Goguette, vins vivants et assiettes en ligne claire

[ad_1]

C’EST NOUVEAU – La bande du Vertigo (Glou, Jaja, Grand Cœur…) remplace son Pasdeloup voisin du Cirque d’Hiver dans un décor brut inchangé.

Genre: la bande du Vertigo (Glou, Jaja, Grand Cœur…) lâche les cocktaileries du Pasdeloup pour embarquer l’adresse du côté des vins vivants et de ces assiettes en ligne claire, où le rustique vire gracile. Décor brut d’urbain inchangé et Cirque d’Hiver toujours voisin.

Prix: entre 25 et 40€. Velouté de céleri-rave, œuf mollet, semoule végétale: variation sur l’onctueux. Lieu jaune, échalotes, chou pointu, olives: produit nickel, composition plus déconstruite. Mousse romarin, biscuit à la sauge, cédrat: les aromatiques passent au sucré, bien vu!

Avec qui? La faune foodeuse.

Bonne table: toutes celles face comptoir.

Service: ce soir-là, survolté.

Goguette. 108, rue Amelot (XIe). Tél.: 09 54 74 16 36. Tlj sf dim. Métro: Filles du Calvaire.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le pacte des vivants | Le Devoir

[ad_1]

En réponse au texte « Lutte écologique et lutte contre l’injustice sociale » publié le 10 novembre

Une affaire de riches, donc, ce Pacte pour la transition ?

Il est utile de rappeler qu’il y est spécifié qu’il s’agit d’un appel à fournir sa juste part, en échange de laquelle les signataires demandent au gouvernement de fournir la sienne.

Sa juste part peut être, oui, de ne pas prendre l’avion cet hiver : sacrifice de riche.

Ou, comme Isabelle, d’apprendre à cuisiner, d’acheter moins emballé, d’enfiler un chandail de plus si elle a froid et… de faire appel à un organisme pouvant l’aider, gratuitement, à mieux chauffer son appartement et à payer moins cet hiver.

Isabelle est née dans Hochelaga-Maisonneuve, dans une famille bancale et écorchée vive.

Elle est une de ces enfants suivis depuis tout petits par le pédiatre social Gilles Julien.

Isabelle a réussi à pousser droit dans une misère noire dont je vous épargne les détails, douloureux.

Quand je l’ai amenée en promenade au mont Royal, elle s’était exclamée : « Wow, c’est beau la campagne ! » Elle avait 12 ans. C’était la première fois qu’elle prenait le métro, la première fois qu’elle sortait de son quartier.

Aujourd’hui, Isabelle a 25 ans et une deuxième année du primaire.

Elle vient de suivre une formation comme aide aux bénéficiaires et est employée dans un hôpital.

Elle est amoureuse de Jeff, qui travaille en construction.

Et elle porte leur premier enfant, qui naîtra cet hiver.

Isabelle n’a jamais pris l’avion. Elle rêve d’aller un jour en Floride avec son kid. Et je le lui souhaite. Mais en attendant, elle a pris le temps de décrypter le Pacte pour la transition. Ça a été long parce que lire, c’est long pour elle.

Mais elle l’a lu en entier et l’a signé, parce qu’elle s’engage à être plus sensible à sa façon de traverser une journée. Plus sensible à sa façon de consommer. Plus sensible au monde dans lequel elle donnera naissance à un enfant, avec fierté, même si les grands discours annoncent maintenant que naître est une défaite.

Isabelle signe le Pacte parce qu’elle demande au gouvernement qu’elle a choisi d’être sensible à la vie.

Le Pacte pour la transition n’est pas une affaire d’élite. Le Pacte pour la transition est une affaire de vivants, point final.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس