiary culture, you always had to watch your back. And you have a culture in there where you’ve got someone in charge … how you become the big dog is that you abuse everybody else, so you always have to watch your back.”

By being in charge, McIvor said, she doesn’t just mean a hierarchy among staff, but among inmates.

“That was the first principal in our healing lodge, is that what we needed was a place where they could be safe because until you’re safe and you’re not always surviving, you cannot change.”


READ MORE:
‘I don’t understand’: Indigenous advocates question why non-Indigenous offenders in healing lodges

After that, it was about getting in touch with the Indigenous worldview.

“It’s not so much about culture, because culture, you think, ‘Okay, culture is, let’s go have a sweat lodge, or let’s go to the powwow.’ Our worldview is so much bigger than that,” McIvor said.

“So what [we] needed and what we wanted to do was to first expose them to it and secondly encourage them to understand it, and understand how incredibly important they were, and if something happened to them or if they’re not doing what they’re here to do, then everyone is missing out.”

She says the system worked in the early days, with low recidivism rates, but the lodge in its current form is unrecognizable.

McIvor left Okimaw Ohci in 2005, unhappy with major changes made by Correctional Service Canada which took over operations at the lodge. But she still speaks with elders and others currently at the site.

“They discontinued what we put in place, so it’s just a regular penitentiary right now. It’s not a healing lodge.”

Some of McIvor’s biggest concerns were over the addition of male staff and male elders — especially when the vast majority of Indigenous female offenders have a history of sexual assault and trauma.

“I left when we could not prevent a corrections officer who applied…to work at the healing lodge and used his union seniority to become a staff member,” she said.

“I couldn’t stop them. I had no influence anymore. As you know, I do a whole lot of activist work.”

McIvor, a member of the Lower Nicola Indian band and a lawyer, has a long history of activism and advocacy. In a case that went all the way to the Supreme Court, she fought the government over discrimination in the Indian Act.

Her work for Indigenous women was recognized with a Governor General’s award. For the last two decades, she has taught and designed courses at the Nicola Valley Institute of Technology, the only public Indigenous post-secondary institution in British Columbia.


READ MORE:
21 child murderers have been sent to Indigenous healing lodges since 2011: data

But as the CSC changed the system in 2005, she remembers her fight against the organization as “futile.”

“They get their weapons training [now],” she said. “We refused to give them weapons training because there was going to be no weapons involved.”

In the early days, the term “guard” was never used, either. Instead, the Cree words for aunty, older sister or mother stood in its place. She also laments the loss of a daycare, a space which is now, she understands, used for offices.

And while there is still no traditional barbed wire fence or cells at healing lodges, she remembers the system of coloured cloths tied in trees to mark the perimeter in the isolated setting in the woods. She remembers one inmate who would walk to the edge and stick her foot out and bring it back repeatedly, but says there were no escape attempts.

One concern that has been echoed by others in the Indigenous community — including the nearby Nekaneet First Nation — is that CSC, not a panel of elders as it had been, now controls who enters the facility.

“Taking the elders out of the equation just really, really undermines everything,” said McIvor.

WATCH: Indigenous advocates question why non-Indigenous offenders are serving in healing lodges






Global News reached out to Correctional Service Canada for a response to McIvor’s concerns that healing lodges are much different places now.

CSC spokesperson Julia Scott responded with a paragraph about how healing lodges operate today, but no direct response to any of McIvor’s concerns was offered, except to say elders “provide input” on transfers.

Documents obtained by Global News show that on average since 2011, 15 per cent of inmates at healing lodges were not Indigenous.

McIvor said whether to admit non-Indigenous women to their small healing lodge with 30 beds was a hot topic of discussion during the planning stages.

“At the end of the day we did not preclude non-First Nations women,” she said. “It’s against our worldview. Our elders said, ‘You can’t do that, we don’t do that.’”


READ MORE:
Inmate escapes from healing lodge near Maple Creek, Sask.

But between 1995 and 2005, when she left, she says she remembers maybe one non-Indigenous woman inside.

“It just brings a new, another dynamic in,” McIvor said, saying she has concerns about the 15 per cent.

She says the facility in its current form, with all the CSC changes, is not safe — which was a huge part of the initial impetus for the separate facility.

“We didn’t have the same kind of structure as the other institutions, and so a lot of people would see it as a way of just doing soft time, right? And they don’t come in to take care of some of the issues that they are carrying, they come in to do some soft time. And when that happens, then that [old] culture comes back in, and I know the culture is back.

“In order to be safe, you need to know that you’re not going to get assaulted, you’re not going to be pressured to do things, basically you don’t have to take care of yourself as long. As long as you’re in survival mode, you’re not going to do anything,” McIvor said.

WATCH: Government policy should address access to healing lodges for convicts of serious crimes: Scheer






While they’ve existed for decades, many Canadians only learned about healing lodges since the outrage over child killer Terri-Lynne McClintic’s placement at Okimaw Ohci. She has since been transferred to a traditional prison, and Public Safety Minister Ralph Goodale has promised changes to how female inmate transfer decisions are made.

McIvor, though, says she hasn’t thought a lot about McClintic’s case, because she doesn’t know enough about her particular situation.

“I don’t think it’s a good idea, but if you’ve got a place just where you’re housing people and giving them a few cultural lessons and you’ve got your guards back occupying a sacred space we put together for our babies, and you’ve got them acting like guards as opposed to people that are responsible and are really interested in the women…. Who am I to say that this woman shouldn’t go there?”

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Skoda Scala, l’héritage du concept Vision RS

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Skoda dévoile la Scala, une compacte inspirée du concept car Vision RS présenté au dernier Salon de Paris. Au programme, un moteur pouvant fonctionner au gaz naturel et un nouveau système d’«infodivertissement».

La Skoda Scala a indéniablement hérité des lignes du concept sportif Vision RS. Mais elles ont été assagies pour s’adapter à celle d’une compacte pratique. Fondée sur la célèbre plateforme MQB, la Scala mesure 4,36 m de long, 1,79 m de large et 1,47 m de haut. Conforme à la tradition de la marque tchèque, son coffre est l’un des plus grand de la catégorie avec un volume de 467 litres.

L’habitacle s’inspire aussi du prototype Vision RS. Il accueille le nouveau système d’infodivertissement de la marque. Ce dernier dispose d’un écran placé plus haut, situé dans le champ de vision du conducteur, lui évitant de quitter trop longtemps la route des yeux. Le combiné d’instrumentation peut faire place à un cockpit virtuel inspiré par celui d’Audi. Au chapitre des aides à la conduite, l’assistant de maintien dans la voie et le freinage d’urgence autonome sont de série. Le régulateur de vitesse adaptatif, l’assistant de parking et le détecteur d’angles morts perfectionné, figurent sur la liste des options.

L'habitacle, qui s'inspire du concept Vision RS, accueille le nouveau système d'infodivertissement de la marque.
L’habitacle, qui s’inspire du concept Vision RS, accueille le nouveau système d’infodivertissement de la marque. Skoda

Du côté des motorisations, l’entrée de gamme est constituée d’un 3 cylindres de 1 litre à essence d’une puissance de 95 chevaux, couplé à une boîte manuelle comptant 5 rapports. On peut également opter pour ce même bloc avec une puissance portée à 115 chevaux, mais aussi pour deux 4 cylindres: un 1,6 litre diesel de 115 ch et un 1,5 litre essence développant 150 chevaux. Ces motorisations emploient de série une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, mais peuvent adopter la transmission automatique DSG à double embrayage avec 7 rapports en option.

Dans le courant de l’année 2019, un 3 cylindres de 90 ch pouvant fonctionner au gaz naturel rejoindra la gamme. Peut-être faut-il également s’attendre à une version sportive, plus proche du concept Vision RS. Elle pourrait en reprendre certains choix techniques, tel le 1,5 litre associé à un groupe électrique (245 ch de puissance cumulée). En attendant cette version plus sportive, le «Sport Chassis Control», disponible en option, propose des réglages de suspensions plus affûtés en plus d’un mode Normal pour les trajets tranquilles. La Skoda Scala arrivera sur le marché au premier semestre de 2019.

La Skoda Scala est esthétiquement proche du concept Vision RS. Mais les lignes ont été assagies.
La Skoda Scala est esthétiquement proche du concept Vision RS. Mais les lignes ont été assagies. SKODA AUTO

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Pour une autre vision en patrimoine

[ad_1]

Je faisais le constat cette année que, pour la région de Charlevoix, sur une dizaine de bâtiments classés à titre de monuments historiques par nos gouvernements, trois étaient dans un état jugé inquiétant : le moulin César de Baie-Saint-Paul, la maison Leclerc à l’île aux Coudres, la maison René-Richard aussi à Baie-Saint-Paul. Notons que deux de ces bâtiments sont situés à Baie-Saint-Paul, une municipalité que les supposés spécialistes en patrimoine considèrent comme soucieuse de son passé.

Pour le reste, les autres « monuments historiques », même en meilleur état, sont délaissés sans beaucoup d’animation, à part peut-être le moulin de la Rémy de Baie-Saint-Paul, sauvegardé par Héritage Charlevoix. Notre Société d’histoire de Charlevoix, pour sa part, a sauvegardé un bâtiment cité, soit la forge Riverin de La Malbaie, d’une démolition certaine et a procédé, avec ses propres moyens, à sa restauration au cours des deux dernières années.

Où étaient les supposés spécialistes du patrimoine pour nous aider à sauver la forge Riverin ? Nulle part. Nous les avons interpellés pourtant, et seul le journal Le Devoir a apporté quelques échos à notre lutte face à une municipalité (celle de La Malbaie) qui a d’ailleurs démoli trois maisons historiques en moins de deux ans. C’est que l’édifice de la forge Riverin est peut-être jugé trop « humble » pour intéresser ces spécialistes. Il faut sans doute, à tout le moins, une maison du temps des patriotes pour qu’ils s’émeuvent. Ils ne nous ont même pas invités pour parler du cas de La Malbaie lors d’un grand colloque sur le patrimoine tenu il n’y a pas si longtemps, à grands frais sans doute, au Stade olympique de Montréal.

C’est que les visions en patrimoine sont encore et toujours surtout élitistes. Elles n’impliquent que peu nos bâtiments plus modestes et qui s’enracinent pourtant dans le vécu de nos localités. Sans doute cela explique-t-il pourquoi nos « monuments historiques » paraissent si décrochés de la réalité de nos municipalités et suscitent finalement bien peu d’intérêt.

Bien sûr, les spécialistes du patrimoine se désolent parfois pour l’une ou l’autre de leurs maisons jugées historiques que souvent seuls les experts en patrimoine trouvent intéressantes et, selon des vagues médiatiques intermittentes, nous assomment d’interventions inutiles après que le fait est accompli. Où étaient-ils lorsqu’il était temps ? Considèrent-ils vraiment avec attention des maisons ou des édifices qui disparaissent dans l’oubli le plus complet ?

Ces spécialistes du patrimoine attaquent les municipalités et les gouvernements. Où sont-ils pour faire bouger les choses réellement ? Ne serait-il pas temps de réviser des critères de sélection élitistes, peut-être même dépassés, et envisager des actions plus globales comme la préservation d’une rue dans son ensemble ou même de quartiers plutôt que de bâtiments esseulés et qui souvent ne peuvent faire autrement que d’être appelés à disparaître faute de moyens financiers ?

Pour notre part, nous avons sauvé la forge Riverin de La Malbaie. Pour un temps. Il nous faudrait de l’appui pour l’animer, la mettre en valeur, mais il n’existe aucun programme pour cela. Et pendant ce temps, la rue Saint-Étienne de La Malbaie, où se trouve notre forge, s’étiole doucement et le bâti historique de cette artère se dégrade inévitablement. Comment faire pour incarner une réelle politique du patrimoine au Québec ? Certainement pas en conservant un point de vue élitiste et en intervenant toujours seulement quand il est déjà trop tard…

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Santé et services sociaux: se redonner une vision

[ad_1]

D’abord, s’occuper des personnes. S’occuper des personnes, c’est d’abord s’occuper des patients. Le nouveau gouvernement a la responsabilité énorme de réussir à garantir l’accès aux services dans des temps raisonnables, que ce soit pour un médecin de famille, un rendez-vous avec un spécialiste, la visite aux urgences, le diagnostic d’un enfant autiste, l’obtention de services professionnels psychosociaux, etc.

S’occuper des personnes, c’est aussi s’occuper des professionnels, des gestionnaires, de tout le personnel du milieu de la santé. Le réseau a vécu des changements drastiques depuis plus de quatre ans. Le taux d’absentéisme dans le réseau est très élevé et témoigne d’une perte de sens, d’une démotivation. Il est grand temps qu’on se préoccupe de la mobilisation du personnel.

La gouverne du réseau doit changer radicalement. Le fameux mode de gestion top down doit cesser. Cette période a été marquée par les normes et l’approbation de tout par le ministère. Le rôle du ministère est pourtant d’orienter, de planifier, d’évaluer et de contrôler, mais la gestion doit être laissée aux établissements qui donnent les services.

Les établissements doivent maintenant se rapprocher de leur communauté et associer plus étroitement les citoyens et citoyennes à l’organisation des services. Une démocratisation de la santé s’impose. C’est à cette condition qu’il sera possible d’introduire des innovations, de réaliser et de tester de nouveaux projets, de nouvelles approches modernes.

Préparer l’avenir

Pour réussir à bien s’occuper des personnes, il faut se redonner une vision et préparer l’avenir. Il faut redéfinir une vision basée sur les services et non sur les structures. Faute d’une telle vision, on intervient à la pièce, problème par problème. Il y a un vaste chantier à mettre en place pour évaluer où nous en sommes quant à l’accès, à l’intégration des services, à la continuité et à la fluidité.

Ce chantier doit se pencher sur les besoins futurs des Québécois en matière de santé d’ici 10 ans. La réalité des besoins évolue avec le vieillissement et de nouveaux problèmes de santé et de bien-être émergent. Les personnes bénéficient de nouveaux traitements, vivent plus vieilles. Les besoins changent. La façon de traiter, de soigner évoluera de plus en plus rapidement. Pensons aux nouvelles technologies, aux nouveaux médicaments, à la télémédecine, à l’intelligence artificielle, etc. Des procédures aujourd’hui spécialisées deviendront demain des services de proximité qui seront accessibles en clinique ou à domicile.

Il faut prendre le temps de définir les services de demain. Une approche globale et interdisciplinaire s’imposera de plus en plus et les différents types de professionnels devront partager le service auprès des clients. Les usagers seront de plus en plus informés et exigeants quant au traitement de l’information les concernant. Nous assisterons à un virage et à une approche plus ancrés dans le milieu de vie des individus. Les professionnels seront appelés à aller plus souvent à domicile. Ce sera la nouvelle norme.

Comment relever le défi ? En réunissant des experts, des gestionnaires, des citoyens, des usagers, des intervenants, et en prenant le temps de regarder l’avenir de façon pragmatique, de se donner des objectifs et de faire un plan de match. Cela peut se faire dans un temps relativement court, tout en nous inspirant de ce qui se passe ailleurs.

Ce n’est qu’avec une telle vision que le contrat social avec les différents professionnels, dont les médecins, et avec leurs syndicats, pourra être revu pour notamment décloisonner des tâches professionnelles, déléguer des actes et faciliter le travail interprofessionnel.

Cette vision devrait aussi promouvoir la contribution pleine et entière des citoyens et citoyennes à leur santé et au système de santé et de services sociaux.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le chef du SPVM explique sa vision de l’organisation

[ad_1]

Le chef désigné du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Sylvain Caron, n’écarte pas l’idée que les auditions en matière disciplinaire visant les policiers puissent se tenir en public.

Le policier a abordé le sujet alors qu’il répondait aux questions des élus et des citoyens lors d’une séance de la Commission de la sécurité publique vendredi.

Choisi par le comité de sélection pour prendre le relais de Martin Prud’homme à la tête du SPVM, Sylvain Caron a présenté à la Commission sa vision stratégique à l’égard du service de police, miné par plusieurs crises au cours des dernières années. « Ma vision du SPVM est la même que celle de Martin Prud’homme. [On doit faire] du SPVM une organisation de confiance », a-t-il expliqué.

Sylvain Caron a insisté sur l’importance de la reddition de comptes et la transparence au SPVM.

Alexandre Popovic, porte-parole de la Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP), lui a alors demandé si le SPVM envisageait d’ouvrir au public les auditions des enquêtes disciplinaires, comme Toronto le fait depuis des années. « Cet aspect va faire l’objet d’une attention particulière. On va voir les meilleures pratiques », a répondu M. Caron. « Actuellement, au Québec, il y a des services policiers dont le règlement sur la discipline prévoit des audiences avec la présence du public. »

Sylvain Caron a aussi été questionné par Eve-Marie Lacasse, de la Ligue des droits et libertés, sur les reproches faits par la directrice du Bureau d’enquêtes indépendantes (BEI), Me Madeleine Giauque, au SPVM. Celle-ci reprochait à certains policiers du SPVM d’avoir enfreint le règlement sur le déroulement des enquêtes indépendantes en rencontrant des témoins avant l’arrivée du BEI.

Reproches du BEI

Des policiers montréalais n’ont peut-être pas respecté ces règles, mais leur comportement ne visait pas à nuire aux enquêtes menées sur leurs collègues, a assuré M. Caron. Dans certains cas, ils ont agi pour protéger les lieux et recueillir des informations en attendant l’arrivée du BEI, ce qui pouvait prendre plusieurs heures. « Il n’y a aucune malice de la part de notre personnel », a-t-il dit.

Sylvain Caron a dit avoir rencontré Me Giauque au début du mois d’octobre : « Notre politique interne sur les enquêtes indépendantes a été actualisée ».

En matière d’enquêtes internes sur les policiers visés par des allégations criminelles, Sylvain Caron s’est dit d’accord avec la création d’une équipe mixte avec la Sûreté du Québec (SQ) et le SPVM, sans rejeter un modèle qui inclurait le BEI.

Âgé de 57 ans, Sylvain Caron était l’un des deux candidats qu’avait proposés Martin Prud’homme dans un rapport publié plus tôt cette semaine. Celui-ci recommandait la nomination de l’un de ses adjoints afin d’assurer la stabilité au SPVM et éviter la tenue d’une course à la chefferie.

Mandat de cinq ans

S’il est choisi au terme du processus de nomination, M. Caron se verra confier un mandat de cinq ans. Il croit qu’il lui faudra deux ou trois ans pour mener à bien la réforme entreprise par Martin Prud’homme.

À l’issue de la séance, les membres de la Commission ont entériné à l’unanimité la candidature de M. Caron. Le comité exécutif devra se prononcer le 14 novembre, puis ce sera au tour du conseil municipal de le faire, le 19 novembre. Le gouvernement du Québec aura le dernier mot.

Avant de se joindre au SPVM en mars dernier, Sylvain Caron était directeur adjoint à la SQ. Auparavant, il avait dirigé le service de police de Sorel-Tracy.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Skoda Vision RS, l’hybride pour le sport

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Skoda semble aussi croire dans la sportive hybride, puisque le constructeur a dévoilé la Vision RS au Salon de Paris, un concept car hybride de 245 chevaux à l’allure de compacte sportive.

Avec le durcissement des normes environnementales et un malus qui frappe toujours plus tôt et plus fort, le seul moyen de commercialiser une voiture de sport conservant une sonorité agréable ainsi qu’une autonomie digne de ce nom, semble être l’hybridation.

Skoda emprunte ce chemin avec son concept Vision RS. Elle incarne la compacte sportive de demain selon le constructeur tchèque. Elle est bien sûr connectée et intègre «Alexa», le service vocal d’Amazon, que l’on pourra interroger, par exemple, sur l’autonomie restante et la distance à parcourir jusqu’à la prochaine station-service.

L’union du 4-cylindres 1,5 litre TSI de 150 chevaux avec un moteur électrique permet de disposer d’une puissance de 245 chevaux en cumulé, soit le même chiffre que l’actuelle Skoda Octavia RS. En termes de rejets de C02, la magie de la réglementation s’appliquant à l’hybride opère: la Vision RS émettrait seulement 33 g de CO2/km contre 146 g/km pour l’Octavia.

Les performances annoncées, en revanche, manquent un peu de piquant. Le 0 à 100 demande 7,1 secondes et la vitesse de pointe est de 210 km/h, contre 6,6 secondes et 250 km/h pour sa grande sœur thermique. La surcharge occasionnée par la batterie et le moteur électrique n’est sûrement pas étrangère à ces résultats.

Trois modes de conduite sont sélectionnables: «Normal» qui combine les deux motorisations pour un meilleur rapport puissance/consommation, «EV» qui est un mode tout électrique et «Sport» qui permet de déchaîner les 245 chevaux du concept. En mode «EV» Skoda annonce une autonomie de 70 km, ce qui est supérieur d’une vingtaine de kilomètres par rapport aux hybrides rechargeables actuels.

En mode «EV» Skoda annonce une autonomie de 70 km. Un chiffre supérieur d'une vingtaine de kilomètres face aux performances des hybrides rechargeables actuellement sur le marché.
En mode «EV» Skoda annonce une autonomie de 70 km. Un chiffre supérieur d’une vingtaine de kilomètres face aux performances des hybrides rechargeables actuellement sur le marché. Skoda

SERVICE: Voir les annonces Skoda d’occasion sur ParuVendu.fr

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Bilan PLQ: une vision en décalage avec la réalité

[ad_1]


Dans le cadre de la campagne électorale québécoise, Le Devoir répond dans de courtes capsules vidéo aux questions de ses lecteurs. Petite entorse à la règle aujourd’hui, toutefois : plutôt que de répondre à vos questions, nous analysons vos réponses.

Il y a près d’un mois, Le Devoir proposait à ses lecteurs de brosser le bilan du gouvernement Couillard en complétant la courbe d’une quinzaine d’indicateurs triés sur le volet. Plusieurs milliers de lecteurs se sont prêtés à l’exercice. Et dans la majorité des cas, la perception des répondants par rapport aux faits révèle un Québec plus mal en point qu’il ne l’est en réalité, note Jean-Herman Guay, politologue et professeur à l’Université de Sherbrooke.

« Les gens aujourd’hui ne font pas confiance aux autorités politiques, dit-il. [Donc] ils ne croient pas que les choses s’améliorent. Ils croient même qu’elles se détériorent dans certains cas. »

Pour quatre indicateurs, le décalage entre la perception des lecteurs et la réalité est particulièrement marqué : l’immigration, la rémunération des médecins spécialistes, l’évolution du nombre de places dans les centres de la petite enfance (CPE) et les émissions de gaz à effet de serre (GES).

 

 

Immigration Lors de l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard, en 2014, le Québec a accueilli 50 292 immigrants. En début de mandat, ce chiffre a chuté sous la barre des 50 000 (48 981), avant de croître les années suivantes. En 2017, année préélectorale, 52 399 nouveaux arrivants ont débarqué sur le sol québécois. Or, ils auraient été 57 214, selon les réponses des lecteurs, une différence de près de 5000 personnes.

« Essentiellement, c’est dû à la médiatisation du phénomène », statue M. Guay. Crise migratoire sans précédent en Europe, élection d’un président américain hostile aux sans-papiers : les événements touchant l’immigration se sont enchaînés à la une des quotidiens et des téléjournaux du monde.

Plus près de nous, l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a poussé plusieurs migrants à traverser de manière irrégulière la frontière entre le Canada et les États-Unis. À l’été 2017, le nombre de demandeurs d’asile a atteint un record, attirant au passage l’attention des médias.

« Le Stade olympique a été utilisé pour contenir une partie de ces gens-là, rappelle Jean-Herman Guay. Ça a marqué l’imaginaire. […] Quand ça surprend, ça marque la mémoire des gens et ça contribue à leur donner l’impression d’une croissance [du flux migratoire] qui n’est pas là. »

 

 

Médecins spécialistes La rémunération des médecins spécialistes n’a cessé de croître depuis 2007, date à laquelle une entente de rattrapage salarial avec leurs collègues canadiens a été conclue entre la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) — alors présidée par le radiologiste Gaétan Barrette — et le ministre de la Santé de l’époque, Philippe Couillard. Concrètement, leur rémunération brute moyenne a gonflé de 70 %, passant de 276 329 $ à 470 620 $ par année, selon la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). Pendant les années Couillard, elle a augmenté de 31 000 $. Selon les réponses des lecteurs, l’augmentation dépassait les 130 000 $.

En début d’année, la FMSQ et le ministre Barrette ont renégocié l’entente de 2007. Un milliard de dollars doivent s’ajouter à la rémunération globale des spécialistes québécois d’ici 2023.

Ce nouvel accord a fait couler beaucoup d’encre. Et d’ailleurs, « la médiatisation [y] est probablement pour beaucoup », juge à nouveau M. Guay. Partis d’opposition, médecins opposés à la hausse… des voix se sont élevées pour dénoncer l’entente, créant « une opinion publique qui a aggravé le phénomène ».

 

 

CPE Depuis la création des CPE en 1997, le nombre de places au sein du réseau n’a jamais cessé de grossir. Or, selon les lecteurs du Devoir, il aurait été sabré par Québec en 2014. Dans les faits, le nombre de places a augmenté d’environ 10 % en quatre ans, passant de 86 770 à 95 327 entre 2014 et 2018.

Le dernier gouvernement, toutefois, a priorisé le modèle des garderies non subventionnées : les places disponibles ont bondi de 44 % entre 2014 et aujourd’hui. À titre comparatif, la Direction générale des services de garde éducatifs à l’enfance recensait 4751 places il y a 10 ans. En 2018, plus de 67 246 places ont été dénombrées.

 

 

Gaz à effet de serre Le Québec tient un inventaire de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) depuis 1990. Le ministère de l’Environnement est chargé de le tenir à jour, en récoltant auprès des données auprès d’entreprises, de ministères — notamment la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) —, et d’agence provinciale et fédérale, notamment Statistique Canada.

Les plus récentes données publiques remontent à 2014. Depuis, il faut s’en remettre aux prévisions du ministère de l’Environnement. Celui-ci estime que la province émettra dans deux ans 9 mégatonnes de GES de plus que l’objectif pris en 2013 de réduire de 20 % nos émissions de GES par rapport au niveau de 1990. Ce que Québec est parvenu à faire depuis 2016, c’est stabiliser les émissions autour de 81 mégatonnes de CO2 par année. Il est encore loin de son objectif : le taux de réduction atteint 8% présentement.

Pourtant, selon les courbes tracées par les lecteurs, c’est une augmentation des émissions de GES qui se dégage des perceptions. Les lecteurs « ont une lecture inquiète du monde, inquiète de ce qui se passe », dit Jean-Herman Guay.

« Le malheur, poursuit le politologue, c’est que, pour rejoindre les gens, il faut, semble-t-il, exagérer. Les partis le font, les médias aussi, les groupes de la société civile également. Comment donc briser ce cycle vicieux et amorcer un cycle vertueux ? Il n’y a pas de solutions magiques, mais les démocraties, qui ont à gérer des situations toujours plus complexes, n’auront d’autres choix que de trouver des éléments de solutions.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس