Montreuil : le loft-atelier de Zoé Rumeau

[ad_1]

Quand on débarque chez elle, en ce matin d’automne, Zoé Rumeau nous ouvre les portes de sa maison-atelier, ses lunettes de soudure remontées sur le front. Chalumeau à la main, l’artiste soude une immense carcasse de cheval qui décorera une boutique Bonpoint au moment des fêtes. Voilà plus de quinze ans que Zoé collabore avec la marque de vêtements pour enfants et fabrique pour eux décors et sculptures lumineuses ; c’est d’ailleurs pour ces luminaires en fil de fer qui forment prénoms, lunes, oiseaux ou nuages qu’elle est connue. Pourtant, à l’origine,  rien ne la destinait à fabriquer des objets de décoration. Zoé est issue d’une famille de sculpteurs, côté paternel, qui l’encourage à étudier l’histoire de l’art à la Sorbonne, puis à l’école du Louvre. Elle travaille le métal et
les produits animaux (peau, fourrure, corne…) pour des œuvres chimériques, teintées de ses nombreux voyages en Inde, où vit sa sœur, et
à Ibiza, où sont installés ses parents depuis quelques décennies. Finalement, la seule ligne de conduite à laquelle elle s’astreint, c’est de toujours créer avec ses mains. Au fur et à mesure, c’est pourtant le travail décoratif qui prend le dessus. Elle sculpte, elle tord, elle coupe, sous l’œil attentif de Jean-Jacques, son compagnon, menuisier, qui gère la logistique, luicommandelamatièrepremièreettrouve des solutions réalistes à ses idées fantasques. Zoé raconte : « Il est mon éminence grise, mon bras droit pour les questions techniques, les devis et la logistique… S’il ne m’aidait pas, je ne pourrais faire que des napperons ! Pour recouvrir la Maison Plisson, le mois prochain, il s’occupe de toute la partie électrique. »

Une imbrication professionnelle de tous les instants qui se traduit aussi dans leur loft , où chacun a apporté son univers : Jean-Jacques a restructuré cet ancien atelier et fabriqué son mobilier sur mesure (notamment les bibliothèques et rangements…), tandis que Zoé l’a décoré de ses œuvres et objets chinés en Inde. Ces dernières années lui ont donné l’occasion de revenir en douceur à ses premières amours grâce à des gens comme la galeriste Laure Roynette, qui lui a fait confiance en l’invitant à exposer chez elle ses trophées en plumes.

Son fief de Montreuil, où se trouve son loft dans lequel elle a installé son atelier au rez-de-chaussée, et son habitation au premier étage, qu’elle partage avec Jean-Jacques et leurs enfants, Josef et Esther, est la ville idéale pour s’interroger sur sa place dans la société. Cette ville à haut degré de mixité l’a rendue très sensible au problème des migrations. Parallèlement à cet environnement, elle voit ses amis s’engager, parmi lesquels Marie- France Cohen (fondatrice de Bonpoint et de la boutique Merci), qui accueille chez elle un jeune Afghan, ou sa tante, qui assiste de jeunes étudiants étrangers dans leurs démarches administratives. Mais elle a du mal à savoir comment répondre à ce devoir de solidarité. La réponse, c’est son amie Gabrielle de Préval, coordonnatrice socioculturelle dans un centre d’hébergement d’urgence chez Emmaüs, qui la lui apporte. « Nous pourrions être ces gens. Nous faisons tous partie de l’espèce humaine, nous sommes tous les mêmes, au fond… Je passe mes vacances sur l’île grecque de Sifnos. Avant, lorsque nous accostions au port du Pirée, j’étais super excitée. Désormais, je pense à cet immense cimetière qu’est devenue la Méditerranée. » À Pâques, l’année dernière, Gabrielle lui propose de venir animer un atelier artistique au centre d’hébergement, à Ivry-sur-Seine. Finalement, devant l’urgence des besoins, elle préfère donner des cours de français et profite des temps de pause
pour dessiner ces gens qu’elle aide. « C’était un moyen de briser la glace et de garder la mémoire de tous ces gens qui vont et viennent. »

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Edgar Moreau: ses adresses à Montreuil

[ad_1]

MON QUARTIER – Entre deux concerts, le violoncelliste prodige se pose dans la maison familiale de Montreuil, où il se ressource et fait du sport, comme n’importe quel autre garçon de son âge.

Beaucoup de Français l’ont découvert le 27 novembre 2015, interprétant la Suite n° 2de Bach aux Invalides en hommage aux victimes des attentats. Mais Edgar Moreau, âgé de seulement 24 ans, a déboulé, fougueux, sur le devant de la scène de la musique classique bien avant. Diplômé du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, dans la classe de Philippe Muller, et récompensé d’une Victoire de la musique en 2015, le soliste surdoué est sur la route depuis ses 17 ans. De l’Europe à l’Asie, en passant par les États-Unis, où il jouera en 2019 avec plusieurs grands orchestres, de Philadelphie, Los Angeles et Detroit.

Proche de Renaud Capuçon, Edgar Moreau joue souvent en quatuor avec le violoniste. «C’est un peu mon parrain, confie-t-il. Il m’a fait confiance très tôt. C’est un lien d’amitié fort qui nous unit.» Avec lui et le pianiste Bertrand Chamayou, il a enregistré l’intégrale de la musique de chambre de Debussy (Erato). On attend également la sortie de son «disque loufoque» Gulda/Offenbach (Erato), qui «fait un crossover du jazz à la musique militaire!» Enfin, on le retrouve à Paris, le 5 novembre à la Philharmonie de Paris (XIXe), dans le concerto de Dvorak.

Lâcher prise

La salle de sport Crossfit Wonders, à Montreuil.
La salle de sport Crossfit Wonders, à Montreuil. Vincent Boisot/Vincent Boisot/Le Figaro

Dès que j’atterris à Paris, je file au sport! Pour moi qui suis plutôt sédentaire, et souvent assis, entre les concerts et les avions, c’est un véritable exutoire. Avec un coach, je fais du CrossFit à base de gym, haltérophilie, exercices cardio… C’est très complet et ludique.

Crossfit Wonders. 10, rue Marcel-Sembat, Montreuil (93). Tél.: 06 17 60 02 76.

Sur grand écran

Il y a une super programmation dans ce cinéma, à la fois très commerciale mais aussi d’art et d’essai, avec des films du monde entier, venant d’Iran ou d’Israël. On peut y voir des rétrospectives ou des festivals. C’est vraiment très varié. J’y vais souvent en famille, avec ma mère ou ma sœur, lorsque je suis à Montreuil.

Le Méliès. Espace Commercial Grand Angle. 12, place Jean-Jaurès, Montreuil (93). Tél.: 01 83 74 58 20.

Des livres et des auteurs

La librairie Folies d'encre, à Montreuil.
La librairie Folies d’encre, à Montreuil. Vincent Boisot/Vincent Boisot/Le Figaro

C’est une librairie typiquement montreuilloise fréquentée par les hipsters jeunes et décontractés, qui participe à la vie culturelle du quartier Croix de Chavaux. L’endroit est toujours très animé par des rencontres avec les auteurs. J’y flâne souvent pour trouver un roman que je lis généralement dans l’avion.

Folies d’encre. 9, av. de la Résistance, Montreuil (93). Tél.: 01 49 20 80 00.

Ma cantine gourmande

C’est franchement le meilleur restaurant de Montreuil. Il est même répertorié par le Michelin! J’aime l’ambiance conviviale de ce bistrot qui sert des plats traditionnels: rognons de veau, entrecôte et un baba au rhum génial! Mais aussi des assiettes végétariennes. La terrasse sur courette est agréable aussi.

L’Amourette. 54, rue Robespierre, Montreuil (93). Tél.: 01 48 59 99 94.

Couleur café

Café Kaldi, à Montreuil.
Café Kaldi, à Montreuil. CAFE KALDI

Dans le centre commercial Croix de Chavaux, le Café Kaldi sent bon le café torréfié. Les grains viennent surtout d’Éthiopie. J’y déguste aussi des jus de fruits frais bio super bons. Idéal pour moi qui ne boit plus d’alcool. C’est un lieu typiquement bobo qui pourrait se trouver à Williamsburg, à Brooklyn.

Café Kaldi. 8, bd Chanzy, Montreuil (93). Tél.: 07 89 80 09 13.

S’aérer avec les vaches

Le parc des Beaumonts est juste à côté de chez moi. Il est très grand et vallonné, il s’étend jusqu’à Fontenay-sous-Bois. C’est l’un des rares poumons verts du 93. J’aime aller y courir ou me balader en famille. Il y a aussi une réserve écologique peuplée d’animaux: vaches, boucs, oiseaux… Le contraste est amusant: on n’est pas loin du centre-ville et on croise des vaches en courant!

Le parc des Beaumonts. Montreuil (93).

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس